Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Participation aux élections 2018. CDPS : François-Xavier Beltchika ouvre la XIVème session du Conseil National

Participation aux élections 2018. CDPS : François-Xavier Beltchika ouvre  la XIVème  session du Conseil National

This post has already been read 1359 times!

Est-ce que cela veut-il dire que nous allons débattre ici et lever l’option de participer aux élections ? Un tel entendement est complètement erroné.
S’agissant de l’option, les statuts du CDPS, au chapitre 2 qui traitent de l’objectif, des principes et des options, le débat est déjà tranché en ces termes : ‘’ le Congrès des Démocrates pour le Progrès Social a pour objectif la conquête, l’exercice et la conservation du pouvoir politique par des voies démocratiques en vue de concrétiser son projet de son société qui est d’édifier au cœur de l‘Afrique un Etat puissant, social et laïc’’.
C’est dire, camarades, qu’aujourd’hui la question soumise au débat du Conseil n’est pas de discuter de l’option à lever sur le principe de notre participation aux élections, celui-ci étant une voie obligée d’accéder au pouvoir politique comme explicité à l’article 4 de statuts évoqué précédemment.

Candidats à tous les niveaux

Pour le CDPS, les élections à tous les niveaux sont importantes. Il n’y a pas des petites ni de grandes élections. A chaque niveau, le Parti doit encourager et susciter les candidatures en veillant qu’elles ne soient pas en porte à faux avec les critères définis par la loi et les conditions exigées par le Parti.

 Alliances électorales

Que faire face aux difficultés rencontrées sur le terrain, constatées dans les initiatives précédentes que nous venons de rappeler ?
Il faut savoir que par principe, le CDPS est ouvert aux alliances électorales, mais celles-ci doivent répondre à un minimum des critères tels que :

  • La proximité idéologique ;
  • La crédibilité, la popularité et l’implantation du Parti ;
  • Le moyen financier ;
  • La souplesse dans le directoire, facilitant les décisions à prendre.

ci-dessous, la matrice essentielle de cette session, au travers des lignes directrices contenues dans l’allocution d’ouverture de François-Xavier Beltchika

 

 

DISCOURS D’OUVERTURE DE LA XIVème SESSION DU CONSEIL NATIONAL DU Parti (Righini, le 06 mars 2018)

Distingués invités, Camarades membres du Conseil National, Mesdames et messieurs, Rivés au rythme cyclique que nous imposent les dispositions statutaires de notre Parti, nous voici réunis, aujourd’hui, en séance d’ouverture de la 14ème session du Conseil National du Parti. En effet, l’article 35 de nos statuts, mieux précisé par l’article 35 de note règlement intérieur stipule : ‘’ le Conseil National se réunit en session ordinaire deux fois l’an, le premier mardi des mois de mars et de septembre, pour une durée ne dépassant pas sept jours. ‘’ Assujetti à cette exigence de nos textes, nous avons convoqué la 14ème session du Conseil National dont les travaux débutent aujourd’hui. Comme à l’accoutumée, nous vous saluons et félicitons votre présence, témoignage s’il en faut du prima que vous accordez à tout ce qui concerne l’intérêt général du Parti et/ou de la nation par rapport au vôtre propre. A chaque occasion et, en circonstance analogue, vous ne pouviez pas mieux démontrer, camarades, votre engagement au Parti, disponibilité et détermination. C’est donc pour nous une occasion d’espérer et de nous consoler, dans ce monde affairiste, où les relations dans la société sont ravalées à l’aune de la lutte de coude à coude pour la survie et l’intérêt matériel personnel le plus immédiat. Camarades, La participation du CDPS aux élections est le thème de la XIVème session du Conseil National. Est-ce que cela veut-il dire que nous allons débattre ici et lever l’option de participer aux élections ? Un tel entendement est complètement erroné.

S’agissant de l’option, les statuts du CDPS, au chapitre 2 qui traitent de l’objectif, des principes et des options, le débat est déjà tranché en ces termes : ‘’ le Congrès des

