Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Feux rouges ?

Feux rouges ?

This post has already been read 11168 times!

Les feux de signalisation seraient une invention du pays de Donald Trump faite par l’américain Lester Wire, un policier de Salt Lake City. Les premiers furent installés à Cleveland (USA) le 5 août 1914, au coin de la 105ème rue Est et d’Euclid Avenue. C’est toujours bon de le savoir. Soit ! Si pour les automobiles (Véhicule, voiture,..), les feux de signalisation ont été posés, ils s’imposent car n’étant fruit d’aucune main, si ce n’est du bon sens et de l’imagination. Oui, si un pays peut être vu comme une superbe voiture roulant sur l’autoroute de l’histoire, il faut dire que pour éviter incidents ainsi qu’accidents, des feux de signalisations sont de rigueur. Sur ce registre, le vert comme signe de départ et, surtout, le rouge pour le stop, sont les plus célèbres.

Au Congo-Kinshasa, du raté électoral de 2016 à ce jour, les signaux n’ont fait que s’imbriquer dans un ‘’méli-mélo‘’ dont les dessous des cartes paraissent bien plus complexe à saisir. Soit !

Si bien souvent, les regards se posent sur ceux envoyés par la scène politique, verts ou rouges, présentement, les choses changent. En effet, depuis 2016, au nom d’un cheminement sans accroc du processus électoral vers le déclic final de la tenue des élections et donc l’alternance, le dégel Pouvoir-Opposition est prôné par la décrispation politique. Actuellement, alors que l’air frais de l’apaisement entre les protagonistes politiques semble souffler, le corpus social de la République est en ébullition. La monnaie nationale a perdu deux fois sa valeur devant le roi dollar, chose à peine imaginable il y a quelques mois. Malgré la dédolarisation des transactions, il sied de dire que cette monnaie, faute d’importante exportation congolaise, a gardé son poids d’antan sur l’économie formelle et informelle du pays. D’où, des mois après l’impulsion de la hausse du taux de change Franc Congolais l’Unité dollar USD, le feu du coup de colère social qui couvait jadis sort des fourneaux.

Tenez ! Professeurs, jusque-là de l’Unikin, et Médecins sont en grève. Malades et étudiants sont dans le désarroi. Les enseignants des écoles secondaires ainsi qu’humanitaires et professeurs d’autres Universités donnent aussi de la voix -ceux de l’UPN, apprend-on,  seront en grève dès lundi. Les chauffeurs à Kinshasa et ailleurs crient face à la hausse du prix du carburant et le statu quo des prix pour les tronçons alors qu’ils doivent satisfaire à la paie des vignettes, des frais du contrôle technique puis trouver comment régler avec des roulages friands du ‘’Mbote ya Likasu’’. Des personnes dont la voix n’est pas assez portée comme des mamans maraichères, des femmes commerçantes des marchés publics, des femmes aux foyers qui rentrent à la maison avec un panier vide alors que ce vide résonne dans l’estomac creux des enfants… sont à la limite du ras-le-bol. Que dire encore d’autres cas à problème comme ces licenciés devenus vendeurs ambulants ou tenanciers de cabines téléphoniques à la solde des multinationales des télécommunications. Loin de la décrispation politique, tout autant cruciale et où il reste à faire avec l’usage de la machine à voter et de l’inéligibilité de certains, il appert que les animateurs des institutions actuelles doivent poser le curseur sur les aspects que soulèvent ces préoccupations pour une décrispation sociale urgente avant qu’aux prochaines élections, s’il n’y a pas coup de colère chaotique du peuple affamé ou banqueroute,  qu’il y ait un vote sanction. A tout dire, sur l’autoroute où les autorités actuelles mènent au pire ou au meilleur l’Etat, des signaux, particulièrement rouges, sont désormais visibles. N’est-ce pas ? Il faudra stopper et apaiser avant de mieux revenir à la conduite du processus électoral en cours vers son épilogue. A bon entendeur… La Pros

Danny Ngubaa