Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

A vau-l’eau !

A vau-l’eau !

This post has already been read 12211 times!

Le premier des verdicts de toutes les crises possibles vient de tomber hier,  sous un soleil accablant. Jean-Pierre Bemba est à moitié libre grâce à la décision de trois juges sur cinq, qui ont prôné l’annulation du jugement de cet ancien Vice-président de la République Démocratique du Congo. Qu’adviendra-t-il maintenant que les choses commencent à prendre forme ? Terrible à dire. Cette question risque d’être anticipativement prise pour l’histoire de la corde dans la maison d’un pendu par ses alliés qui se sont carapaté ailleurs dans ses moments les plus durs passés à la Cour pénale Internationale.

Mais cela, si le père du Mouvement pour la Libération du Congo, décide d’aigrir ses pensées pendant longtemps. Il y a donc encore lieu d’espérer.

Puis qu’il faut parler de ce futur de tous les enjeux, à quoi s’attendre de ce Bemba aux multiples statuts ? Certainement beaucoup de choses. Car, outre ses casquettes  d’ancien Vice-président de la République, le mari de Lilia  Teixera est jusqu’alors,  Sénateur. Statut qui lui vaudra très vite une place au Sénat dont la majesté est tenue par Kengo wa Dondo, si la suite de l’examen de son dossier est fait à l’à vau-l’eau.

Il y a,  néanmoins,  plusieurs pourcentages à noter dans le taux d’espérance du retour de ce Patron de Canal Congo Télévision, de Canal Kin ou de Ralik, de l’ex-Comcell ou, alors, de l’ex-Scibe Airlift.

Pour ce qui est de la crise politique en RDC, les bouches fouilles-merdes s’empressent de confier que le retour de cet homme à la voix audible viendrait ajouter du piment dans les affaires. Mais à quoi bon piper pareils mots, si depuis lors, la Commission Electorale Nationale Indépendante signifiait que ne seront éligibles à la Présidentielle que ceux qui ont passé, au  minima,  trois ans sur le sol congolais avant de ne déposer leur candidature devant ses BRTC ? A l’interne,  la loi est clairement écrite noir sur blanc et il faut donc, la respecter.

Et si dans le cas de réciprocité du respect des lois, les choses se chambouleraient parce que la CENI,  elle-même,  ne semble pas respecter l’opinion des votants,  ni des candidats en amenant déjà mille machines à voter au pays ? Il y a débattre là-dessus et à se triturer les méninges.

Dans tous les cas possibles, le retour tant rêvé de Jean-Pierre Bemba se fera dans une période où l’histoire est à la quête des  hommes avec qui elle veut poursuivre son bonhomme de chemin. Pour la petite histoire, il y a dix années de cela, cette même histoire donnait rendez-vous à ce pilote au sommet de cette grande nation. Mais alors qu’il se battait pour la rejoindre, un autre homme lui barrait le chemin et prenait sa place.

A l’heure actuelle, l’on devra se dire que ce sera les retrouvailles de deux âmes-sœurs ? A Nangaa de trancher. Mais que doit-on  espérer de ses allocutions, dans le camp des opposants, au moment où même l’étau  se resserre  et qu’il met la barre à un niveau franchissable à seulement un seul des deux camps… ?

La Pros.