Enfin, libre !

This post has already been read 35434 times!

Il a eu de quoi faire un soupire hier. Ce fameux coup de théâtre a failli se répéter lorsque les juges annonçaient au jour prochain,  son verdict tant attendu. Revenant à la charge, ils ont finalement statué sur son cas provisoire, ces surprenants juges. Et oui ! Jean-Pierre Bemba est, enfin,  libre. Bien que cela soit provisoire, l’on doit se dire que sa joie est au zénith parce qu’enfin, depuis dix ans d’incarcération, ou mieux, de privation de liberté, de surveillance accrue, le voilà sorti de ce qui, pour un homme de son statut,  était considéré comme un très désagréable taudis regardant ses projets et autres affaires. Pour la belle petite histoire, c’est en  date du 8 juin que la décision de  trois juges sur cinq surprenait le monde à la Cour Pénale Internationale. Ce jour-là alors, l’on pouvait dire que les dieux étaient de ses côtés, parce que ce  fut son acquittement dans la première des deux affaires qui lui tenaient captif dans les installations sérieusement vigilées de la Haye. Jadis, c’est 18 ans à difficilement conter des doigts qu’il devait passer à Scheveningen. Aujourd’hui, c’est pour lui une histoire à raconter à sa femme et à  ses cinq enfants,  qu’il a tenu à voir personnellement dans sa résidence Bruxelloise, dès qu’il a quitté hier, les bagnes de la CPI.

Il faut à l’heure actuelle se demander ce que révélera la suite logique des choses ? Fort probablement, ils sont  nombreux ceux qui  pensent déjà à un éventuel retour dérangeur au pays. Utile de rappeler que l’idée de filer vite sur le sol congolais ne servirait qu’à s’abrutir d’avance. Car, il n’en existe aucun qui soit aussi discipliné que ce Bemba qui a passé dix ans sous la surveillance d’un geôlier. Comme pour dire que sa carrure ne servait à rien devant des accusations qui lui étaient assenées  sur sa figure d’ancien Vice-président de la République démocratique du Congo.

Quoi qu’actuellement, il soit acquitté en première instance dans la première affaire et libéré provisoirement dans la seconde chambre, il ne peut se prévaloir d’avoir remporté la guerre. Son verdict le plus final sera semble-t-il annoncé en la date du 4 juillet de l’année en cours, soit quelques semaines après la rencontre de Joseph Kabila et João Lurenço à Luanda, soit encore quelques jours du congrès que projette son Mouvement pour la Libération du Congo. Sérieux, que des événements à venir.

Frustrés par ce manque à gagner de dix bonnes années passées à la Haye, les avocats de Bemba ne seraient apparemment pas contre un dédommagement de 100.000.000 dollars américains de la CPI à ce Sénateur congolais au cas où il s’en sortait blanc comme la soutane de la sainte vierge Marie. Mais,  dans le cas d’espèce, cela lui ferait  sûrement perdre du temps parce qu’à Kinshasa pendant ce temps-là, la CENI de Nangaa foncera avec son programme qu’on ne peut dissuader.

A ses proches donc, de bien réfléchir pour savoir quel chemin emprunter dans les jours qui arrivent. Car,  même si totalement libre, il  l’était-il, il devrait faire face à  la loi électorale dont le fameux article 10   pour voir sa candidature passer le seuil des BRTC dont Nangaa détient, visiblement,  les clefs d’entrée et de sortie. Du reste, la course est ouverte à tous, le comité trancheur n’exclut personne, mais conseille à tous de se prémunir des réponses adéquates à ses conditions pour prétendre fouler le terrain. Quitte à Bemba de bien se préparer pour la suite.

La Pros.

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com