Brutale disparition du couple Olangi-Wosho. Victor Batubenga Mbayi : «On ne pensait jamais qu’ils pouvaient nous quitter si tôt…»

Brutale disparition du couple Olangi-Wosho. Victor Batubenga Mbayi : «On ne pensait jamais qu’ils pouvaient nous quitter si tôt…»

This post has already been read 420 times!

La mort, encore elle, a frappé. Cette fois-ci, elle a ciblé le couple évangélique ‘’Olangi-Wosho’’. Cette triste nouvelle, répandue comme une drainée de poudre à travers le monde, n’a décidemment pas épargné l’un des disciples fidèles du couple Olangi-Wosho. Oui, il s’agit bel et bien de Victor Batubenga Mbayi. Ce dernier, mort dans l’âme à cause de ce drame qui a frappé la communauté chrétienne du Ministère du Combat Spirituel, le mardi 5 juin dernier, a confié avoir été vraiment surpris d’apprendre qu’après Papa Olangi, Maman Olangi venait de passer de vie à trépas. «On ne pensait jamais qu’ils pouvaient nous quitter si tôt», a-t-il dit à votre quotidien au cours d’une interview réalisée vendredi 8 juin 2018. Lisez, ci-dessous l’intégralité du contenu de cette entrevue.

La Prospérité : Comment avez-vous appris la nouvelle du décès de Joseph-Ézéchiel Olangi, et quelques jours seulement après son inhumation, celle de sa chère épouse, maman Olangi Wosho ?

Victor Batubenga Mbayi : Pour ce qui est de Papa Olangi, au niveau du Ministère nous savions qu’il était malade, et il était parti en soins médicaux en Afrique du sud. J’ai une belle sœur qui, d’abord, habitait chez Maman Olangi, et actuellement elle vit en Afrique du Sud. De là quant il s’est éteint, on nous a appelé au téléphone pour nous informer. Concernant Maman Olangi, c’est à travers une radio locale qui a diffusé la nouvelle, et les gens m’ont appelé le matin pour me présenter leurs condoléances. C’est dans ces circonstances là que j’ai été mis au courant de leur décès.

La Pros : Quelle était votre réaction ?

VBM : C’était d’abord un effet de surprise…A l’âge qu’ils avaient, on ne pensait jamais qu’ils pouvaient nous quitter si tôt, puisqu’on avait encore besoin d’eux. Et puis, un sentiment de profonde tristesse m’a envahi, parce qu’ils faisaient partie de notre entourage quotidien, ils étaient nos conseillers. Vous savez, aujourd’hui l’on peut occuper des fonctions qu’on a, mais je crois quand même que ceux qui sont avec nous sentent que nous dirigeons un peu différemment car ces personnes-là (allusion faite au couple Olangi), nous ont donné l’amour du prochain au quotidien.

La Pros : Quels souvenirs gardez-vous de ces illustres disparus?

VBM : L’humilité ! Quel que soit le niveau qu’ils avaient pu atteindre, c’étaient des gens qui vous accueillaient comme n’importe quel ami, ils étaient humbles. Lorsque vous étiez introduit par quelqu’un de crédible chez Papa et Maman Olangi, ils vous recevaient toujours avec beaucoup d’humilité. Chez eux, il n’existait pas une certaine distance comme c’est le cas chez certains pasteurs. Un jour, j’étais chez eux, vous savez comme y a toujours de problème dans la communauté, il y avait des responsables qui traitaient mon dossier, j’étais obligé de rester un peu à l’écart, comme ils ont plusieurs salons à l’intérieur, j’étais dans un coin avec quelques fidèles. Hélas ! A un moment donné ils étaient partis, nous nous sommes retrouvés à trois, Papa et Maman Olangi dans un coin, moi dans l’autre. Et maman Olangi avait demandé à son mari de venir me tenir compagnie. Il n’y a pas beaucoup de gens qui peuvent troubler leur intimité au profit d’une autre personne, mais eux ils l’ont fait et ils étaient toujours là pour trouver des solutions à nos préoccupations. Exceptionnel !

