Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Ultime avant-goût !

Ultime avant-goût !

This post has already been read 12199 times!

Il y a de l’électricité dans l’air au pays. Oui. L’heure n’est plus qu’aux discours par médias interposés, mais aux sorties des masses, aux bains de foule, au contact avec les futurs électeurs car, une ambiance très campagne électorale se répand. Et, avec elle, tout un lot de questions. Il faut dire les choses sans langue de bois. En effet, à l’aube du mois de juillet où les candidatures  notamment, pour la présidentielle, devront être déposées, deux questions qui se compénètrent priment sur tout. Primo, le Président Kabila sera-t-il candidat à sa propre succession ? Deux, y aura-t-il un taux de décrispation acceptable pour que les élections à venir soient effectives et salutaires pour la RDC ? La première interrogation refait bruyamment surface alors que certains penseurs dits acquis à la cause du régime en place s’adonnent à lancer dans l’opinion des idées soutenant une possible représentation du Chef de l’Etat pour concourir à sa succession. Les cas les plus éminents sont sans doute la thèse constitutionnelle de Mirindi et les opinions signées ‘’proprio muntu‘’ Jean-Pierre Kambila. Avec ces idées et les à propos de l’Opposition sur la volonté du Pouvoir en place de rester ad vitam aeternam, c’est à la loupe que les observateurs suivent les récentes sorties du Président de la République, surtout ses rencontres, toutes légitimes d’ailleurs, à Kingakati avec ses ouailles de la MP. Le week-end dernier, justement, il était encore à sa ferme avec les têtes d’affiches ainsi que les regroupements politiques de la MP. A l’épilogue de cette réunion, le nom du dauphin n’est toujours pas connu. Et, les signaux de décrispation n’ont pas été totalement envoyés malgré des susurres sur la venue prochaine d’un tout nouveau Gouvernement de transition où des opposants frais devront faire leurs entrées. N’est-ce pas du déjà vu ? Quid de la vraie décrispation autour de la libération des prisonniers politiques emblématiques et des exilés politiques ainsi que les autres aspects? Ces questions sont sur les lèvres des opposants, des sympathisants du CLC et moult autres analystes.

A boire tous les discours, il reste qu’outre les défis économiques et logistiques, le mur d’airain qui s’érige devant le processus électoral en cours est la décrispation.  Décrispation qui va avec l’option d’un dauphin dévoilé de la MP et, enfin, le défi de l’inclusivité des élections par des signes d’apaisement politique connus de tous. Déjà, les révélations de la liste de partis politiques agréés à prendre part aux élections à venir sale les discordes politiques nourris de plus bel bien avant par la mésentente autour de la machine à voter, de la loi portant répartition des sièges puis la loi électorale elle-même. Alors que le CLC qui tient à la décrispation promet de relancer ses appels aux marches, c’est des meetings qui s’organisent à l’Opposition. Celle de l’Udps a eu lieu sans accroc. A présent, avec l’annonce d’un nouveau rendez-vous à la place Sainte Thérèse ce 2 juin par la plateforme ‘’Ensemble’’ chère à Katumbi, les thermomètres sortent des poches pour prendre la température de l’agora politique. Mois aux grands enjeux avec la convocation du corps électoral et la venue du SG de l’ONU en RDC avant le dépôt en juillet des candidatures pour la présidentielle, juin promet de livrer un avant-goût de ce que pourrait être l’après deadline de juin-juillet. Car, c’est par le dépôt des candidatures que le voile sera levé sur la tête du dauphin du Président Kabila et sur le caractère inclusif ou pas des prochaines élections. La température avec laquelle bouillera le pays d’ici la fin de l’année dépendra de ces dessous de dés.