Démocrates pour le Progrès Social a pour objectif la conquête, l’exercice et la conservation du pouvoir politique par des voies démocratiques en vue de concrétiser son projet de son société qui est d’édifier au coeur de l‘Afrique un Etat puissant, social et laïc’’. C’est dire, camarades, qu’aujourd’hui la question soumise au débat du Conseil n’est pas de discuter de l’option à lever sur le principe de notre participation aux élections, celui-ci étant une voie obligée d’accéder au pouvoir politique comme explicité à l’article 4 de statuts évoqué précédemment. En conséquence, la question qui se pose et qu’il convient de soumettre au débat du Conseil est plutôt celle des STRATEGIES pour la participation du CDPS aux élections en vue de réaliser l’objectif de sa création ; celle de la conquête démocratique du pouvoir. Un deuxième principe que nous pouvons qualifier de marque de fabrique du CDPS exprimé dans notre discours solennel lors de la première sortie officielle du Parti, dans l’enceinte de la Paroisse Ste Anne, à la Gombe, et levé comme option dont il faut examiner les stratégies d’application à cette session du Conseil est celui de la nécessité de fédérer les actions des Partis et des plateformes, de mutualiser leurs efforts ; étant entendu qu’aucune personne quel que soit son aura, qu’aucun Parti ou plateforme politique ne peut seul accéder démocratiquement au pouvoir en République Démocratique du Congo. Diverses réalités de notre pays et de notre environnement sociopolitiques, socioculturelles, géopolitiques etc. ne le permettent pas. Soutien à l’initiative de la création du FRAP et Rappel des orientations de la 13ème session du CN. Cela explique le soutien accordé par la XIIIème session du Conseil National à l’initiative que nous avions prise pour la création du Front Commun de Résistance pour la Défense de la Constitution et l’Alternance pacifique au pouvoir le ‘’FRAP’’. Camarades, Vous vous souvenez qu’alors que la session du Conseil National du mois de septembre est spécialement budgétaire, nous n’avons pas hésité à y inviter, dernièrement, l’importante question de la fédération et de mutualisation des efforts des Partis, des plateformes politiques et des organisations de la société civile acquis au vrai changement en vue des stratégies qui conduiraient au renversement des rapports des forces en leur faveur en RDC.

La XIIIème session a encouragé ‘’l’Appel’’ que nous avons lancé dans ce sens, ‘’ Le Temps est Venu ’’, de même qu’elle a soutenu la Feuille de Route que nous avons présentée en la circonstance avec un point de mire le 31 décembre 2017, date ultime de la réalisation de ce que nous avons appelé : ‘’Le Front Commun de Résistance pour la Défense de la Constitution et l’Alternance Pacifique’’. Le FRAP. Dans cet élan, nous avons constitué quatre groupes de contact dimensionnés à 3-4 membres des hauts cadres du Parti, et listé les Partis et les organisations de la société civile à contacter. Les deux documents de travail cités ci-haut étaient envoyés à chacun des Partis à contacter, quelques jours avant la rencontre. Les rendez-vous ont été pris avec l’ordre de mission à l’appui et, nos groupes de contacts se sont déplacés pour répondre aux rendez-vous de travail qui ont eu lieu, au cours desquels ils ont expliqué de vive voix le sens de notre démarche et, commenté les documents la soutenant leur envoyés quelques jours plus tôt. Un Parti a allégué l’absence de son Président à Kinshasa ; Un autre n’a pu être contacté, son siège n’ayant pu être retracé ; un autre encore n’a pas fait écho à notre effort de contact plusieurs fois, pourtant, renouvelé ni réagi envers nous à la suite du dépôt des documents de travail lui envoyés quelques jours auparavant. Nous avons, par contre, constaté la reprise et la publication de la même idée dans la presse faite par ce Parti, à l’intérieur et à l’extérieur du pays. Nombreux autres Partis contactés ont, généralement apprécié l’initiative, salué son opportunité et sa pertinence compte tenu du contexte et des enjeux. Il y a même eu des séances de travail entre hauts cadres des Partis où il était convenu qu’ils réagissent par écrit aux documents leur envoyé afin de sortir un document consensuel de synthèse reflétant un point de vue commun. D’autres Partis sont même venus, par réciprocité, à notre siège où des contacts de travail se sont poursuivis. Des rendez-vous ultérieurs ont été pris et des dates fixées où nous attendions leur réponse écrite. Un autre Parti par contre, nous a envoyé une forte délégation des hauts cadres venue nous signifier sa similitude d’analyse et nous communiquer sa décision de marcher, désormais, avec nous. Tirant les leçons des erreurs du passé, nous lui avons proposé que chaque Parti prépare un projet inspiré des analyses faites dont le rapprochement produirait un document consensuel qui engagerait les deux Partis.

Nous avons attendu, en vain, le document écrit promis. A la date convenue, seul notre document était autour de la table. Dans ces conditions, le respect des séquences d’actions

tel que prévu dans le document de la Feuille de route avec comme point de mire le 31 décembre 2017 n’était plus possible. Contraintes de la nouvelle loi électorale. La nouvelle loi électorale introduit de nouvelles contraintes pour les élections : présidentielle, législatives nationales et provinciales prévues pour le 23 décembre 2018. Elle introduit, notamment, les concepts de 1% pour le seuil de représentativité du nombre total de suffrage valablement exprimé au niveau national ; et de 3% du total général véritable au niveau provincial ; de même que la modification du taux de la caution exigible au candidat. Le Conseil National est appelé à examiner et à débattre des stratégies à mettre en oeuvre pour assurer le succès du Parti à ces élections.

