Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Crise congolaise : les questions centrales du moment!

Crise congolaise : les questions centrales du moment!

This post has already been read 858 times!

Les yeux écarquillés, les regards congolais suivent au mouvement près les péripéties de la scène politique. A l’aube des enjeux des élections de décembre 2018 avec deux glissements et reports alors que les institutions, toutes à présent, sont hors mandat, il ne peut, naturellement, en être autrement.

Et, depuis le début de ces dernières semaines, l’agora politique n’est pas en manque d’infos, des signaux scrutés, donc, volontiers dans les quartiers généraux des partis politiques, les bureaux huppés, les antichambres et autres milieux diplomatiques. Même dans les bus, les cabines téléphoniques et, enfin, dans les rues de Kinshasa comme d’autres grandes villes du Congo des Lumumba, Kimbangu,…les congolais lambda posent, à chaque fois que l’occasion se présente, le scalpel sur le dossier du jour. Si pas, par ailleurs, le dossier de l’année : les élections.

L’arrivée de Mova comme VPM au Gouvernement Tshibala et son premier test en tant que patron de la sécurité intérieur ce dimanche avec la marche du CLC, la demande par la CENCO de la certification de la Machine à voter par des experts, les réactions à ce sujet dont celles de Corneille Nangaa et la déclaration de la Monusco de ne point être partant pour cet exercice de certification, les poches d’insécurités dans le pays avec les interrogations sur les vaches arrivées dans le Bandundu, misère du peuple suite à la faiblesse du franc congolais face au roi dollar et Cie…,  la décrispation sans des relaxations pour les cas emblématiques qui crispent toujours l’horizon décembre 2018, puis, aussi, ce dossier brûlant de la guerres fratricides à l’Udps…

Tous ces sujets pourraient laisser croire que le pays est encore loin de sortir des mauvais draps. Comme quoi, le pays bénit géologiquement au point d’être nommé catastrophe naturel serait poursuivi, en tout cas, par un mauvais œil.

Que dire. Quelle lecture faire. Que prendre et que laisser. Soucieux d’un avenir plus heureux que ces jours qui font pleurer plus d’un, les congolais scrutent, encore et encore ceci et cela.

Tous, sans conteste, ne sont que des symptômes d’un mal dont souffre le Congo-Kinshasa. La solution, au stade actuelle des choses, parait incontestablement les  élections, pas n’importe lesquelles mais celles qui permettent de placer qui il faut, là où il le faut. Ce cap des joutes électorales fixées pour décembre 2018 peut-il être tenu sans que ces sujets phares qui préoccupent ne trouvent à temps des réponses adéquates.

A quand la certification des machines à voter ? A quand la décrispation sur base de l’Accord de ce qui crispe ? Mova, à l’intérieur, avec quel poigne va-t-il gérer les ardeurs des marches du CLC/Eglise Catholiques et Oppositions bientôt rejoins par les protestants ? Comment les élections auront-elles lieu si les poches d’insécurité s’étendent gravement ? Y aura-t-il un dauphin ou la MP va-t-elle jouer un ultime forcing? Au finish, les politiques auront-ils assez de hauteur et de souplesse pour en finir avant le point de non retour avec ce cycle infernal dans lequel se retrouve embourbé le pays ? Ces questions, toutes supputations avalées à gorge déployé, sont des préoccupations centrales.

Danny Ngubaa

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com