Scenario !

This post has already been read 18480 times!

C’est la grande nouvelle, plutôt une mauvaise pour des personnes concernées. D’ailleurs, elles vont se reconnaître. Eh oui, le département d’Etat américain, lui qui, autrefois, avait sanctionné des dirigeants congolais pour d’autres raisons, est revenu cette-fois-ci à la charge. Tenez ! C’est à travers un communiqué de la section des Affaires publiques américaines, annonçant  le châtiment de plusieurs hauts responsables congolais, à cause de leur implication dans des actes importants de corruption liés au processus électoral en RDC. Qui sont-ils ? Et que font-ils réellement ? Difficile à dire, puisque le mystère demeure…

Dans un autre chapitre, le changement est en cours  du côté de Kinshasa. Les choses évoluent, oui elles avancent plutôt mieux pour le Sénateur Bemba Jean-Pierre. Car, le VPM She Okitundu, en accointance avec le Speaker du sénat, Kengo wa Dondo, aurait d’ores et déjà saisi l’instance appropriée pour faciliter la  délivrance à l’ancien  locataire  de la prison de Scheveningen, un passeport dit diplomatique, après tout, il en a droit.  Sérieux ! Mais, pourquoi cet enthousiasme ? Pourquoi cela intervient-il aujourd’hui ? Certains s’interrogent. Aux autres de répondre. En tout cas, à cette allure, rien n’exclut le retour, ni la participation de Bemba aux joutes électorales à venir dont la CENI, chapeautée par l’intenable Nangaa, vient de lancer la convocation du corps électoral depuis le samedi 23 Juin dernier. Comme  annoncée depuis des lustres, elle a ouvert ses bureaux pour le dépôt des candidatures à la députation provinciale depuis dimanche 24 juin 2018, en respectant parallèlement son almanach publié le  5 novembre 2017. Incroyable. Certes, ces élections auront bel et bien lieu, telles qu’elles ont été annoncées par Nangaa Corneille sur les ondes d’une station de la place. Sortie médiatique costaud allant jusqu’à secouer quelques ténors de l’opposition du régime, mort de rire… Puisque Nangaa l’a déjà dit, personne ne peut contester, la messe est dite, point barre! En évidence, la route pour des élections avec l’utilisation de la machine à voter, sans mentionner le fichier électoral, audité par l’OIF, est le chemin ouvert de boycott. Pourtant, cette résolution, à tendance provocatrice, est vue d’un mauvais œil par l’opposition dite radicale. Elle continue son bon bout du chemin avec le slogan en mettant de côté ces avancées pourtant  significatives et modernes, initiées par le tandem  Nangaa-Basengezi. Par ricochet, même la lumière qui devrait conduire l’arène politique au zénith, semble noircir par des contestations et des troubles en perspective.

Le consensus pourtant voulu par la Société Civile, la CENCO ou encore par la CALCC, semble jusqu’à preuve du contraire, un rêve irréalisable. Et, cela avant même que le président Kabila ne se prononce quant à sa  représentation ou pas aux suffrages, en choisissant un dauphin. Décisif serait-il son adresse devant le Congrès sur l’état de la nation avant le 20 juillet.

Le Comité Laïc de coordination, à l’en croire, compte revenir à la charge après l’expiration de son ultimatum au lendemain du 30 juin. Lui qui exige l’application de l’Accord de la Saint Sylvestre, la redynamisation de la CENI, institution d’appui à la démocratie habilitée à organiser les élections. En cela, il faudra ajouter la décrispation politique telle que voulue par l’Accord de la Saint Sylvestre, en passant par l’abandon des poursuites judiciaires des certains opposants, sans oublier  l’ouverture de quelques médias proches de l’opposition au nom des bonnes élections.

Merdi Bosengele

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com