A la Saint-glinglin ?

A la Saint-glinglin ?

This post has already been read 24186 times!

La Saint-Glinglin est un jour fictif du calendrier liturgique catholique, utilisé pour renvoyer à une date indéterminée et lointaine, voire jamais, l’accomplissement d’un événement. ‘’Avoir lieu à la Saint-Glinglin’’ est donc synonyme de ‘’ remettre aux calendes grecques ‘’, ‘’ à la semaine des quatre jeudis, des trois dimanches ‘’, ‘’ à quand les poules auront des dents ‘’’. Pour ces précisions qui valent leur pesant d’or, il faut dire merci à Wikipedia. Bien.

Plusieurs plaies gangrènes les congolais depuis des années dans le domaine sécuritaire (insécurité à l’Est), économique (les citoyens ne vivent plus mais survivent au jour le jour), politique (le pays n’a plus de dirigeants ayant le plein mandat du peuple car, tous glissent depuis…), la liste n’est pas exhaustive. Il n’y aurait pas, à tout dire, assez d’encre pour épingler tous les maux du congolais lambda. Donc, tout bon penseur peut se demander à quand la sortie du tunnel en RDC ? Certes, la marche est entamée. Mais, seulement, à quand la fin ? Est-ce à la saint-glinglin ?

Depuis la guerre dite de libération avec l’entrée de l’AFDL, puis la brouille ‘’des tombeurs de Mobutu’’, l’Est de la RDC qui avait accueilli quelques années auparavant, généreusement, des survivants du génocide Rwandais est toujours en proie à la guerre si pas aux guérillas. La présence de la mission onusienne dans ce coin du pays comme celle des forces armées loyalistes n’empêche pas l’insécurité de perdurer. Incontestablement, il y a des périodes d’accalmie et des grandes victoires. Mais, tout cela n’a jusqu’ici pas empêché que des compatriotes ne cessent d’être tués notamment, à la machette ou Dieu seul sait quelle autre arme blanche à Beni, à titre d’exemple. L’Economie étant liée à la politique, dans un pays où tous les dirigeants sont hors mandat, la grogne sociale grandit dès lors que depuis quelques mois le Franc Congolais a perdu deux fois sa valeur face au Roi dollar qui se retrouve toujours à l’épicentre des transactions commerciales et financières dans le formel comme l’informel. Pourquoi ? Parce qu’évidemment, cette donne ouvre le barillet de la hausse de la vie. Les conséquences sont désormais perceptibles. C’est à grand pas que l’épidémie des grèves se répand dans le corpus des prestataires majeurs de la société : Professeurs, Médecins, enseignants, fonctionnaires… Là où elle n’est pas encore effective, la grève est sur les langues.

En RDC, l’espoir de voir les choses changer dans le long terme comme dans tout Etat démocratique réside dans le fait que le peuple ait à couronner de nouveaux employés à sa gestion (Président, Députés et Cie). Seulement, au pays de Lumumba, depuis deux ans, les élections sont attendues. Et, ceux fixées pour le 23 décembre 2018, à ce stade, à voir les contestations sur ceci et cela entre MP-CENI et Opposition, laissent certains sceptiques quitte à être traités de Saint Thomas. Par ailleurs, pour voir sa situation changer dans le court terme, en RDC, la population n’a de cesse de demander aux décideurs actuels (dans et hors les institutions) d’être au service de son bien et d’agir urgemment. Vont-ils le faire ? Les malades qui souffrent dans les hôpitaux à cause de la grève des hommes en blouse blanche, les étudiants qui perdent des jours de formation, ces parents qui n’arrivent plus à subvenir aux besoins de leurs enfants malgré le fait qu’ils travaillent comme des forcenés, espèrent que ce n’est pas à la Saint-glinglin.

 

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com