Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Jour J-3. Marche du CLC : François Lumumba relance la mobilisation !

Jour J-3. Marche du CLC : François Lumumba relance la mobilisation !

This post has already been read 859 times!

Touché par les diverses situations politiques du pays,  François Lumumba se serait senti dans l’obligation de briser son silence. En digne fils du pays, il revient dans  son analyse, sur les propos du Président Kabila, lors de la conférence de presse  tenue au Palais de la Nation à Kinshasa, le 26 janvier de l’année en cours. Comme si cela ne lui suffisait pas, l’homme en a profité pour lancer un appel franc à l’endroit de tous les congolais, celui de participer massivement à la marche projetée par le Comité Laïc de Coordination pour le dimanche 25 février 2018,  sur l’ensemble du territoire national.

Soutenant le rendez-vous du CLC à travers la République, François Lumumba pense qu’‘’entre la liberté et l’esclavagisme, il n’y a pas de compromis’’, phrase sans aucun doute tirée de Patrice Lumumba, dans sa lutte pour la libération de la République Démocratique du Congo de la main des colons belges. A l’en croire, c’est maintenant ou jamais. Comme pour dire que les congolais doivent se prendre en charge. Pour ce faire, ‘’soyons prêts à affronter le pire pour arracher le meilleur, à savoir le respect de notre dignité d’homme et de femme’’, dans la même ligne droite que la CENCO, soutient-il.

Pour François Lumumba, le Président de la République n’aurait éclairé toutes les lanternes politiques du pays, surtout au point touchant à son avenir politique. De ce point de vue, ce fils biologique de Patrice Lumumba laisse constater que Joseph kabila Kabange a trahi à travers son point de presse récemment tenu, son ‘’intention de s’éterniser au pouvoir’’. Comment? François Lumumba, lui, brandit les grandioses ambitions évoquées par le Raïs. Il s’agit, entre autres, de diversifier l’économie, stabiliser le cadre macroéconomique de la République Démocratique du Congo, exploiter le gisement pétrolier de Muanda, et lancer les travaux des infrastructures, des projets en long terme, quand le peuple congolais attend de lui l’organisation des élections et qu’il déclare qu’il ne sera pas candidat à la prochaine présidentielle tant attendue au pays.

Cependant, face à la presse, le Chef de l’Etat affirmait qu’il reste constant face à la Constitution de la République depuis son adoption.

Réagissant aujourd’hui aux propos de Joseph Kabila, François Lumumba rappelle que les grandes lignes de cette charte ont été tracées à Sun City, avant que les deux Chambres du Parlement de Transition Rd. congolais ne s’attèlent à l’élaboration des détails de ladite Constitution. D’ailleurs, ‘’J’ai eu le privilège de prendre part à ces travaux’’, indique-t-il dans son speech. Dans cette perspective, il dénonce le fait que la plupart des modifications de cette Constitution ne se font qu’à la veille des élections, et souvent, autour des articles sur le  président de la République et les élections.

L’homme relève, à ce sujet, le fait de passer de l’élection présidentielle de 2 tours à une élection à un tour. C’est une modification qui, selon ses idées, fragilise la démocratie. Pour lui donc, le Pouvoir en place serait encore en train de manœuvrer pour lever la limite de 2 mandats, et abandonner l’élection présidentielle au suffrage universel direct et la remplacer par le suffrage indirect. Mais alors, il estime que si Joseph Kabila se déclare la seule personne à pouvoir se battre en 2006 pour faire adopter ce texte, ce serait d’ailleurs une raison de plus pour qu’il le respecte.

S’agissant du dossier Eglise dans la vie nationale, comme pour répondre à Joseph Kabila qui avait déclaré que ‘’Nulle part dans la Bible, Jésus n’a dirigé une Commission électorale’’, François Lumumba s’est voulu être clair dans ses dires. Tenez! ‘’Je voudrais rappeler qu’un peu partout à travers le monde, qu’il s’agisse du Bénin (qui abrita la 1ère Conférence Nationale) ou de la RDC, l’Eglise a pris ses responsabilités historiques dans les années 90’’, a dit le fils de Patrice Lumumba. L’homme s’est donné le devoir de rappeler que plus souvent, à l’appel des politiciens et rarement de sa propre initiative, l’Eglise a toujours joué un rôle de médiation et de facilitation du dialogue politique.

Germain Lobo

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com