La Pros. : Inspecteur, Maman Olangi était une femme assidue, zélée dans le Ministère et instruite, elle a suffisamment étudié, est-ce un exemple à suivre pour les femmes congolaises particulièrement ?

VBM : Elle est un modèle pour les femmes congolaises, si vous voyez le nombre des filles rejetées par leurs familles qu’elle avait pris en charge, les filles qu’elle a encadrées et pour lesquelles elle a payé les études. Parce-que n’eût  été son encadrement, ces enfants allaient tout droit dans la rue. Maman Olangi est un modèle pour les femmes, elle a vécu pour les autres. Elle consacrait son temps aux autres, au détriment même de sa vie intime.

La Pros : Oui, comment se porte le Ministère en ce moment après la disparition de ses deux visionnaires ?

VBM : Bon, il ne faut pas oublier que l’église c’est l’affaire de Dieu, c’est l’œuvre de Dieu. On ne sait pas encore donner un jugement pour le moment. Il faut dire que c’était une église conduite des mains de maître par ce couple. Il y aura certainement des secousses, mais nous pensons que comme c’est l’œuvre de Dieu, à un moment donné nous allons dépasser cette étape là et continuer l’œuvre de Dieu.

La Pros : Parlons de la succession à la tête de l’église, il y a déjà un planning pour cela ?

VBM : C’est trop tôt d’en parler aujourd’hui. Disons qu’il existait d’ores et déjà des gens qui émergeaient autour d’eux, mais maintenant il est question que ces personnes se retrouvent afin de pouvoir donner une nouvelle orientation. D’emblée, il sied de souligner que c’est une église ouverte sur le monde, peut être que comme l’on dit, personne n’est prophète chez lui, mais il y a eu peut-être peu de pasteurs congolais. Il y a beaucoup de pasteurs venus de l’étranger et ces derniers venaient aussi nourrir l’église par leurs prédications, ce sont des gens qui ont aussi une certaine autorité morale sur les membres de la communauté. Donc, ce ne sera pas uniquement une affaire des fidèles de Maman Olangi.

La Pros : les rumeurs ont circulé sur la toile que Maman Olangi après son décès, aurait été ressuscitée par moment, et il y a d’autres personnes qui ont profité de l’occasion pour salir sa mémoire. Etant donné que vous êtes une source crédible, dites-nous un peu, qu’est-ce qui s’était réellement passé ?

VBM : C’est difficile de vérifier la source de cette information-là. Nous sommes quand même une communauté bien organisée, les gens peuvent monter de mouvement pour dénigrer, mais la communauté est basée strictement sur la foi. D’emblée, vous ne pouvez pas dire que telle ou telle fait partie de la communauté. Quelqu’un peut par malveillance monter une histoire pour porter un coup à l’église. Nous qui étions en contact avec les personnes qui peuvent donner des infos sur le Ministère, à en aucun moment on a été tenté de croire à tout cela.

La Pros : A quand le programme des obsèques ?

VBM : le programme a été annoncé officiellement à la 17ème rue Limete. Nous allons débuter avec les obsèques le 21 Juin et l’inhumation est prévue pour le 23 Juin, le temps pour que les pasteurs reviennent au pays. C’est dur de perdre les visionnaires, mais l’œuvre de Dieu ne s’arrête pas avec la disparition de maman et papa Olangi, ce sont des personnes que Dieu a utilisé pendant quelque temps. Papa Olangi nous a formés, il était un visionnaire. Il y a des professeurs d’Université qui ont été formés et cela ne causera pas de problème ni pour le centre Peniel, ni pour le Ministère, en ce qui concerne l’encadrement de l’église.

Propos recueillis par Merdi Bosengele

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com