Riposte contre le virus Ebola. RDC : AFRICA CDC déploie 25 épidémiologistes sur terrain

Riposte contre le virus Ebola. RDC : AFRICA CDC déploie 25 épidémiologistes sur terrain

This post has already been read 475 times!

La réapparition de l’épidémie à virus Ebola dans la province de l’Equateur, en République démocratique du Congo, n’a pas laissé l’Union Africaine indifférente. Ce faisant, la commission de l’Union Africaine tient à apporter son soutien  car, le virus  Ebola constitue une menace non seulement pour la RDC, mais, aussi, pour le Continent, voire le monde entier. Voilà pourquoi, le Centre africain de prévention et de contrôle des maladies (AFRICA CDC), une institution spécialisée de l’Union Africaine, a organisé une conférence de presse, samedi 19  mai 2018, au siège de l’Union Africaine,  à Kinshasa/Gombe, pour annoncer son soutien indéfectible en vue de combattre l’épidémie d’Ebola en RDC. Le Dr Philip Onyebujoh a, pour ce faire, félicité les efforts/leadership fournis par les autorités congolaises jusque-là. Et d’ajouter que l’Africa CDC a activé son centre d’opération d’urgence afin de soutenir les efforts nationaux déployés par la RDC et le centre a également mobilisé son équipe de réponse à l’épidémie en vue d’un déploiement imminent. Déjà, 25 épidémiologistes seront déployés sur les sites infectés. Et, l’Africa CDC va soutenir les efforts de laboratoire de diagnostic.

De la parole à la pratique, l’Union Africaine, à travers Africa CDC,  a envoyé, sous la férule du Directeur de l’Africa CDC, John Nkengasong, une équipe sur terrain (Bikoro et Mbandaka) dans la province de l’Equateur en vue d’évaluer la situation ainsi que le niveau de soutien nécessaire à apporter aux efforts en cours déployés par la République démocratique du Congo et d’autres partenaires pour contrôler l’épidémie.

De retour sur terrain, l’Africa CDC révèle que déjà, 45 personnes sont infectées, 23 décédées et 14 confirmées. Après son entretien avec le Dr Oly Ilunga, Ministre de la Santé, le Dr Philip Onyebujoh a souligné que, vu l’ampleur de l’épidémie, la responsabilisé est à tous (la RDC et ses partenaires). Car, chacun doit jouer son rôle pour relever ce défi.

Il sied de souligner que l’Africa CDC  a, en partenariat  avec l’OMS et tant d’autres structures, élaboré une stratégie de surveillance et suivi de contact. Aussi, l’Africa CDC va aider le ministère à  élaborer une stratégie des actions sanitaires essentielles telles que la surveillance, le traitement, la mobilisation et la sensibilisation de la communauté, l’enterrement des victimes dans des conditions sûres et dignes, et la mise à disposition de services d’appui logistique. Sur ce, l’Africa CDC est en plein mobilisation des ressources financières auprès des partenaires, tels que la Banque Mondiale et d’autres structures.

Déjà, l’Africa CDC a  alloué 2 millions de dollars USD pour soutenir les efforts sur terrain.

«Vu la préparation qui est en cours, nous sommes convaincus qu’avec tous les efforts des partenaires, nous mettrons fin à cette épidémie. Mais, on doit agir vite et massivement pour contraindre l’évolution de l’épidémie», a rassuré le Dr Philip Onyebujoh.

C’est la raison pour laquelle l’Africa CDC apporte son soutien en plaçant non seulement les 25 épidémiologistes pour faire le suivi des contacts, aussi, les biologistes en vue de faire des tests biologiques, les laboratoires P4 avec une haute sécurité ; faire le réseau sous régional comme au Gabon.

Il convient de signaler que l’intervention de l’Africa CDC, pour la première fois en RDC, est dû au faite que cette fois-ci  l’épidémie est entrée dans la grande ville de Mbandaka, la capitale provinciale, où vivent près d’un million d’habitants. Ce qui est une véritable menace pour la région.

Cette nouvelle résurgence de la fièvre hémorragique d’Ebola est la neuvième en RDC depuis que le virus a été découvert dans le pays en 1976. La maladie à virus Ebola (MVE) est endémique en RDC. La dernière flambée y est survenue en 2017 dans la zone de santé de Likati, située dans la province du Bas-Uélé, au nord du pays. Elle avait été rapidement endiguée grâce aux efforts conjoints du gouvernement de la RDC, de l’OMS et de plusieurs partenaires.

Le virus Ebola cause une maladie aigüe grave qui est souvent mortelle en l’absence de traitement. Le taux de létalité moyen pour la MVE est de 50% environ. Le virus est transmis à l’homme par des animaux sauvages et se propage dans la population humaine par transmission interhumaine.

Jules Ntambwe

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com