Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Marche du CLC court-circuitée : Roger Lumbala annonce une méga marche verte !

Marche du CLC court-circuitée : Roger Lumbala annonce une   méga marche verte !

This post has already been read 1485 times!

*Deux marches, deux agendas  diamétralement opposés. Dimanche 21 janvier 2018, la journée s’annonce sérieusement mouvementée. Tenez ! Deux rendez-vous à l’affiche. D’un côté, le CLC, derrière les Evêques, qui  revient à la charge avec une nouvelle marche pacifique. D’un autre, c’est l’aile modérée  du Rassemblement de Kasa-Vubu qui dit vouloir  drainer, à son tour, des milliers de cadres et  sympathisants pour aller dans la rue. Du moins, dans les prochaines heures, Roger Lumbala, l’un des cadres influents du Rassemblement de Kasa-Vubu, entend animer une conférence de presse au cours de laquelle, il donnera toutes les précisions sur les tenants et aboutissants de cette méga marche verte ainsi confirmée  pour le 21 janvier 2018. 

Etincelles ?

Des craintes des étincelles sont telles que si des dispositions adéquates ne sont pas prises,  il y a lieu que l’on enregistre encore de nouveaux dérapages. Surtout que les uns marcheront pour l’application de l’Accord de la Saint Sylvestre alors que les autres qui considèrent que  l’Accord est déjà en train d’être appliqué,  marcheront pour le soutien au calendrier électoral, à la loi électorale ainsi qu’à la stabilité institutionnelle en RD. Congo.

Très tôt matin, fait-on savoir du côté du Rassemblement de Kasa-Vubu,  les congolais seront d’abord à l’église en vue d’implorer la grâce de Dieu et de  prier pour la paix et  les élections. Juste après, ce sera la méga  marche verte. Le Rassemblement de Kasa-Vubu se prend  tellement au   sérieux que   l’organisation de cette manifestation est, à ses yeux, comme  un pari risqué pour faire valoir sa capacité de mobilisation. Or, parallèlement, la démarche du CLC, commencera, quant à elle, à partir des paroisses, juste après la messe pour des destinations non connues d’avance. Cette situation plante, en tout cas, un décor qui fait peur…Est-ce que  les autorités de la Ville-Province de Kinshasa vont-elles laisser faire ? Ou bien, pour ne pas sacrifier le minimum de paix, elles seront contraintes de prendre l’option consistant à interdire ces types de marches croisées ?

Menu

Dimanche 21 janvier 2018, dès les premières heures du matin, la RD. Congo  va vibrer au rythme d’une méga marche verte. Tel est l’appel intercepté hier, en fin de la soirée, dans les milieux proches du Rassemblement de Kasa-Vubu. Il s’agira ce jour-là, de saisir la balle au bond pour démontrer que les congolais sont prêts à se battre jusqu’à la moelle épinière, pour défendre les valeurs démocratiques, telles  que  les élections, la stabilité, la concorde et la paix à travers tous les coins et recoins du territoire sacré du pays. Cette méga marche verte est, en même temps, une démonstration de force contre la violence, la déstabilisation des institutions et la dénonciation de  la main mise sur les richesses de la RD. Congo. Ce sera également un moment  fort de l’histoire pour barrer la route  à tous ceux qui veulent subjuguer le Congo et, surtout, à la main invisible qui manipule  l’élite politique et intellectuelle congolaise, depuis des temps immémoriaux  de la lutte pour l’indépendance,  bien avant  l’ère de la table ronde de Bruxelles, en passant par  le vent de la perestroïka qui, vers les années 90, a généré une autre race des politiciens  congolais jusqu’à  la tenue de la Conférence Nationale Souveraine.

Voie royale

L’on retiendra, en effet, que seuls, les congolais, eux-mêmes, façonneront leur bonheur et l’orienteront vers la satisfaction de leurs intérêts. Donc, point n’est besoin d’imaginer d’autres recettes pour leur imposer des choix utopistes  ou  d’autres  schémas surréalistes.

Normalement, lors du référendum qui accoucha de la Constitution du 18 février 2006, le peuple congolais avait levé l’option en ce qui concerne le mode d’accession au pouvoir. Il y est  écrit ‘’expressis verbis’’,  que les élections constituent l’unique ou la  seule voie royale qui permet à quiconque est intéressé à la gestion de la Res Publica, de rivaliser d’ardeur et de convaincre.

Et, de ce point de vue, en dehors des élections,  il n’y a pas d’autres mécanismes pacifiques et démocratiques à substituer à la volonté souveraine du peuple congolais.

Or, comme tout le monde le  sait, la CENI avait déjà publié le calendrier, le 5 novembre 2017. Le chronogramme, s’il faut l’appeler ainsi, fixe la tenue de la présidentielle couplée aux législatives nationales à la date du 23 décembre 2018. La méga marche verte du 21 janvier fera en sorte que les congolais, quelles que  soient leurs tendances, soient rappelés à la conscience et qu’ils prennent en compte l’idée que ni la casse, ni les troubles, ni encore moins, les violences, ne sauront garantir l’alternance démocratique tant recherchée.

Encore une fois, à  cette  méga marche verte qui, au passage, interpelle tous les esprits patriotiques,  tous les congolais sont invités à y participer. Selon le Rassop/Kasa-Vubu, toutes les couches des populations sont mobilisées pour dire ‘’oui aux élections’’ du 23 décembre dont le verdict sera le point d’orgue pour déterminer le sort des dirigeants du Congo-Kinshasa de  demain.

LPM

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com