Laurent Batumona ratisse large. Elections 2018 : bousculade des adhésions au MSC

Laurent Batumona ratisse large. Elections 2018 : bousculade des adhésions au MSC

This post has already been read 540 times!

La liste de candidats, potentiels ou déclarés, en vue de la députation nationale, provinciale et présidentielle du 23 décembre 2018 ne cesse de s’allonger avec de nouveaux adhérents au Mouvement de Solidarité pour le Changement, MSC, parti cher à Laurent Batumona. La matinée politique du dimanche 10 juin dernier, au siège de cette formation politique situé sur le boulevard Lumumba à De bonhomme, aux encablures du Pont N’djili, a connu une ambiance déterminante. Des centaines de membres et personnalités ont signé leur fiche d’adhésion au MSC. A la vérité, les combattants du MSC et leur leader, Laurent Batumona, voient une assurance sérieuse de glaner les sièges aux élections qui pointent à l’horizon. Ces adhésions massives sont le fruit d’une vision claire et d’un projet de société réaliste du président du MSC. A la veille de dépôt et traitement des dossiers des candidats, Laurent Batumona a fixé les nouveaux adhérents sur la position de son parti au sujet de la machine à voter, le 3ème mandat en gestation du président sortant, les 16,6% d’électeurs sans empreinte digitale et sur les prisonniers politiques.

Des adhérents se bousculent au portillon du Mouvement pour la Solidarité et le Changement. En effet, au cours de la matinée politique qui s’est tenue au siège du ce parti politique de l’Opposition, les personnalités suivants se sont fait enregistrer. Il s’agit de Jean-Claude Mpunga, Jean-Paul Katema Muamba, Dede Nzinga Vesitu Luta, Papy Maindu Nzau, Jean-Robert Mbumba, Didier Mpambia, Prof. Josué Giasumba Ka Muangu, Emile Ngwandi Zumbu, Junior Ifoly Bongimba,

Jean-Blaise Ilemu Bempono, Junior Lufuta, Malembe, Kivudi Baudouin, Fiston Mayemba, Isanda et Casimir Kabeya Musanga ainsi que des membres.

Le MSC a exclu toute possibilité d’aller aux élections avec la machine à voter. Son président a bien voulu, à cette occasion, expliquer aux nouveaux membres la position du MSC sur certaines questions qui émaillent le processus électoral. Il s’agit surement de la machine à voter, du 3ème mandat de Kabila, de l’Audit du fichier électoral. Il n’a pas loupé du haut de cette tribune de  saluer l’acquittement de Jean-Pierre Bemba, le Chairman du Mouvement de libération du Congo (MLC) par la Cour Pénale Internationale (CPI).  Selon lui, les ballons d’essaie lancés, ici et là, sur l’éventuel troisième mandat de Joseph Kabila est obscurcissant. Sur ce projet, il a persiflé : ‘’la politique du ventre fait dire du n’importe quoi pour flatter!’’. Il est resté de marbre pour confirmer aux nouveaux membres et aux cadres de son parti qu’il n’en sera pas question.

Pour les élections du 23 décembre que la population congolaise, en particulier, et le monde entier, en général, attendent : ‘’Nous, comme Parti de l’Opposition, disons, haut et fort, que nous irons à ces élections sans la machine à voter’’.  Sur le mystère qui plane sur l’audit du fichier électoral, Laurent Batumona a fait savoir à ses militants que l’Audit à mis à nu les faiblesses graves que la CENI a commise dans la préparation du fichier électoral. L’Audit a révélé qu’il y a 16,6% d’électeurs potentiels sans empreintes digitales. Ce qui représente, selon lui, plus de 6 millions d’électeurs. ‘’ S’il faut ajouter, les 5 millions de doublons, on arrive facilement à plus de 10 millions des cas d’irrégularités en faveur de la MP’’, a-t-il fait remarquer. Sur ce chapelet de revendications, il a insisté sur la libération des prisonniers politiques consignée dans l’Accord de la Saint Sylvestre que toutes les parties prenantes ont signé.

Dans six mois, de quoi demain sera-t-il fait au MSC ?

Il arrive souvent aux partisans du MSC de poser cette question. Et pourtant, la réponse existe, il suffit de savoir où la chercher. Pour Laurent Batumona, demain sera fait de ce que nous semons aujourd’hui, d’aller de porte à porte pour apporter le message de la bonne nouvelle de la vision et projet de société du Mouvement de Solidarité pour le Changement : ‘’La Solidarité et le Changement’’.  En politique, exhorte-t-il, on récolte au bout de quelques mois ou années les fruits de ce qu’on a semé. Et ces fruits peuvent être doux ou amers. ‘’Le MSC est en train de prévoir de quoi sera faite la récolte dès la fin de cette année électorale, c’est-à-dire, dans six mois’’.

Il faut noter que les avancées considérables sont réalisées au Mouvement de Solidarité pour le Changement dans le cadre de la mise en place des nouvelles structures sont reconnues, d’une part et, de l’autre, efficaces, stables et attractives dans les fédérations à travers la ville de Kinshasa.

Le nombre de militants au Parti de Laurent Batumona  s’accroit et présente une courbe que l’on n’est pas prêts d’inverser. La formation politique fait face à une véritable hémorragie des adhésions depuis le début de la réforme engagée par le visionnaire Laurent Batumona. Il s’est fixé l’ambitieux objectif de multiplier leur nombre avec sa politique de porte à porte.

A six mois des échéances, l’objectif se rapproche des ambitions.  Le leader du MSC lui-même vient de concéder que le parti est bel et bien sur la ligne de bataille. Cette hémorragie risque de se payer en 2018.

“Une campagne  ça ne se fait pas sans programme, rappelle-t-il. “Il faut quadriller le terrain dans chaque circonscription, et pour ça il faut des troupes suffisantes…”

Peter Tshibangu

 

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com