Avec le vote de 90 % des Congolais sondés. RDC : Echos d’Opinion dresse le profil d’un Premier Ministre

Avec le vote de 90 % des Congolais sondés. RDC : Echos d’Opinion dresse le profil d’un Premier Ministre

This post has already been read 425 times!

La tradition veut que les organismes de sondage et d’opinions passent au crible les différents  personnages et événements ayant marqué l’actualité pendant une période bien déterminée. C’est la raison pour laquelle nous avons suivi avec intérêt le sondage enquête effectué par l’ONG ECHOS D’OPINION. Cette ONG, comme d’habitude, s’est limitée à récolter les avis des uns et des autres sur le profil d’un premier ministre au regard du rôle moteur qu’il doit jouer dans un gouvernement.

Le résultat de ce sondage basé essentiellement sur les avis partagés des politiciens montre que les membres des structures de l’Etat, des églises ou de la société civile, des indépendants, soit un échantillon de 90% de Congolais ont relevé les critères ou les valeurs intrinsèques que doit porter un premier ministre ou un chef du gouvernement pour autant que c’est bien lui qui doit exécuter au quotidien,  le programme de développement d’un pays,  lequel programme découle de la politique générale mise en route par le président de la République. Ainsi, après analyse et  traitement de ces avis, nous avons  retenu les éléments ci-après:

Sur le plan politique, le premier ministre doit se comporter comme un bon père de famille. Il ne doit ménager aucun effort pour encourager et maintenir le dialogue  ainsi que la démocratie avec et entre toutes le forces vives de la nation. Il doit se montrer impartial vis-à-vis des revendications tant de la majorité, de  l’opposition que de la société civile. La diversité des tendances politiques et par conséquent d’opinions, est la preuve d’une vie  politique normale à laquelle le premier ministre digne de ce nom doit attacher de l’importance. Bref, il doit être un rassembleur et capable de se faire écouter et d’être aussi à l’écoute de toutes les couches des populations. Il doit se battre ou s’impliquer  dans l’organisation des élections libres, démocratiques, transparentes et apaisées.

Sur le plan social, le premier ministre doit placer l’homme au centre de toute son action. De ce fait, il doit travailler premièrement pour l’amélioration des conditions de vie de la population, c’est-à-dire, des agents et fonctionnaires de l’Etat, des militaires, des policiers et d’autres services de sécurité.

Par ailleurs, étant donné que la jeunesse constitue l’avenir d’un pays, le premier ministre doit œuvrer pour l’émergence  de la jeunesse. De ce fait, il doit bannir le chômage et pourvoir à leur emploi pour qu’ils puissent s’épanouir. Il doit être à l’écoute des préoccupations de la jeunesse. Bref, il doit placer l’encadrement de la jeunesse parmi ses priorités. En un mot, le premier ministre doit être le partisan du dialogue social.

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, OMS en sigle, la santé est un état de bien-être complet, physique et mental. Ce faisant, le premier ministre doit travailler constamment pour l’amélioration des conditions sanitaires du pays en facilitant l’accès de la population à des soins de santé de qualité.

Sans éducation, le développement d’un pays est un leurre. Pour cette raison, le premier ministre doit allouer un budget conséquent au secteur éducationnel en construisant des nouvelles écoles sur l’ensemble du territoire national afin de permettre au plus grand nombre d’enfants d’avoir accès facile à l’éducation.

Concernant l’environnement économique, le premier ministre doit travailler à la croissance économique et de son pays et de sa population en faisant profiter à ces derniers de ses richesses tant du sol que du sous-sol. De ce fait, il doit élaborer des stratégies innovantes et un programme de redressement économique cohérent pour le bien de tous.

Sur le plan sécuritaire, étant donné l’énorme menace que font peser sur l’ensemble du monde la présence des groupes armés et autres poches d’insécurité, le premier ministre  devra veiller constamment à la restauration de l’autorité de l’Etat sur toute l’étendue du territoire national. Dans cette optique, la protection des personnes et de leurs biens sera son leitmotiv.

En outre, et puisqu’il est de la responsabilité de tous et en premier lieu des gouvernants de veiller à l’opérationnalisation d’une justice indépendante et accessible à tous pour contribuer à l’instauration de la démocratie, de la bonne gouvernance et du respect de droit de l’homme, le premier ministre doit mettre fin à l’impunité et dans le même ordre d’idées, lutter contre la justice à deux vitesses: une justice pour les pauvres et une justice pour les riches. Bref, il a l’obligation de faire respecter les lois et règlements du pays sans tenir compte des classes sociales des justiciables .La loi est dure, mais c’est la loi, dit-on.

Par rapport à ses rapports avec les institutions de la République, le premier ministre doit respecter la présidence de la République. Il doit être loyal et fidèle. Concernant enfin ses relations avec le Parlement, en tant qu’animateur principal de l’exécutif, il doit traduire les préoccupations de la population  par le vote des lois à l’Assemblée nationale et au Sénat.

En tout état de cause, un premier ministre doit être pugnace, capable de persuader et de convaincre ses interlocuteurs par ses prises de position, ses décisions. Il doit transcender ses intérêts personnels en lieu et place de l’intérêt général. Il doit travailler dans la transparence pour l’intérêt de tous, car c’est cela la démocratie.

ECHOS D’OPINION 

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com