Toilettage ?

Toilettage ?

This post has already been read 4980 times!

Hier, une bombe a été lâchée sur la scène politique Rd Congolaise. Le Gouvernement ‘’d’Union Nationale’’ cuisinée sur fond du consensus de l’Accord de la Saint Sylvestre a été retouché. Résultat ? Une seule entrée, une seule sortie. Bien loin du champ du pourquoi et du comment basés sur la tête des individus, cette donne politique a de quoi ouvrir bien de perspectives dans les esprits avec toute une panoplie des et si… et si… Pourquoi… Enfin, pourquoi pas.

Ce qui est sûr, le verdict est là, coulé en force de loi. L’acte peut-il être refait ? Jusqu’à quelle hauteur dans la hiérarchie gouvernementale? Quand ? L’acte a retouché la configuration d’une vice-primature, quid et si c’est à la Primature qu’une telle décision tombait ? Certainement que cela atomisera la configuration politique actuelle.

Déjà, des ‘‘susurreurs’’ ont depuis fin 2017 parlé de la carte Katebe qui, elle, aussi, pourrait sortir quand l’intérêt politique s’y prêterait. Vrai ou faux ? Répondre qui peut.

Toutefois, la plus grande certitude pour l’instant, au regard des contradictions du présent et des nécessités du cap décembre 2018, est que le Congo-Kinshasa est à l’ère du ‘’tout peut arriver’’.

Dans un tel tableau, naturellement, toute conscience aimerait saisir le pourquoi du çà. Ici, les interrogations pleuvent sur le couronnement du Secrétaire général du PPRD, Henri Mova Sakanyi, comme actuel Vice-premier Ministre, Ministre de l’Intérieur et Sécurité durant cette période où marches des laïcs et opposants font rage ; où, aussi, le pays enregistre des poches d’insécurité par-ci par-là.

Loin de l’ordre sécuritaire, le terrain politique pousserait, de même, à se triturer les méninges. De la sorte, les questions sont encore plus saisissantes dès lors qu’il faille intégrer la problématique du dévoilement d’un dauphin au Président Kabila d’ici juillet 2018, délai où, si élections il y aura ce 23 décembre 2018, la Majorité Présidentielle devra fixer l’opinion sur un candidat à la Présidence de la République. Car, dans le contexte légal actuel, l’actuel Chef de l’Etat ne saurait briguer un troisième mandat.

Le décryptage ne saurait se limiter qu’à la MP. Les cogitations devront aussi être légions dans les rangs tant de la communauté internationale que de la Société Civile et, surtout, de l’Opposition politique congolaise la plus radicale.

Depuis fin 2016, le simple moustique qui traverse en battant les ailes sur l’agora politique congolaise agitée par la crise politico-électorale fait l’objet des plus brillantes analyses. Ce, à tort ou à raison. La réponse dépend. Les intérêts sont si grands, les enjeux aussi, que nul fait qui se déroule sur la scène politique, arène des gladiateurs depuis le 19 décembre 2016 pour certains, ne peut être laissé au hasard. Tout discours bu, l’entrée en danse, et pas nulle part, de Mova saura faire couler encre et salive pour longtemps. Chacun y ira de sa plume, de sa raison. L’espoir est que ces décryptages ne soient pas sans raison. Pour certains, l’acte est posé, il faut juste dire bon vent au nouveau VPM.

Danny Ngubaa

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com