Journée leur dédiée : les infirmiers de Kudura appellent à la prise de conscience sur le VIH/Sida

Journée leur dédiée : les infirmiers de Kudura appellent à la prise de conscience sur le VIH/Sida

This post has already been read 787 times!

Le 12 mai date retenue pour la fête des infirmiers, l’hôpital Kudura, situé dans la commune de Mont Ngafula, plus précisément au quartier Don Bosco, a organisé une conférence sur les VIH/SIDA avec les médecins de la place, en présence des plusieurs participants, et même d’autres corps médicaux issus des différents hôpitaux invités à cette occasion, autour du thème ‘’Prise de conscience  sur les VIH/SIDA’’. A en croire les organisateurs de cette activité, l’objectif de cette conférence était justement de sortir la population de ce coin de la capitale de l’ignorance sur cette maladie.

‘’Le VIH/SIDA, une guerre mortelle contre l’humanité dont le combattant Nelson Mandela a eu à lutter plus précisément sur la stigmatisation qui nécessite la fuite ou la sollicitude à l’égard de celui qui est malade de ces infections. Le VIH est une infection transmise par la voie sexuelle et autres contacts de sang.

Ce virus s’attaque au CD4, les globules blancs d’une personne, un militaire biochimique qui défend l’organisme contre les infections. Mais, seulement, ces globules n’arrivent pas à résister au VIH. Le SIDA qui n’est rien d’autre que le syndrome immino déficience  acquise est un mal plus mortel que d’autres infections.  Pour y faire face, le recours aux antirétroviraux  est prêché. L’ARV est un produit qui lutte contre le VIH, son importance est de diminuer le taux de la charge du VIH/SIDA dans le sang. Il est donné dans des hôpitaux en charge de cette maladie et avec un suivi personnel du médecin. Les PVV sont des personnes vivant avec le VIH/SIDA, qui connaissent leur état grâce à un dépistage. Outre le Sida lui-même, les médecins alertent sur les infections opportunistes I.O dont le statut est principalement celui d’un profiteur qui n’attend que l’arrivée du virus pour trouver la porte d’entrée, par exemple la tuberculose qui est aussi l’un de symptôme du virus. Malgré tout ça, il existe des moyens efficaces pour lutter contre cette maladie. Premièrement, il y a l’usage du préservatif qui est aussi mis entre parenthèse par ce qu’il a des risques suite à sa fragilité. Deuxièmement, examiner le sang avant la transfusion. La mort survient souvent très tôt pour les PVV qui gardent des soucis dans le cœur. Mais, à ce jour, grâce aux ARV, un PVV peut vivre pleinement sa vie en respectant des normes précises d’ordre médical. Ce sont là des précisions faites par l’infirmière principale de l’hôpital Kudura, Madame Naomi Kavira.

Perside Mpusi

 

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com