Empêché de tenir son meeting à Kananga : le MR s’insurge contre la discrimination et l’injustice

Empêché de tenir son meeting à Kananga : le MR s’insurge contre la discrimination et l’injustice

This post has already been read 410 times!

Empêché de tenir son meeting à Kananga, chef-lieu de la Province du Kasaï Central, le Mouvement pour le Renouveau, parti politique dirigé par le Député National Clément Kanku Bukasa wa Tshibuabua, s’insurge contre toute forme de discrimination et d’injustice de la part des autorités de cette province. Dans un communiqué signé par Me Lucien Ingole Isekemanga, Secrétaire Général, le MR proteste  également contre la politique de deux poids deux mesures, alors que bien avant cela, il y a eu des meetings organisés par certains opposants au Kasaï Central.  C’est pourquoi, le MR exige donc le même traitement que d’autres partis politiques et rappelle que la liberté des manifestations est garantie  par la  Constitution en son article 26. Dans cette édition, La Prospérité vous livre l’intégralité du communiqué du MR.

Mouvement pour le Renouveau

Secrétariat Général

Communiqué de presse n°008/MR/SG/2018 du 15 février 2018

Comme vous le savez, le Mouvement pour le Renouveau, MR en sigle, et son Président national avaient l’habitude de tenir au moins une fois l’an un grand meeting populaire à Kananga afin d’échanger avec la population sur la marche du pays. Chaque année, nous avons donc répondu au rendez-vous avec notre base dans un esprit de communion.

Mais, depuis que cette province a traversé des moments des turbulences, nous avons manqué à cette habitude et n’avons pas pu communier avec cette population en 2017. D’ailleurs, chaque fois que nous avons essayé, nous en avons été dissuadés par les autorités pour des raisons d’ordre sécuritaire.

C’est dans ce cadre que nous avons écrit aux autorités à travers notre correspondance référencée 0014/MR du 08 février 2018 pour leur informer que nous organisons une marche pacifique allant de la Cathédrale Notre Dame de Katoka à la Place Saint Luc de Kananga où nous tiendrons un meeting populaire.

Nous devons par la même occasion commémorer la date du massacre des chrétiens survenu le 16 février 1992.

Mais, nous avons été désagréablement surpris de la décision des autorités d’interdire cette activité, alors que quelques jours avant, nous avons vu certains opposants organiser des marches et tenir des meetings populaires sous l’accompagnement et l’encadrement de l’armée et de la police nationale.

Nous protestons contre cette politique de deux poids deux mesures. Pourquoi permettre à d’autres de faire des choses et nous le refuser à nous.

Y aura-t-il des opposants qui auraient la faveur du pouvoir ?

Y aura-t-il des opposants du pouvoir ?

Nous pensons que devant la loi, nous avons tous les mêmes droits et les mêmes devoirs, conformément à l’article 12 de la Constitution. Le MR exige donc le même traitement que d’autres partis politiques. Nous nous insurgeons contre la discrimination et l’injustice. Et rappelons par la même occasion que la liberté de  manifestation est garantie par la Constitution en son article 26. Surtout  que nous avons beaucoup de choses à dire à cette population après toute cette période d’intoxication et de mensonge contre notre leader, l’Honorable Clément Kanku Bukasa wa Tshibuabua.

Cette population n’a-t-elle pas le droit de savoir la vérité ?

Me Ingole Isekemanga Lucien

Secrétaire Général 

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com