Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Jusqu’où ira le bras de fer ? Marche et heurts du 21 : Monsengwo déplore les morts

Jusqu’où ira le bras de fer ?  Marche et heurts du 21 : Monsengwo déplore les morts

This post has already been read 1236 times!

 ‘’Nous voulons l’exercice de la force de la loi et non la loi de la force ‘’, sermonne le Cardinal Laurent Monsengwo Pasinya. Egal à lui-même, le lanceur de la phrase assassine ‘’que les médiocres dégagent’’ a signé une nouvelle sortie médiatique salée, c’est l’habitude, d’ailleurs. Il fallait s’y attendre, confie un analyste politique. Surtout après la marche du 21 janvier dont les bilans croisés font état d’au moins 5 morts. L’Archevêque de Kinshasa, visiblement la mort dans l’âme, hier, au cours d’un rendez-vous avec la presse, a dit tout son malheur de voir des chrétiens catholiques mourir alors qu’ils ne faisaient rien d’autres que marcher pour exiger l’application de l’Accord de la Saint Sylvestre, Bibles, Chapelets et Crucifix en mains…D’autant, dit-il, que le numéro Un de la Police avait donné toutes les assurances qu’il y aurait zéro mort parce que les forces de l’ordre sont là pour garantir la sécurité de tous les congolais. Ces morts dits martyrs de l’Accord de la Saint Sylvestre, l’étaient, hélas, aussi. D’où, son désarroi. Ce prélat catholique, reconnu très politique, recommande, par ailleurs, que le pouvoir ne soit pas prisé que pour le pouvoir comme fin ultime. Mais, plutôt, pour le développement radieux et intégral du peuple dans la paix. Une réplique ne saurait tarder du côté de la MP, alertent certaines voix. Hier, dans la soirée, une grand’messe de la majorité aurait été, selon des indiscrétions, tenue.

Cette fois, malgré la saisissante réaction, Monsengwo dont la voix serait l’une des plus écoutées sur la scène politique après celle de Feu Tshisekedi wa Mulumba, n’a pas reconduit sa caricature de la classe politique actuelle par le terme médiocre.

Médiocratie ?

Il faut souligner qu’après le lancement de cette phrase, à la suite des heurts de la marche du 31 décembre 2017, avait et est, d’ailleurs toujours, en train de nourrir la polémique sur l’agora politique.

Justement, posant son curseur sur cette donne, une consœur s’interrogeait déjà sur l’instauration de la médiocratie en RDC. Cela, à la suite de l’incessante crise politico-électorale qui sévit en RDC depuis fin 2016 à ce jour. Et qui, présentement, ne cesse de générer mort d’hommes. Ces morts que Monsengwo regrette : ‘’nous avons encore compté des morts, des blessés… Nous nous inclinons devant la mémoire des nos frères, martyrs de l’Accord de la Saint Sylvestre… Nous leur recommandons à Dieu’’. Il recommande, en outre, aux chrétiens catholiques et autres compatriotes sur le front de la lutte pour l’application de l’Accord du 31 décembre de ne point baisser les bras et de tenir bon.

Jusqu’où iront-ils tous?

Un jusqu’au-boutisme béat ! Voilà ce que semble afficher, désormais, l’Eglise Catholique, la CENCO, et, plus particulièrement le CLC ainsi que le Cardinal Laurent Monsengwo dont la portée de la voix n’est pas à limiter à Kinshasa, en RDC moins encore sur le continent. C’est bien le cas parce que cette tête couronnée de l’Eglise Universelle fait partie du ‘’pré-carré select’’ de Rome dont les murmures peuvent, aisément, atteindre le Pape François. Déjà, l’évêque de Rome et sommité de l’Eglise Catholique, lui-même, n’a de cesse de demander, çà et là, dans ses offices à travers le monde, que les chrétiens puissent prier pour le Congo de Lumumba, de Mobutu… Ce décor, à dire vrai, s’ajoutant à la détermination des opposants et, maintenant, celle du Comité Laïc de Coordination, créent bien d’appréhensions quant à la puissance d’une telle machine politico-diplomatique. Quoi qu’il en soit, le Pouvoir de Kinshasa, aussi, affiche ce même jusqu’au-boutisme. Les revendications liées à l’application de l’Accord sont majoritairement déjà vidées, selon les caciques du régime. CNSA. Gouvernement d’union nationale. Revalidation mandat à la CENI pour le MLC. Et, l’ultime réclamation, celle des élections, est en cours d’exaucement avec le processus électoral exécuté suivant le calendrier de la CENI. D’où, les regards fixés vers ces élections, contestées à plus d’un point, Kinshasa compte ne pas laisser qui que ce soit marcher sur des plantes bandes CENI-Etat congolais. La question, au finish, est celle de savoir, à tout dire, toutes contradictions bues, jusqu’où iront ces forces opposées ?

Danny Ngubaa

 

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com