Liberté provisoire confirmée : Bemba en Belgique !

Liberté provisoire confirmée : Bemba en Belgique !

This post has already been read 1887 times!

*Désormais, il est mis en liberté provisoire. Les juges d’appel de la CPI l’ont   décidé ainsi depuis hier, à la Haye. Mais, ce n’est pas tout. Car, après ses dix ans passés sous le contrôle de son geôlier,  il a été acquitté dans la première affaire concernant les dix-huit ans consécutifs  à l’intervention de ses éléments de la DPP à Bangui. Au demeurant, pour la deuxième affaire relative à la subornation des témoins, tout en étant en liberté provisoire, Bemba serait appelé à répondre, si nécessaire, aux audiences à la CPI  dont la première est fixée au  4 juillet prochain. Déjà, sous escorte de la police  belge, il a quitté la CPI depuis hier, dans la soirée.

Bruxelles, première destination

Lilia Teixera, sa compagne et fidèle épouse, et ses cinq enfants dont quatre filles et un garçon, l’attendent à  sa résidence à Rodes Saint Genèse,  dans une des banlieues prestigieuses de Bruxelles, capitale du Royaume de Belgique. Tel, un héros vivant, une légende vivante ou, alors, un vieux routier de la résistance contre toutes les souffrances endurées, les pressions et autres guerre des nerfs encaissées ou subies, Jean-Pierre Bemba Gombo,  né le 4 novembre 1962 à Bokada,  dans  l’ex-Equateur, Sénateur de son état, challenger de Kabila à la présidentielle 2006 et leader  du Mouvement de Libération du Congo, incarne, à lui tout seul, le charisme,   la vision et les moyens de ce que pourraient être ses nouvelles  ambitions pour l’avenir de la RD. Congo.

Nouveaux horizons

Alors qu’il ne s’est même pas encore manifestement prononcé, d’aucuns le voient déjà  dans l’arène politique, lors de la prochaine présidentielle dont la tenue, comme l’avait si bien annoncé la CENI, est et demeure fixée au 23 décembre 2018. Puisque Bazaïba disait qu’il viendrait à Kinshasa pour participer au congrès du Mlc, début juillet, il va de soi que les gens, agissant en boursicoteurs, puissent, naturellement, se perdre en conjectures sur la suite des événements, après la mise en liberté provisoire de cet homme dont les qualités vertueuses,   généralement  reconnues  aux grands leaders,  dépassent aujourd’hui  les  bornes tracées des  frontières  nationales.

Exutoire

Prévu pour hier, mardi 12 juin 2018, le verdict tant attendu dans l’affaire de subornation des témoins, après qu’il ait été acquitté dans le dossier lié notamment, aux exactions et autres sévices dont se seraient rendus  coupables la plupart des ses légats envoyés en 2002 en République Centrafricaine, est tombé hier, en fin de la journée.

L’un des ses co-accusés dans cette deuxième affaire, se confiant aux médias hier, juste après l’audience aux issues connues,  n’a pas manqué de confirmer qu’à sa demande introduite depuis lundi 11 juin 2018, les juges d’appel n’avaient pas d’autre choix que   de lui accorder la liberté provisoire. Aimé Kilolo   étant lui-même,  bénéficiaire autant que la bande à Fidèle Babala et consorts,  estime que la Cour Pénale   ne pouvait  pas trouver des subterfuges pour continuer, inutilement, à détenir cette  coqueluche des militants du MLC dans sa cellule de Scheveningen, dans les installations pénitentiaires  de la Cour Pénale Internationale, à la Haye aux Pays-Bas.

Préjudices ?

Autrement dit, les choses se sont  dénouées. Enfin,  ce long voyage aux allures d’un temps d’éclipse pour de nouveaux rendez-vous avec l’histoire, un temps, peut-être, de retour en lui-même, pour se refaire la vision et reconstituer ses idées à la faveur de cette épreuve de dix ans de privation absurde de  liberté, loin de sa famille,  restée longtemps  toute seule  à Bruxelles, de ses activités dont un avion immobilisé et  cloué au sol  à Lisbonne au Portugal où il possède, à la fois, des biens de valeur, une résidence au fond  douillet  à Faro  ainsi que du personnel dépendant,  resté longtemps coupé et abandonné à son triste sort.

Une fois libéré de ses chaînes,  Bemba Gombo, à son corps défendant, pourrait être amené à exiger des dommages et intérêts à la CPI, pour tous les préjudices subis, soutient-on, dans les milieux du collectif des ses Avocats.

Et, à ce sujet, les chiffres circulent déjà sur la hauteur de ce que pourrait représenter  le pactole.  Des millions de dollars oscillant d’une centaine devraient lui être versés, pour solde de tout compte. Car, à leur avis, la CPI devrait réparer les   préjudices et manques à gagner, après le mea culpa du 8 juin dernier.  Comme il fallait s’y attendre, il s’agit là d’une autre paire de manches, dans laquelle  les juristes vont, une fois de plus, s’entredéchirer autour de cette nouvelle tournure d’événements, si jamais Bemba décidait d’y aller, de front, contre la même CPI.

LPM

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com