Elections 2018: agitations en perspective !

Elections 2018: agitations en perspective !

This post has already been read 580 times!

Plus question des manœuvres superfétatoires. Et, ce n’est donc plus le moment des conciliabules. D’autant plus que le décor vient d’être planté. Du côté de la Commission électorale nationale et indépendante, même au sein de la Majorité Présidentielle, la voie est à présent  libre, pour la tenue des joutes électorales en décembre 2018, dont le point culminant a été franchi le samedi 23 juin 2018, à travers la convocation du corps électoral. Sans ambages, ce grand marathon tant attendu au sein du firmament des protagonistes politiques RD Congolais est tombé comme la manne venant du ciel au temps de Moïse en route vers la terre promise. A l’allure où vont les choses dans le pays de Lumumba, des probables agitations se profilent à l’horizon avant même que le dépôt des candidatures à la présidentielle n’intervienne.

Comme l’on pouvait s’y attendre, en cette période cruciale, certaines langues de l’opposition radicale, de la société civile ainsi du Comité Laïc de Coordination,  appellent d’ores et déjà  à l’application stricte des certains points repris dans  l’Accord de la Saint Sylvestre, afin qu’il n’y ait pas des contestations après la publication finale des résultats des élections au lendemain du 23 décembre 2018. En effet, comme prédit par les analystes avérés, le langage des sourds commence déjà à s’accentuer dans l’agora politique, pendant  que le climat de confiance et de consensus s’éloigne, laissant place aux attaques entrecroisées entre deux camps : Majorité et opposition.

L’Ancien premier Ministre Adolphe Muzito est revenu à la charge dans sa 19ème tribune pour dénoncer le plan machiavélique qu’aurait établi le camp Kabiliste pour  conserver le pouvoir. Primo,  Il a accusé le régime en place de pouvoir organiser les élections frauduleusement avec l’utilisation de la machine à voter, avec le même fichier électoral et la composition de la CENI sans qu’elle ne subisse une redynamisation comme le prévoyait l’Accord de la Saint Sylvestre. Muzito a dénoncé, aussi, les manœuvres de la CENI et la MP de vouloir organiser les élections sans l’opposition, en la poussant au boycott. Muzito est revenu sur la problématique d’un autre glissement. A tout dire, au regard des inspirations des congolais, cette donne révélatrice, selon Adolphe Muzito, suscite des interrogations. Tout bonnement, Nangaa et ses troupes appliquent mutatis mutandis, le chronogramme publié le 5 novembre dernier. Cela se justifie par l’ouverture des Bureaux de réception et traitement des candidatures à la députation provinciale. Sans en faire une histoire, la CENI maintient l’utilisation de la machine à voter, le fichier électoral sans tenir compte des recommandations de l’OIF. Elle n’a pas besoin de l’aide venant de l’extérieur, concernant la logistique, financement et sécurité des scrutions électoraux. Bien que la récente sortie médiatique de Katumbi fustigeant ces décisions, ne changera pas la position de Nangaa et du Gouvernement. Par contre, le CLC a d’ores et déjà haussé le ton en s’adressant aux présidents africains par le canal de l’UA, une correspondance pour interpeler probablement le Président Kabila qui, à priori, devrait assister au sommet  qui aura lieu à Nouakchott au courant de la semaine. En attendant, l’ultimatum des laïcs catholiques réservent pleins de surprises pour d’aucuns.

Merdi Bosengele

 

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com