(i) A propos des candidats du Parti à tous les niveaux ;

(ii) A propos des Alliances électorales ;

(iii) A propos de la Campagne électorale ;

(iv) A propos de Financement électoral.

A propos des candidats à tous les niveaux Pour le CDPS, les élections à tous les niveaux sont importantes. Il n’y a pas des petites ni de grandes élections. A chaque niveau, le Parti doit encourager et susciter les candidatures en veillant qu’elles ne soient pas en porte à faux avec les critères définis par la loi et les conditions exigées par le Parti. A propos des Alliances électorales Que faire face aux difficultés rencontrées sur le terrain, constatées dans les initiatives précédentes que nous venons de rappeler ? Il faut savoir que par principe, le CDPS est ouvert aux alliances électorales, mais celles-ci doivent répondre à un minimum des critères tels que :

– La proximité idéologique ;

– La crédibilité, la popularité et l’implantation du Parti ;

– Le moyen financier ;

– La souplesse dans le directoire, facilitant les décisions à prendre.

Au sein de la CoPR, il nous faut déjà examiner comment rentabiliser au maximum notre relation dans une alliance électorale. A propos de la Campagne électorale Celle-ci devra intégrer une dimension des éléments universels des élections applicables d’une manière générale à tous les niveaux des élections, et des éléments spécifiques par nature d’élections ; selon qu’il s’agit d’une circonscription électorale nationale, provinciale, urbaine ou rurale. Le contenu des thèmes de campagne devra notamment s’adapter aux besoins et intérêts de la circonscription concernée en vue d’attirer la sympathie des électeurs en montrant comment les solutions proposées sont susceptibles de rencontrer les attentes des électeurs. D’où, la connaissance et la maîtrise de celles-ci sont indispensables. L’efficacité et le succès de la campagne dépendront pour une grande partie de l’organisation qui aura en charge les diverses élections et du choix des ressources humaines appelées à assumer ces charges. Le Conseil est appelé à débattre de tout cela est à formuler des propositions à ce sujet. A propos du Financement. Camarades, Pour bien parler du financement électoral du Parti, celui-ci devra se baser sur la cartographie de son implantation afin de disposer des projections des circonscriptions électorales où les candidatures des membres du Parti peuvent être suscitées et encouragées aux différentes élections. Néanmoins, avec les nouvelles dispositions de la loi électorale, le Conseil National peut donner des orientations générales devant permettre au Parti de se faire une idée sur le coût des dépenses électorales à engager et des voies et moyens de les réunir. Pour rappel, nous informons le Conseil que l’Art. 79 de nos statuts stipulent ; Les ressources financières du Parti sont constituées de :

  1. du produit des cotisations des membres ;
  2. du produit de la vente des cartes, tissus et autres insignes du Parti ;
  3. des dons et legs ; du produit des actions et obligations
  4. du produit de diverses activités du Parti.

Comment alors exploiter, en urgence, ces divers canaux avec plus d’efficacité et permettre au Parti de faire face aux dépenses électorales ? TRANSITION SANS KABILA. Camarades, La participation aux élections qui finiront un jour par avoir lieu ne doit pas nous empêcher de voir en face la situation réelle dans laquelle nous nous trouvons et comment notre Parti doit y apporter sa contribution. Voilà que ‘’l’Appel’’ que nous avons lancé aux vraies forces du changement depuis juillet 2017 avec la proposition de la constitution du FRAP, Front Commun de Résistance pour le Respect de la Constitution et l’Alternance Pacifique au pouvoir, en vue de créer une synergie et une dynamique des rapports des forces en faveur des celles du vrai changement et des attentes du peuple, est en train d’être réalisé par l’initiative du CLC qui conduira au renversement des rapports des forces dans notre pays pour répondre aux attentes du peuple.

Nous au CDPS et à la CoPR notre plateforme, nous soutenons et nous nous impliquons dans cette dynamique qui devra nous conduire à une Transition sans KABILA et à l’organisation des élections crédibles, indépendantes, transparentes et apaisées. Ainsi, nous demandons à la 14ème session d’exprimer sa solidarité avec les actions que le CLC mènera dans cet esprit et dire que le sang de nos martyrs qui tombe en chaque circonstance pour affirmer leur dignité et revendiquer leur liberté ne sera pas vain. Je vous remercie de votre attention et je déclare ouverte la XIV ème Session du Conseil National.

Fait à Kinshasa, le 06 mars 2018,

François – Xavier BELTCHIKA – KALUBYE

Ambassadeur Honoraire