Pollution sonore massive. Bandalungwa : la population interpelle Kimbuta !

Pollution sonore massive. Bandalungwa : la population interpelle Kimbuta !

This post has already been read 454 times!

La population de la commune de Bandalungwa lance un appel aux autorités suite à la forte pollution sonore à laquelle sont exposées leurs oreilles.  Si la donne est plus que globale à Kinshasa, capitale de la République Démocratique du Congo, il faut dire que parmi les coins et recoins où l’excès fait rage, Bandal fait partie des premiers. Lors d’un baladeur réalisé dans cette commune, une flopée d’habitants ont délié leurs langues. ‘’Toute cette municipalité est devenue une kermesse géante ‘’, a confié un habitant de ce coin chaud de Kin La Belle. Débits de boisson, Eglises et même commerçants sont pointés du doigt comme fauteurs de trouble sonore dans la société à Bandal.

Ce phénomène, qui prend des proportions inquiétantes, bouleverse la vie des habitants qui voient leur sommeil perturbé. Et cela, malgré l’interdiction de l’Hôtel de Ville de Kinshasa.

Selon un spécialiste, les oreilles peuvent être endommagées à partir d’un certain seuil de pollution sonore. Celle-ci est très présente dans le quotidien des kinois, en général, les habitants de Bandal, en particulier. Donc, loin d’être un simple problème d’aisance, la problématique de la pollution sonore relève du domaine même de la santé publique, puisque les bruits empêchent élèves et étudiants de réviser. Il peut être soutenu que ce mal cause du tort jusqu’à l’éducation de la prochaine génération de ceux qui sont censés gérer le pays. Voilà, le mal est profond. ‘’Voyez-vous, maintenant, quelqu’un aujourd’hui nous parle des enfants qui sont mélancoliques, méchants, tapageurs en classe comme partout ailleurs, dans des familles. Tout ça n’est que la résultante de l’environnement dans lequel nous sommes’’, a éclairci un psychologue. Les conséquences de cette pollution sonore sont diverses, poursuit-il.

‘’Les bruits sont sources de stress lorsqu’ils se répètent et lorsqu’ils durent. Ils peuvent perturber le sommeil, créer des troubles digestifs et même une aggravation des états dépressifs’’, rajout-il. La pollution sonore est donc un danger pour la population kinoise. Interrogé, un habitant de la commune de Bandalungwa a déclaré avec regret que cette situation doit être prise très au sérieux par l’autorité urbaine. ‘’On se demande s’il n’y a pas de loi dans cette ville et même s’il y en a, l’application pose un sérieux problème’’, a-t-il déploré. Aussi, a-t-il fait savoir que sur les avenues de cette municipalité, les habitants des voisinages sont dérangés chaque week-end par la nuisance sonore. Pour un autre, les gens jouent abusivement la musique ; ‘’c’est vrai que parfois, lorsqu’on est en fête, la musique permet la réjouissance, mais pas jusqu’à priver les autres du sommeil’’. C’est face à ces difficultés que la population se retourne vers le Gouverneur de la Ville-Province de Kinshasa.

Laelle Mabiza

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com