Kikwit : les pêcheurs artisanaux sollicitent l’aide de l’Etat congolais pour améliorer leurs conditions de travail

Kikwit : les pêcheurs artisanaux sollicitent l’aide de l’Etat congolais pour améliorer leurs conditions de travail

This post has already been read 284 times!

Depuis plusieurs années, les pêcheurs de Kikwit,  ville économique de la province du Kwilu, dans le sud-ouest de la République démocratique du Congo (RDC) s’évertuent de mener leurs activités de la pêche artisanale dans la rivière Kwilu  afin de contribuer, d’une manière ou d’une autre,  à la sécurité alimentaire. Mais, force est de constater que des conditions dans lesquelles ils évoluent ne sont pas optimales.

«Nous sommes là pour aider la population à manger  des poissons qui viennent fraichement de l’eau. Notre travail n’est plus à démontrer. Malheureusement le chemin du parcours n’est pas ce qui devait normalement être. Nous buttons contre de nombreuses difficultés  notamment,  l’insuffisance des matériels comme des hameçons, des filets, des pirogues, des paniers de pêche, des carpeaux contre des précipitations, des lampes pendant la nuit etc. Nous sollicitons donc, de  l’aide ou l’appui de l’Etat de notre pays pour prester efficacement», déclare Pierre Fumulamba, vice-président du Comité urbain des pêcheurs rencontré à ‘’Nganda ya ba-pêcheurs’’, lieu considéré comme siège de travail au bord  de la rivière Kwilu, non loin du pont. C’est là aussi où ces pêcheurs vendent leurs produits aux revendeurs.

Pour lui, le gouvernement de la République dispose de  moyens financiers capables de voler au secours des pêcheurs quel que soit le lieu où ils se trouvent dans le pays. «C’est question de volonté et d’une bonne politique de la pêche», ajoute-t-il.

«Les quelques matériels que nous avons ont quasiment vieilli. Nous les avons acquis grâce à nos efforts personnels et cela difficilement. Que l’Etat ait pitié de nous. Nous nourrissons sa population», indique Jean Muyaka, pêcheur de son état et un des conseillers  du Comité précité.

Tous les pêcheurs interrogés sur place demeurent unanimes et dressent le même tableau quant aux conditions de travail des pêcheurs artisanaux de cette ville de plus d’un million d’habitants. Quelques uns parmi eux ont salué la formation que leur avait assuré la Coopération technique belge, il y a quelques années, à Kikwit,  à travers son ‘’Programme d’appui aux initiatives de développement communautaire’’.

«Nous encourageons   le travail qu’abattent nos pêcheurs. Les fruits de leurs boulots nous permettent de nous débrouiller en revendant des poissons dans de petits colis que nous appelons ‘’maboke’’ à quelques mètres du pont Kwilu dans la commune de Lukolela. C’est pourquoi nous invitons l’Etat de notre pays à voler au secours de ces gens qui nous aident à avoir des poissons presque chaque jour», déclare Viviane Malala, une des femmes revendeuses des poissons communément appelées ‘’Mamans maboke’’.

Kikwit est une ville stratégique de la province du Kwilu sur le plan de la politique, de l’économie et  sur le plan socioculturel. C’est un carrefour des cultures pluridimensionnelles. Quelle que soit son origine, chacun au moins peut consommer du poisson frais.

Contacté à ce sujet, Jean N’Ki-à-Zil, Inspecteur urbain de l’Agriculture, pêche et élevage indique que le gouvernement ne doit pas négliger des gens qui jouent un rôle très important en ce qui concerne la sécurité alimentaire : «Ce qui manque,  c’est la liquidité pour appuyer ces pêcheurs. Je leur demande de ne pas se décourager. Dès qu’il y a quelque chose, on pensera à eux pour travailler efficacement», conclut-il.

Badylon Kawanda

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com