Brouille RDC-Belgique : Henry Thomas Lokondo convie Kinshasa et Bruxelles à se ressaisir

Brouille RDC-Belgique : Henry Thomas Lokondo convie Kinshasa et Bruxelles à se ressaisir

This post has already been read 351 times!

De la retenue ! Voilà ce que ce Député national conseille au Royaume de Belgique ainsi qu’à la République Démocratique du Congo trempés, depuis peu, dans un bras de fer aux contours flous. Ces derniers jours, en effet, entre les deux Capitales, c’est véritablement  le ‘’je t’aime moi non plus’’. A la suite de l’annonce, par Bruxelles, de la réorientation de l’aide financière aux ONG plutôt qu’au Gouvernement, comme de coutume, Kinshasa, par réciprocité, n’a de cesse de taper le poing sur la table. Ce, en suspendant les activités d’ENABEL, l’agence belge censée manager l’aide aux ONG. Mais, également, en exigeant la fermeture de la Maison Schengen, etc. Dans ce décor, l’Honorable Lokondo, en vacance parlementaire, appelle à la retenue. Les affaires d’Etat, selon lui, ne se conduisent pas selon des états d’âme. ‘’ Un homme d’Etat n’a pas d’état d’âme mais un état de service pour la nation, pour le peuple ‘’, lance-t-il.

Dans une interview accordée à Radio Okapi, Henry Thomas Lokondo a donc délié sa langue pour donner son avis sur la rupture Belgique-RDC qui n’a de cesse de s’accentuer depuis des jours. Il faut dire que si le Royaume de Belgique a posé un acte, par réciprocité, Kinshasa en a posé plus d’un. En guise de réciprocité à la décision des autorités belges quant à la coopération bilatérale, les autorités de la République Démocratique du Congo ont opté, entre autres, d’ordonner la cessation immédiate des activités d’ENABEL, l’agence belge pour le développement et la fermeture de la Maison Schengen, représentation diplomatique commune chargée de la délivrance des visas pour 17 pays de l’espace Schengen plus la Norvège. En sus, la RDC a fermé le consulat d’Anvers en Belgique et demandé à Bruxelles de procéder aussi à la fermeture des consulats à Lubumbashi et Goma. L’escalade est presqu’à la porte, crie-t-on dans  l’opinion. Quelle sera la suite ? La rupture totale ? Il faut dire que le pouvoir ne réagit pas qu’au dernier acte posé par Bruxelles mais considère que c’était là la goutte de trop. Depuis, en effet, fin 2016, le régime n’a eu de cesse d’être en porte à faux avec la Belgique considérée comme la plaque tournante de la machine anti-Kabila en occident et où, les opposants se revivifient. La tenue de Genval, la naissance du Rassemblement, le retour d’Etienne Tshisekedi et les piquantes sorties médiatiques de Didier Reynders sont autant des scènes qui ont fait rougir plusieurs caciques du régime.

Ce qu’il pense

Pour Lokondo, la pluie de riposte de Kinshasa est «exagérée». Il dit ne pas comprendre pourquoi la RDC veut « entretenir une confrontation » avec la Belgique qui « ne nous a privé que de seulement  25 millions d’euros », rapporte la radio onusienne. Pour lui, la seule décision qui semble raisonnable dans cette crise est la fermeture de l’agence belge de développement. «La seule mesure que moi j’ai appréciée dans le cadre de la réciprocité est la fermeture de l’agence belge. C’est compréhensible. Comme la Belgique a décidé de quitter la coopération structurelle Etat à Etat, les services de la coopération technique belge doivent être gelés. C’est normal», estime-t-il. En revanche, le député comprend moins le sens des autres mesures de rétorsion prises par Kinshasa contre Bruxelles. «Cela témoigne qu’on gère l’Etat avec les états d’âme alors qu’un homme d’état n’a pas d’état d’âme mais un état de service pour la nation, pour le peuple», pique Lokondo. Qui, enfin, revient sur son appel à la retenue.

Danny Ngubaa

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com