Kikwit : la DDC invite les femmes à leurs responsabilités pour l’émergence du pays

Kikwit : la DDC invite les femmes à leurs responsabilités pour l’émergence du pays

This post has already been read 762 times!

La Dynamique pour la démocratie au Congo (DDC), un des partis politiques de l’opposition en République démocratique du Congo (RDC) monte au créneau. Elle invite ardemment toutes  les femmes membres de la ‘’Ligue des femmes de la DDC’’ à prendre  leurs responsabilités en mains avec acuité pour participer avec compétence, à l’instar des hommes, aux activités du pays à tous les niveaux. Cette prise de responsabilité va contribuer  à la crédibilité et  à l’essor du pays.

L’appel a été lancé la semaine passée lors d’une conférence quasiment ex-cathedra dans la salle ‘’La Touraine  Saint Martin’’ dans la commune de Lukolela, ville de Kikwit, province du Kwilu, dans le sud-ouest de la RDC. Plusieurs dizaines de femmes membres de la ligue susmentionnée basée dans cette ville de quatre communes, quelques élèves filles qui avaient participé au concours de port des pagnes  y compris un certain nombre d’invités ont rehaussé de leurs présences cette activité.

La conférence entre donc dans le cadre des activités marquant le mois de la femme. C’est aussi, aux yeux des âmes bien averties, une façon de préparer, à coup sûr, ces nombreuses femmes, aux échéances électorales qui se pointent déjà à l’horizon.

«Eduquer une femme, c’est éduquer toute une nation, dit-on. C’est une grande joie pour nous  de nous réunir ce jour. Il est impérieux que les femmes de ce parti politique prennent leurs responsabilités en mains étant donné qu’elles ont les mêmes compétences que les hommes. Il est aussi important que ces femmes connaissent l’historique de la journée du 8 mars retenue par l’Organisation des Nations unies comme journée internationale des droits des femmes», a indiqué Albert Wunda, président interfédéral de la DDC-Kikwit dans son mot d’ouverture.

Wunda a ajouté que pour la DDC, le 8 mars n’est pas synonyme de défilé ou de port des pagnes neufs, mais c’est pour instruire  les femmes pour qu’elles comprennent les méandres de cette journée internationales des femmes, qu’elles fassent une sorte d’introspection et qu’elles s’engagent pour l’émergence de ce vaste pays.

«Lorsque Dieu a créé l’homme, il a estimé que c’était bon aussi de créer une femme. C’est pourquoi dans ce parti politique, la femme a une place de valeur. Toutes les femmes présentes à cette conférence ont l’obligation de faire, à leurs bases respectives, la restitution des matières acquises. Il faut que les gens sentent que la DDC a des femmes responsables. Celles-ci doivent aussi devenir des bourgmestres, des maires des villes, des ministres… car elles sont capables», a-t-il martelé.

De son côté l’Honorable Celé Mahenzi, une des femmes députées membre de la DDC s’est évertuée d’expliquer à l’auditoire les éléments nouveaux qui sont dans la nouvelle loi électorale. «Tenez ! il y a de grandes innovations qui sont dans cette loi. Il s’agit de la ‘’Machine à voter’’, du degré de la ‘’caution’’ que les candidats doivent payer,  de la problématique du ‘’Seuil électoral’’. Retenez aussi que lors des élections du mois de décembre prochain, la DDC  devra aligner 10 candidats : cinq pour la députation nationale et cinq autres pour la députation provinciale. Il faudra pour cela 10.000 dollars de caution. C’est trop ! », a-telle déclaré tout en  expliquant également,  la façon dont les Congolais vont utiliser la machine à voter lors des élections.

Quant à elle, Sasama Marie-Jeanne, une des conférencières, a éclairé les racines historiques de cette journée du 8 mars. «L’histoire du 8 mars n’a pas commencé en RDC. Un groupe de femmes, à l’étranger surtout en France, avait revendiqué des droits des femmes via des manifestations publiques, via des rencontres de réflexions, des grèves, des sit-in après avoir  pris conscience de leur état. Suite à ces manifestations, l’ONU a reconnu officiellement, en 1945,  le 8 mars comme journée internationale des femmes», a-t-elle élucidé.

Il sied de signaler que Lilly Lumeya, épouse de Lumeya Dhu Maleghi, l’actuel ministre des Affaires foncières de la RDC, avait aussi envoyé un message aux femmes de la DDC-Kikwit. Sa déléguée, Tantine Wunda Sukami, s’est proposée de transmettre ce message en ces termes : «Maman Lilly m’a demandé de vous dire que les femmes de la DDC sont des femmes capables des réaliser des merveilles, elles sont des femmes travailleuses et responsables. Elles ne doivent pas reculer. Elles doivent plutôt présenter leurs capacités et potentialités. Chaque année, au mois de mars, toutes les femmes de la DDC devront se réunir pour célébrer et réfléchir pour améliorer leur avenir. Sachez qu’il y a des mamans qui nous représentent au niveau national et provincial. Nous devons donc soutenir ces mamans-là. Lilly Lumeya veut que lors des élections prochaines parmi les 10 candidats députés qu’il y ait cinq hommes et cinq femmes. La DDC doit aussi sortir des maires, des bourgmestres et pourquoi pas des chefs de quartiers femmes», a-t-elle rapporté.

Badylon Kawanda

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com