Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Cap vers les élections 2018 : Thomas Luhaka dit non à la violence !

Cap vers les élections 2018  : Thomas Luhaka dit non à la violence !

This post has already been read 1052 times!

Non à toute manipulation de la masse au pays. La culture de la violence doit être bannie, question de baliser le chemin pour les élections à venir. ‘’Allons aux élections’’, c’est le seul message fort que lance l’Autorité morale du Mouvement Liberal, Thomas Luhaka, depuis Kinshasa, capitale de la République Démocratique du Congo. Face aux membres de son parti politique, ce leader politique Rd. Congolais, au siège national de sa formation politique, situé au boulevard Triomphal à Kinshasa, a appelé à l’apaisement. Soutenant la loi électorale, le calendrier électoral publié par la CENI, il a lancé un message clair. Que la population ne se laisse pas tromper, moins encore manipuler, par des politiciens qui détiennent des agendas cachés et qui profitent d’entrer en jeu derrière des actions projetées par l’Eglise catholique, singulièrement, par le Comité Laïc de Coordination.

Pour Thomas Luhaka, il faut aller aux élections et ne point céder à d’autres sirènes. ‘’Avec Dieu, nous ferons des exploits’’ ! C’est sur cette idée que se fonde le crédo du Mouvement Libéral, œuvre de ce leader politique. A tout dire, c’était sa  première sortie depuis le début de l’année 2018. Ainsi, en a-t-il profité pour souhaiter ses vœux les meilleurs aux membres du Mouvement Libéral. La santé, bénédiction, sont là l’essentiel des mots sortis de sa bouche à ce chapitre. Comprenez que Thomas Luhaka ne pouvait pas se passer des questions politiques de l’heure au pays. Tenez! Il s’est exprimé a à cette occasion, sur les points importants qui touchent directement l’actualité en RD. Congo. Dans ce volet, il a parlé de loi électorale, du calendrier électoral et de la  marche convoquée par le Comité Laïc de Coordination le 31 décembre 2017.

Loi électorale

Dans son discours, le patron du ML a rappelé la notion de la démocratie. En tout cas pour ce dernier, la démocratie renvoie aussi à l’organisation régulière des élections. De cet exercice, ne devient président que celui qui est choisi par le peuple, tel est le cas pour notre pays par exemple, a-t-il expliqué. Chose étonnante. Au regard de cette démocratie, la RD. Congo est le seul pays au monde qui totalise 700 partis politiques, s’est exclamé Thomas Luhaka. Pourquoi soutient-il la loi électorale? Ce dispositif vient assainir la sphère politique en République Démocratique du Congo, laquelle sphère est émaillée de plusieurs partis politiques bien souvent de sacoche, de fratrie etc. Au total, il faudra noter à ce jour, 700 partis politiques en RD. Congo, un chiffre qui pourrait facilement atteindre 1000 à l’approche des élections au 23 décembre 2018 au pays, dixit Luhaka. Pour lui, cette loi va simplifier ce surcharge des partis politiques, en les exigeant de se réunir en plateforme politique, ce qui va d’ailleurs faciliter à ces partis d’atteindre le seuil de 1%, tel que prévu par cette loi électorale.

Calendrier électoral

Pour Thomas Luhaka, la contestation de ce calendrier par certains, est tout simplement justifié par la peur d’aller aux élections. Ceux-là ont peur parce que ceci n’est pas un exercice facile, a-t-il soutenu. Aussi, il faut dire que les conditions pour y atteindre les bases sont pénibles. Car, il y a un problème lié au manque d’infrastructures. A lui d’ajouter que malgré cela, les résultats restent aléatoires c’est-à-dire, battre campagne et ne pas gagner à la fin. Pour lui, ce sont, entre autres, ces problèmes qui poussent certains à trouver tout moyen pour éloigner les élections de l’objectif du Gouvernement. Dans cette perspective, le débat autour du calendrier électoral  serait une échappatoire selon le ML. Pour Thomas Luhaka, le consensus recherché par les uns a été déjà trouvé au sein de la CENI, au point où ce document a été approuvé dans une plénière, avec le concours de tous les délégués des partis politiques que compte cet organe d’appui à la démocratie en RD. Congo.

Marche des laïcs

Par rapport à cette question, Thomas Luhaka a rappelé que l’Accord du 31 décembre 2016 pour lequel les chrétiens catholiques ont marché le 31 décembre 2017 est clair quant au sujet du Chef de l’Etat. Un, le Chef de l’Etat reste au pouvoir jusqu’à l’élection du nouveau président de la République. Deux, le partage de la gestion publique a été fait. Trois, en ce qui concerne la mise en place d’une structure de suivi dudit accord, le CNSA est là, opérationnel.

De ce qui précède, Thomas Luhaka appelle la population à ne pas céder à la manipulation des politiciens qui profitent des actions de l’Eglise pour jouer leurs jeux politiques.

Germain Lobo

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com