Faux-fuyants !

Faux-fuyants !

This post has already been read 13863 times!

Des tractations secrètes qui, en principe, devaient conduire à la désignation d’une nouvelle équipe gouvernementale se sont heurtées contre les propos incendiaires de Félix-Antoine Tshisekedi tenus,  lors de son meeting du 24 avril dernier sur la place Sainte Thérèse à N’djili.

Alors qu’en vertu de l’application de l’Accord de la Saint Sylvestre, tout allait dans le sens d’un retour aux fondamentaux pour corriger, semble-t-il, les erreurs, le rejet catégorique, devant une foule compacte et enragée, de toute éventualité de sa  nomination à la primature, est  considéré dans toutes les officines politiques comme un véritable gâchis.

Et, pourtant, tout le monde, y compris les Evêques, les pères de l’Accord né des discussions directes du Centre Interdiocésain, œuvraient  en faveur d’un rapprochement des vues autour de la problématique des élections apaisées.

Il fallait, pour ce faire, revenir à la gestion  consensuelle et à la cohabitation pacifique pour sceller le sort du processus dont l’aboutissement reste tributaire d’une véritable cohésion nationale.

Bien  plus, dans le même focus d’opinions, il était si souvent dit qu’à l’approche de la tenue des élections, alors que les nerfs sont tendus, un tel pont, une fois jeté entre Félix Tshisekedi et Joseph Kabila, permettrait, à coup sûr, d’enterrer la hache de guerre et de panser les plaies béantes de tous les ratés politiques.

Un premier pas a, d’ailleurs, été  franchi  avec la signature d’un Accord entre les autorités congolaises et la famille biologique et politique d’Etienne Tshisekedi wa Mulumba en vue du rapatriement de sa dépouille mortelle à Kinshasa.  D’autres pas auraient pu, normalement,   suivre pour colmater les brèches et ouvrir la perspective à  des élections  ouvertes, transparentes, démocratiques, justes et apaisées. A tout prendre, cette  sortie de N’djili, loin s’en faut, aurait tellement dérangé que la page est, désormais, tournée. Place,  donc, à la dernière ligne droite vers des élections.

Voilà pourquoi, du côté de la Majorité, ainsi que l’a déclaré André-Alain Atundu ce week-end, à Kinshasa, les mises sont actuellement réorientées vers les élections dont les échéances avaient été déjà fixées et annoncées, conformément au calendrier du 5 novembre 2017.

Ainsi,  le 23 juin 2018, il sera question, pour la CENI, de lancer l’appel à candidatures. Et, le 24 juin, cette dernière  sera en droit de lancer l’opération de réception des candidatures à la Députation Provinciale.

Le 22 juillet, en même temps qu’il sera procédé à l’enrôlement des congolais de l’étranger, la CENI recevra les candidatures à la Députation Nationale et à la présidentielle 2018.

Le 22 novembre, au plus tard, ce sera le tour de la campagne électorale, pour les trois scrutins combinés de la présidentielle et des législatives nationales et provinciales du 23 décembre 2018.

Bruno Tshibala Nzenzhe dont le bail tirait vers  fin, au gré de l’évolution de ces conciliabules,  est passé, le vendredi dernier à la CENI et  a promis les moyens financiers et matériels nécessaires  à l’organisation des élections.

Comme l’on peut bien se rendre à l’évidence, les dés sont jetés. Il ne reste qu’aux acteurs politiques congolais  d’arrêter des faux-fuyants, pour se préparer aux élections. La logique élémentaire recommanderait, dans ce cas,  qu’ils passent du temps à l’expression des ambitions, au tri des  candidatures et tissage des alliances utiles.  Du coup, toutes les exigences  formulées  autour de la machine à voter et du  fichier électoral devraient, dorénavant, trouver des réponses avant que les dates échues ne prennent tous les potentiels candidats en sandwich.

Un autre accent devrait, pendant ce temps, être mis sur la recherche des moyens pour les cautions, la campagne ainsi que toutes les dépenses qui, généralement, accompagnent la participation des candidats au processus électoral.

Agir autrement, ce serait la meilleure façon de chercher désespérément à  creuser un trou dans la mer.

LPM

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com