Orientation pastorale !

Orientation pastorale !

This post has already been read 7942 times!

Février rend l’âme sous un décor politique singulier devenu, hélas, presque normal sous le ciel congolais. Comme janvier, ce mois va se terminer par une marche du CLC qui pourrait bien être emmaillée d’heurts. Ainsi, après l’assemblée plénière de la CENCO, l’orientation des Evêques de l’Eglise Catholique est attendue. Déjà, ce lundi, l’opinion est censée être au parfum des orientations de ces pasteurs. Elle saura, pour plus d’un, donner le ton de ce rendez-vous de rue et même de la suite des choses sur l’agora politique.

De coutume, les vade-mecum des princes de l’Eglise Universelle savent bien faire mouche. Mais, seulement, quelle en sera la teneure, cette fois ci ?

Les interrogations sont lancinantes dans bien d’esprits. Ce qui est sûr, c’est que cet appel, à l’aube de la marche convoquée ce dimanche 25 février par le Comité Laïc de Coordination, va avoir un impact direct sur cette manifestation. Qui, dans le fond, constitue des tirs de semonces exigeant l’alternance au sommet de l’Etat.

Une perspective réalisable qu’à travers les élections, par ailleurs. Devant les pères de l’Eglise, à propos justement de ces joutes, Corneille Nangaa est revenu sur la nécessité de l’usage de la machine à voter pour qu’elles aient lieu bel et bien ce 23 décembre comme l’a miroité le calendrier électoral. Sinon, il faudra tabler de nouveau sur un report. Cette thèse, naturellement, n’est pas une parole d’évangile. De Kinshasa à New York, en passant par Bruxelles, l’option de l’utilisation de la machine à voter  rebute. Le report, lui, est jugé inenvisageable. Pour l’Opposition congolaise la plus dure, l’usage de la machine à voter n’est rien d’autre qu’un moyen de tricher lors de ces élections et cela, au bénéfice du Pouvoir. La Communauté internationale, dont la voix n’est pas à l’unisson sur la question de la machine à voter, estime, toutefois, que le recours à cette technologie pour la première fois dans une période d’impasse politico-électorale en RDC pourrait être porteur des germes de la contestation des verdicts qui sortiront des urnes. C’est là, à tout dire, un aspect qui causera la persistance de la crise au Congo-Kinshasa.

La machine à voter reste donc une pomme de discorde dans un contexte de contradictions encore plus grand. Mais, elle n’est pas le seul dossier qui a pu requérir l’attention. Il y a, à tout dire, tout un chapelet d’autres sujets qui déchainent des passions au pays notamment, la sempiternelle question de la décrispation politique. Ballon d’essai, info ou simple intox de mauvais goût, la supposée libération de Muyambo et Diomi n’est restée que ce qu’il aura été : des bruits des réseaux sociaux. Toutefois, la petite fièvre qui a gagné certains milieux atteste que l’opinion attend au quart-de-tour des signaux dans ce sens. La CENCO, aussi, est sur le sujet et d’autres qui touchent, directement ou indirectement, la marche vers les élections. Et, après une grand-messe, à l’instar de celle tenue dernièrement, un mot ne saurait manquer sur ceci et cela. Utembi et ses pairs, dans le tableau de contestation mutuelle Opposition-Majorité avec la CENI au milieu, vont-ils essayer de jouer aux pompiers ou, par ailleurs, vont-ils rester sur la droite ligne tracée depuis les marches du CLC par l’Eglise ?

Pour plusieurs analystes, tout comme un fruit ne peut tomber loin de l’arbre, la Conférence Episcopale Nationale du Congo prendra, certainement, des postures autour de la position déjà affichée pour, principalement, l’application de l’Accord de la Saint Sylvestre dans le volet décrispation et mesures de confiance afin qu’il y ait, au finish, des élections inclusives et vraies remèdes à la crise qui sévit au pays depuis 2016.

La Pros.

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com