RDC : les Evêques insistent pour des élections transparentes !

RDC : les Evêques insistent pour des élections transparentes !

This post has already been read 1059 times!

Elle a été annoncée du 15 au 17 Février 2018. Hier, en effet, l’Assemblée plénière extraordinaire des princes de l’Eglise Catholique s’est ouverte. Le contexte est plus que tendu sur la scène politique. Dans l’entretemps, l’Eglise Catholique entame le Carême, en perspective de la célébration de Pâques. Marcel Utembi,  président de la CENCO, reconnait la donne. ‘’Nous débutons aujourd’hui notre Assemblée Plénière extraordinaire dans un contexte de crise sociopolitique marqué par des violences et tant de misères ‘’, a-t-il lancé lors de l’ouverture. L’Archevêque de Kisangani, comme ses paires, savent bien le poids qui pèse désormais sur leurs épaules dans le front ouvert pour que la crise électorale au pays prenne fin par des élections respectant le consensus de l’Accord de la Saint Sylvestre. ‘’Face à l’incertitude qui plane sur la RDC, pour Marcel Utembi, les Evêques doivent se poser constamment la question de savoir’’ que devons-nous faire pour que le peuple ait la vie et qu’il l’ait en abondance?’’ La réponse, certainement, sera dévoilée dans un vade-mecum ce 17 février lors de la Lisez, plutôt, ci-après, son homélie. 

 

HOMELIE DE SEM MGR MARCEL UTEMBI A LA MESSE D’OUVERTURE DE L’ASSEMBLEE PLENIERE EXTRAORDINAIRE DU 15 AU 17 FEVRIER 2018

C’est par une célébration eucharistique que Mgr Marcel Utembi, archevêque de Kisangani et président de la CENCO, a lancé l’Assemblée Plénière de la CENCO qui va du 15 au 17 février 2018. Dans son homélie, l’archevêque de Kisangani a déclaré que « le Carême est non seulement un temps de sacrifices et de mortification, mais aussi un moment de vitalité. C’est la vie en plénitude qui est en perspective ». Lisons plutôt son homélie dans les lignes qui suivent.

Homélie pour la messe d’ouverture de l’Assemblée plénière extraordinaire du 15 au 17 février 2018

Eminence,

Excellences,

Chers frères et sœurs,

  1. Au lendemain de notre entrée dans le Carême, ce temps de conversion qui nous prépare à vivre la joie de Pâques, nous sommes appelés à opérer un choix décisif. Il s’agit d’une proposition de vie et du choix de s’orienter vers elle. En effet, nous nous trouvons en face d’un don, qu’on peut accepter ou refuser. Quelqu’un peut préférer sa vanité, son orgueil, sa situation d’infirmité, à la vertu, à l’excellence.
  2. La première lecture nous montre que c’est pratiquement devant la proposition et le choix de s’orienter vers la vie que se trouvait le peuple d’Israël et Moïse lui dit : « choisis donc la vie, pour que vous viviez, toi et ta descendance, en aimant le Seigneur ton Dieu, en écoutant sa voix en vous attachant à lui ; c’est là que se trouve la vie» (Dt 30, 19-20).
  3. Dans le passage de l’Evangile, le Seigneur nous propose le chemin de cette vie : Renoncer à soi-même, prendre sa croix chaque jour, suivre notre Seigneur; voilà un beau résumé du sens à donner à notre carême. – Renoncer à nous-mêmes, n’est-ce pas la perspective  de la mort à nous-mêmes, mort au repli sur soi, mort à nos égoïsmes, mort à la peur qui nous habite face aux tribulations du monde et aux incertitudes du lendemain.
  4. –Prendre sa croix, c’est nous rapprocher davantage de Dieu et de notre peuple, de ce « peuple congolais qui crie sa souffrance» et faire nôtres ses peines et ses misères, ses espoirs et ses joies.   –Suivre Jésus est une invitation à reconnaître que nous ne pouvons nous suffire à nous-mêmes, et que nous avons besoin de lui pour vivre et que sans Lui, nous ne pouvons rien. Marcher à la suite de Jésus, c’est aussi recevoir de Lui la délivrance de nos détresses.
  5. Ceci nous fait comprendre que le Carême est non seulement un temps de sacrifices et de mortification, mais aussi un moment de vitalité. C’est la vie en plénitude qui est en perspective : « en aimant le Seigneur ton Dieu, nous dit le livre de Deutéronome, en écoutant sa voix, en t’attachant à lui, tu vivras ». Considérant le contexte qui est le nôtre, le carême n’est pas un temps de l’immobilisme, mais plutôt un temps de dynamisme dans l’engagement pour conduire notre peuple à la prospérité.
  6. Dans le contexte de crise multiforme que traverse notre pays et qui provoque les violences, la mort et tant d’autres détresses, notre chemin ne diffère pas de celui de Jésus que nous voulons suivre : un chemin parsemé des croix, des incompréhensions et des humiliations ; mais un chemin qu’il nous invite à parcourir en restant attachés à lui et en ayant aussi le regard fixé vers le Père.

Eminence,

Excellences,

Chers frères et sœurs,

  1. Nous débutons aujourd’hui notre Assemblée Plénière extraordinaire dans un contexte de crise sociopolitique marqué par des violences et tant de misères. Le tableau que présente notre pays reflète la situation que dépeint le cantique de Jérémie : « Si je sors dans la campagne, voici des hommes percés par l’épée, si je rentre dans la ville, Voici des hommes tourmentés par la faim. Même le prophète et le prêtre parcourent le pays sans rien comprendre» (Jérémie 14, 18).
  2. Face à l’incertitude qui plane sur notre pays, nous sommes portés à nous poser constamment la question de savoir: que devons-nous faire pour que le peuple ait la vie et qu’il l’ait en abondance?
  3. La parole de Dieu que venons d’entendre, nous fortifie et nous aide à ne pas être scandalisé par la croix sous toutes ses formes, à ne pas abandonner notre mission prophétique au milieu du peuple qui nous est confié.
  4. Ce qui nous donne la force de clamer avec Saint Paul; «  J’en ai la certitude : ni la mort ni la vie, ni les esprits ni les puissances, ni le présent ni l’avenir, ni les astres, ni les cieux, ni les abîmes, ni aucune autre créature, rien ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu qui est en Jésus Christ notre Seigneur » ( Rm 8, 39).
  5. Que par l’intercession maternelle de la Sainte Vierge Marie, Jésus-Christ nous assiste par l’Esprit Saint durant tous nos travaux et nous donne la pleine assurance pour continuer notre mission de ministres de la réconciliation, de la justice et de la paix.

AMEN!

Kinshasa, le 15 février 2018

+ Marcel UTEMBI TAPA

Archevêque de Kisangani

Président de la CENCO

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com