Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Libération de Muyambo et Diomi : fausse alerte !

Libération de Muyambo et Diomi : fausse alerte !

This post has already been read 925 times!

Elle était venue comme un éclair alors que tout le monde, dans le microcosme politique, s’attendait le moins. Vu la manière dont elle a été présentée et rapportée, il n’avait pas fallu un long moment pour que tous les congolais y croient. Oui, il s’agit de cette information qui, annoncée avec pompe dans les réseaux sociaux par le Député Jean-Claude Vuemba,  faisait état de la libération, sans condition, d’Eugène Diomi et Jean-Claude Muyambo, deux personnalités inscrites dans la liste de sept cas emblématiques qui doivent, autant que faire se peut, bénéficier de la grâce présidentielle. Cela, dans la ligne droite de l’Accord de la Saint Sylvestre, principalement dans son chapitre axé sur la décrispation du climat politique. Mais, à la surprise de plusieurs, alors que les proches de ces deux hommes d’Etat, au chevet de la presse, avaient certifié leur remise en liberté pour mardi 20 février, Alexis Thambwe Mwamba, Ministre de la Justice et Garde des Sceaux, a, illico presto, infirmé cet écho sur les ondes de la Radio Top Congo. Tout en confirmant la libération prochaine de dix-sept prisonniers autre que les précités, il a sous-tendu, expresis verbis, que le cas Diomi-Muyambo n’a jamais été d’actualité dans la cuisine interne de son ministère quand bien même qu’il est, dans ses prérogatives, de suivre, à la lettre, toutes les questions liées à l’affranchissement des prisonniers politiques. Par ricochet, il ne s’agissait que d’une fausse alerte. En attendant, leurs proches se doivent, plus que tout, s’apaiser et observer, avec foi et assurance, le déroulement de la situation d’autant plus que le Gouvernement et le CNSA, dirigé par Joseph Olenghankoy, ont, d’ores et déjà, déclaré être à pied d’œuvre dans la mise en application des mesures ayant trait à la libération des prisonniers politiques et au retour des exilés parmi lesquels est aussi  inscrit le nom de Moïse Katumbi Chapwe, le candidat déclaré pour les prochaines joutes électorales. D’ailleurs, dans ce registre, il a, déjà, été noté, hormis le retour de Roger Lumbala, l’annulation des poursuites ainsi que toutes sortes d’acharnements et de tracasseries à l’endroit de Gabriel Kyungu, la figure de proue de l’Opposition dans le Grand Katanga. Toutefois, il est opportun que le pouvoir en place s’évertue dans le sens de juguler l’impasse actuelle en autorisant la remise en liberté ou le retour au pays de toutes les personnalités emblématiques signalées dans le modus vivendi du Centre interdiocésain.

Corneille Lubaki

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com