Présidentielle 2018. RDC : Angèle Makombo dans la course !

Présidentielle 2018. RDC : Angèle Makombo dans la course !

This post has already been read 841 times!

*‘’L’avenir du Congo est beau et j’y crois‘’, a lâché de plein saut, Angèle Makombo, au cours d’une matinée politique tenue hier, vendredi 8 juin 2018, dans la commune de Kasa-Vubu. La présidente de la ligue de  démocrates congolais, LIDEC, a fait savoir son mécontentement face à la gestion combien exécrable de la chose publique par des dirigeants qui, selon elle, ont atteint les limites de leurs capacités.  Pour cette ancienne fonctionnaire internationale aux Nations Unies à New York où elle a passé  près de 25 ans, il est impossible de varier de cap tant que le leadership demeura en l’état.  C’est cela, en effet, sa motivation première la détermine à  s’afficher en tant que candidate à la présidentielle 2018.  Ainsi, Angèle Makombo prend-elle rendez-vous avec l’histoire de tous ceux qui veulent rivaliser d’ardeur, pour conquérir le poste le plus prestigieux parmi ceux que compte la RD. Congo, dans sa superstructure institutionnelle. D’où, espère-t-il, que si le moment venu, elle les remporte, elle pourrait valablement récupérer, avec certitude de mieux faire, les clés du Palais de la Nation, à la lisière de la Gombe, pour diriger le pays autrement. Décidément, Angèle Makombo, se voulant sérieuse, aligne une candidature féminine dans la course et n’entend reculer. La bataille sera âpre. Tel est, d’ailleurs, l’autre face de l’iceberg qui fait de la démocratie, un jeu mais, surtout, un enjeu, où toutes les pistes sont ouvertes à tout joueur coriace. Elle se dit du nombre…Et, seul, le peuple tranchera, pourvu  que la machine à voter, le seuil de représentativité ainsi que les autres verrous, à la fois, politiques, psychologiques, techniques ou matérielles  n’en viennent à  compliquer, désespérément,  l’équation.

Entre cris de joie et chants populaires, c’est sous la plus foudroyante des entrées que la présidentiable a été accueillie dans la salle polyvalente Atlantis où elle était attendue par un bain de foule aux allures de l’Olympia de Paris. L’atmosphère était sans précédent, les partisans, eux, se réjouissaient tout simplement d’avoir trouvé la raison des urnes au rendez-vous du 23 décembre 2018.

De loin, l’on pouvait entendre scander les affiliés de la LIDEC : ‘’olinga olinga te, toko voter maman Angèle !‘’, comme pour dire : ‘’que vous le vouliez ou pas, nous allons voter maman Angèle !‘’.

‘’Une femme compétente pour l’alternance et la bonne Gouvernance en RDC‘’. C’est avec ce slogan que cette femme s’emploie  à conquérir le pouvoir par la voie des urnes et pacifique.  Déterminée pour ce nouveau combat, ce n’est  ni pour du tourisme,  ni pour de la démagogie, encore moins,   pour des intérêts sordides  que cette membre importante du conseil économique social en RD. Congo entend arracher, de manière démocratique bien entendu, la magistrature suprême des mains de ceux qui n’ont été, jusque-là,  dans les arcanes de la gestion de la Res Publica et dont elle se fait la conviction qu’ils ne l’ont été que   pour mettre sous terre,  le peu qui  restait encore du pays de Simon Kimbangu.

‘’Je ne suis pas là pour faire de la démagogie en promettant la lune. Nous allons gérer ce pays de façon équitable, réduire l’extrême pauvreté et pratiquer la bonne gouvernance‘’, a-t-elle laissé entendre, en outre.

Elle estime, cependant, qu’après 58 ans de mise à l’épreuve depuis l’accession à l’indépendance des tripes du Roi Léopold II, la République Démocratique du Congo continue d’avancer à reculons… ‘’Nous ne pouvons pas changer de direction, tant que nous ne changeons pas de leadership ‘’, a-t-elle déclaré devant près de 1000 personnes,  venues écouter le son alarmant nourri d’un bel espoir prometteur d’une Dame qui, pour plusieurs membres de sa famille politique, en vaut la peine et le sacrifice. Le message est, donc,  clair pour Angèle Makombo : ça suffit ! Trop, c’est trop ! Désormais, il faut que cela change…

Mais… pourquoi ça suffit ?

Angèle Makombo a étrillé tout en noir la situation générale actuelle de la RD. Congo qui vit les plus graves et atroces des crises multiformes. Avec toutes les ressources naturelles immenses que possède le deuxième pays plus grand d’Afrique, avec le nombre toujours croissant de la population active au chômage, un social négligé, l’absence d’un Etat de droit, une économie en pleine défaillance n’ayant plus que le secteur minier comme source  de ses principales  recettes,   la régression sensible de la jeunesse,  l’énergie totalement désapprise,… elle dit tout simplement que ‘’ça suffit‘’.

« Nous avons un budget ridicule et nous perdons des milliards chaque année. Je suis révoltée, choquée par le manque de volonté politique de promouvoir la parité homme-femme et la classe moyenne », a rappelé cette défenderesse  des droits de la femme convaincue que ‘’nous pouvons changer où nous allons si nous  changeons qui nous conduit‘’.

Elle s’engage, par contre,  à faire de la RD. Congo,  un pays plus qu’émergent dans lequel le citoyen congolais ne va pas s’auto-suffire avec moins de 2 dollars américains par  jour. Hormis le combat qu’elle mène déjà  au nom de la femme,  depuis plusieurs années et pour lequel elle a consacré  une majeure partie de son vécu, Angèle Makombo, la Présidente de la Ligue de Démocrates   congolais entend faire des secteurs de l’éducation, de la santé et des infrastructures,  l’une des ses préoccupations fondamentales.

Ambitions

Ici, elle table également  sur les élections libres et démocratiques ainsi que sur le respect strict de l’Accord de la Saint Sylvestre et la Constitution. Elle insiste, particulièrement,  sur le fait que le Chef de l’Etat a largement dépassé ses deux mandats, et qu’il n’est pas question, pour lui, de tenter de briguer encore  un troisième. Sans vouloir faire marche arrière, elle estime que : ‘’nous devons foncer vers les élections, que le peuple et surtout,  la jeunesse fasse le bon choix  pour une bonne gouvernance qui les conduira vers le développement, le plein emploi‘’. Voilà tout qu’elle pense, dans sa foi en l’avenir de son pays.

Le fauteuil séduisant du Palais de la Nation sera pour elle, le moyen et l’occasion de restaurer la paix et la sécurité à travers le pays, l’accès à l’eau et à l’électricité, aux soins de santé de base, investir dans l’éducation et la jeunesse et lutter contre les violences sexuelles aux femmes, l’impunité,…

Tout en s’appuyant, évidemment,  sur le développement de l’agriculture, elle met, enfin, l’accent  sur les PME et la  classe moyenne, l’égalité des sexes, la réforme du système fiscal  et surtout,  la protection de l’environnement,   en renforçant les partenariats pour lutter contre le réchauffement climatique.

Elle y croit et exhorte tout le monde à en faire autant. Sans vouloir se perdre,  à l’aveuglette,  dans des alliances aussi hybrides qu’abyssales,  où il y aura des dissensions ou fissures  au moment de l’alignement des candidats, elle fait partie de la plateforme ‘’Exode Citoyen‘’, composée majoritairement des femmes et des jeunes.

La Pros.

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com