Députation Provinciale. CENI : les portes ouvertes aux candidats !

Députation Provinciale. CENI : les portes  ouvertes aux candidats !

This post has already been read 559 times!

L’option a été, certes, levée  de rembourser les premières cautions aux   candidats autrefois  inscrits sur les listes provisoires de la course à  la Députation Provinciale en 2015.  Tandis que tous les nouveaux candidats d’aujourd’hui et de demain  devront, à leur tour, se conformer scrupuleusement à la nouvelle loi électorale.

Tsunami 

De la Majorité à l’Opposition, de la Société civile aux indépendants, l’heure de vérité  a sonné pour se mettre en ordre de bataille pour les élections du 23 décembre 2018.

Après des maintes   discussions directes, des propositions de table ronde ou, alors, des dialogues-fleuves et autres consultations ou concertations,  la CENI a décidé de passer à la vitesse supérieure.

Cette fois-ci, semble-t-il, c’est la bonne. Car, à tout prendre, le  vent  qui va souffler  ce samedi 23 juin 2018,  a bien des allures d’un tsunami dans le firmament politique congolais. Les dés seront jetés. La machine à voter est maintenue. Le seuil de représentativité de 2 % sera appliqué. La caution, quoique doublée, tamisera les candidatures aussi bien fantaisistes que fallacieuses. Du coup, le processus tant réclamé à cor et à cri,  est là.

Pourtant, au CLC, les organisateurs des marches dites pacifiques ainsi qu’à l’Opposition, le langage est bien loin de rejoindre l’appel de la CENI. Là-dessus, les exigences formulées, à plusieurs reprises, comme des préalables majeurs à la tenue des élections, restent entières. Sans l’abandon de la machine à voter, le plan de décaissement des opérations préélectorales,  électorales et post-électorales, en l’absence de  la décrispation politique et de la redynamisation de la CENI et du CSAC, en dehors de la libération des manifestations publiques et de garanties des libertés d’expression, de réunion ou d’association, il serait bien illusoire  de compter sur le soutien du CLC, de la CENCO, de l’Opposition radicale ou, même, d’une frange de la société civile, ni la  caution  de la communauté internationale.

D’où, l’on se dirige tout droit vers la controverse autour  de la crédibilité du processus, de  la fiabilité des résultats, de  la légitimité des futurs élus et de  la légalité de l’impérium tant adulé.

Feuille de route

Ce samedi 23 juin 2018, la CENI prend, en effet,  date avec l’histoire du processus électoral en  RD. Congo. Elle va, sûrement,   convoquer le corps électoral. Puis, dès les premières heures de ce dimanche 24 juin 2018, elle ouvrira ses portes aux candidats à la Députation Provinciale. Un peu plus tard, soit presqu’un mois après, le 22 juillet 2018, l’occasion sera donnée à tous ceux qui, depuis plusieurs années, bavent et  aspirent à briguer la magistrature suprême, de déposer leurs dossiers  en même temps que les candidats à la Députation Nationale.

Puisque le calendrier est et sera respecté, selon que la CENI y tient mordicus, le 22 novembre prochain, la campagne électorale sera lancée. De   telle sorte que les différents candidats à la présidentielle jumelée aux législatives provinciales et nationales, puissent  se donner la possibilité d’étayer leurs idées-programmes en termes de projets de société ou de vision pour la gouvernance de demain, après que la remise-reprise fixée au 12 janvier 2019, ait permis à l’actuel Président de la République, Joseph Kabila Kabange, dont le deuxième et dernier mandat est arrivé à terme, le 20 décembre 2016, de passer le fanion des arcanes du pouvoir et de transmettre pacifiquement et conformément à l’Accord de la Saint Sylvestre et, surtout,  de la Constitution,  les clés d’accès au  Palais de la Nation à son successeur élu.

LPM

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com