Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

24 avril : l’Institut Français de Kinshasa fête la journée du livre

24 avril : l’Institut Français de Kinshasa fête la journée du livre

This post has already been read 1018 times!

A l’occasion de la journée internationale du livre célébrée le 23 avril de chaque année, une conférence-débat sur «le livre numérique et le droit d’auteur» a été organisée à la salle du spectacle de la Halle de la Gombe.

L’Institut Français de Kinshasa s’est, une fois encore, imposé dans la commémoration du livre et le droit d’auteur. Evidemment, deux exposés ont constitué le moment passionnant de ladite journée. Le premier était celui de Paul Tete, Directeur de la bibliothèque urbaine de Kinshasa qui détaillait les nouvelles rôles, missions et responsabilités de son centre de lecture face au numérique. Dans la foulée, il a souligné que les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC), pour ne pas se limiter simplement au terme du numérique ou numérisation, sont venues avec d’autres problèmes d’usage. D’où, a-t-il ajouté, qu’il est nécessaire de repenser les personnels. D’ailleurs, pour épingler un cas, l’hybridisme (en ligne et sur papier) dont augure sa bibliothèque l’a obligé de gérer et les papiers et le numérique. Le second exposé était animé par le professeur Makolo, écrivain de la littérature et auteur de nombreuses œuvres littéraires, qui a, tout d’abord, commencé par établir un parallélisme entre l’auteur et l’écrivain. Pour lui, l’auteur est un individu qui est à l’origine de quelque chose. Par contre, l’écrivain travaille le langage. Loin de ces diverses définitions, le livre électronique a aussi des exigences. Il y a le droit d’auteur qui est le droit d’un auteur sur l’œuvre qu’il a créé. Ce droit possède deux attributs dont le droit moral. Ici, l’auteur décide seul de la publication de son livre. Puis, le droit matrimonial, c’est celui sur lequel l’auteur peut tirer un bénéfice financier. Les droits moraux et patrimoniaux ont une condition que le livre électronique passe par des structures officielles. Cette conférence a été sanctionnée par un échange des questions-réponses et la séquence de la remise des livres par des meilleures écoles.

Laetitia Muleka