«TRAITE DE DROIT CONSTITUTIONNEL CONGOLAIS» : Jean-Louis Esambo Kangashe signe son 5ème ouvrage

«TRAITE DE DROIT CONSTITUTIONNEL CONGOLAIS» : Jean-Louis Esambo Kangashe signe son 5ème ouvrage

This post has already been read 973 times!

L’auteur Jean-Louis Esambo entouré des Professeurs Evariste Boshab, à sa droite, et Célestin Dimandja, à sa gauche, au Salon Congo du Pullman Grand Hôtel Kinshasa.

Le constitutionnaliste Evariste Boshab baptisant l’ouvrage de Jean-Louis Esambo

En ce début d’après-midi du vendredi 22 juin 2018, au Pullman Grand Hôtel Kinshasa, s’est déroulée la sobre cérémonie de vernissage de l’ouvrage intitulé «Traité de Droit Constitutionnel Congolais» écrit par l’éminent Professeur Jean-Louis Esambo Kangashe. Ce cinquième chef-d’œuvre scientifique de ce brillant auteur a été porté sur les fonts baptismaux par le Professeur Evariste Boshab juste après une parfaite présentation faite par le philosophe Célestin Dimandja. Le somptueux «Salon Congo» de cet Hôtel de référence était noir de monde.

Présentation de l’auteur et de son livre

Face à un public trié sur le volet dont des députés et sénateurs, des membres du gouvernement, des représentants du pouvoir judiciaire, du monde scientifique et de la presse, le Professeur Célestin Dimandja a, de prime abord, brossé un petit portrait de l’écrivain Jean-Louis Esambo Kangashe, et ensuite, donné les grandes lignes de l’ouvrage scientifique de référence «Traité de Droit Constitutionnel Congolais».

Selon cet orateur, Jean-Louis Esambo Kangashe est le tout premier Docteur en Droit Public des Universités Paris 1 Panthéon Sorbonne et de Kinshasa à la faveur d’une cotutelle internationale de thèse défendue le 17 juin 2009 à Paris. Jean-Louis Esambo a d’abord été nommé Professeur Associé puis, depuis le 11 mai 2015, il est Professeur full. Cet auteur est spécialiste de Droit Constitutionnel, de Droit Electoral et de Droit Public comparé. Il enseigne ces matières à l’Université de Kinshasa, à l’Université Catholique du Congo (UCC), à l’Université Protestante au Congo (UPC) et à l’Université Libre de Kinshasa (ULK). «Sur le plan scientifique, il a une productivité effarante», a lâché Célestin Dimandja. Parmi ses ouvrages scientifiques de référence : «La Constitution congolaise du 18 février 2006 à l’épreuve du constitutionnalisme. Contraintes pratiques et perspectives» ; «Le Droit constitutionnel» ; «Le Droit électoral congolais» ; «Le Droit congolais des marchés publics». Jean-Louis Esambo Kangashe est membre de nombreuses associations savantes, à travers le monde. Il est Chef de département de Droit électoral à l’Ecole de Formation Electorale en Afrique Centrale (EFEAC). Il a participé à plusieurs missions d’observation électorale notamment, pour la présidentielle au Cameroun, les élections présidentielle, législatives et locales au Zimbabwe de même que les élections législatives au Mali. Il y a quelques semaines, Jean-Louis Esambo était juge à la Cour constitutionnelle de la RD Congo.

Abordant la présentation du livre «Traité de Droit Constitutionnel Congolais», le Professeur Dimandja l’a, à l’instar de son auteur, subdivisé en trois parties, à savoir : «le Droit constitutionnel normatif (146 pages)» ; «le Droit constitutionnel institutionnel (140 pages)» ; «le Droit constitutionnel des libertés». Avec ses 408 pages, ce chef-d’œuvre scientifique a été préfacé par El hadj Mbodj et postfacé par Dodzi Kokoroko. La première partie comprend quatre chapitres : 1.Les normes constitutionnelles ; 2.La norme législative ; 3.La norme réglementaire ; 4.Les normes catégorielles ou les décisions d’Etat. La seconde partie comprend, entre autres, les chapitres suivants : 1.L’architecture des institutions traditionnelles de l’Etat congolais traditionnel ; 2. Les institutions d’appui à la démocratie ; 3.Les institutions à dominance partisane. Cet ouvrage compte un index alphabétique de 6 pages, une bibliographie sélective de 20 pages et une table des matières de 12 pages.

D’après le Professeur Célestin Dimandja, l’auteur de l’ouvrage est un chevronné rompu de la pratique plutôt que de la théorie du Droit. «Le Traité de Droit Constitutionnel Congolais est essentiellement un ouvrage de maturité, d’expérience. C’est-à-dire un ouvrage qui remet les idéalités au pied de la réalité historico-politique de la République démocratique du Congo. «La Constitution n’est pas éternelle» est l’une des phrases-clés contenues dans ce grand livre. Enfin, le Professeur Dimandja prône le dialogue entre les spécialistes en Droit constitutionnel et les historiens, les politologues, les sociologues, les philosophes. Autrement dit, l’implication de tous les acteurs de l’histoire de la RDC en vue de résoudre les incessantes crises politiques et institutionnelles congolaises.

Baptême du livre

Après un petit débat, est venu le moment du baptême de l’ouvrage par le Professeur Evariste Boshab, ancien Ministre de l’Intérieur et Sécurité. Exprimant sa joie, ce co-promoteur de la thèse de Doctorat de Jean-Louis Esambo a affirmé que le dialogue externe entre les spécialistes de Droit constitutionnel et les autres acteurs existe réellement. «Alors qu’il passait, il y a peu de temps encore, pour un Droit inefficace, sans sanctions, le Droit constitutionnel a acquis, dans la seconde moitié du 20ème siècle, ses lettres de noblesse. Ayant pour conséquence, la constitutionnalisation progressive des différentes branches du Droit. C’est ce que j’appelle le dialogue interne entre les branches du Droit», a martelé le constitutionnaliste Evariste Boshab. A la manière de Jésus-Christ, cette personnalité a également mis en garde contre les «faux prophètes» qui pullulent en Afrique et qui ne rencontrent ni la mission pédagogique, ni la fonction émancipatrice du Droit constitutionnel. Le Professeur Boshab a indiqué que le Droit constitutionnel a pour mission d’encadrer l’Etat afin qu’il ne demeure pas le monstre le plus froid, mais prenne plutôt le visage humain communément appelé l’Etat de droit.

Ce brillant orateur, «grand-père de cette production scientifique», a couvert l’auteur de fleurs. «A titre illustratif, de la page 309 à la page 315, le développement que Jean-Louis Esambo consacre aux rapports entre l’Etat et l’Eglise, vous ne le trouverez pas dans un ouvrage de Droit constitutionnel d’un auteur occidental». Il a aussi salué la rigueur des définitions dans cet ouvrage scientifique. «La définition est l’art le plus difficile car il faut à la fois dire ce qu’est une notion et ce qu’elle n’est pas»… Puis est venu le moment du baptême de l’ouvrage proprement dit.

Enfin, le Député national Henri-Thomas Lokondo a fait un petit témoignage sur Jean-Louis Esambo qui, selon lui, n’est nullement un hypocrite scientifique. Il a rappelé un épisode d’un arrêt sur la Loi électorale rendu par la Cour constitutionnelle auquel le juge Esambo était opposé. La cérémonie s’est terminée dans une ambiance très conviviale et une série de magnifiques photos de famille.

James Mpunga Yende

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com