Cha-cha !

Cha-cha !

This post has already been read 26654 times!

Nul ne peut prétendre être congolais et ignorer l’incontournable classique ‘’Indépendance Cha Cha‘’ créé par Joseph Kabasele et l’African Jazz pour célébrer l’accession à l’indépendance de la République Démocratique du Congo, ancien Congo Belge, le 30 juin 1960. Ce fut un grand jour pour Lumumba et ses compères qui ont cru, avec un espoir indéfectible à une nouvelle ère dans le pays. Malgré que ce grand succès musical n’a pris aucune ride jusqu’à ce jour, le Congo, lui, n’est malheureusement jamais sorti de son carcan colonial.

De célébrations en célébrations, les habituels défilés sont presque devenus une honte sans équivoque dans un semblant de suprématie non encore méritée. Si, pour l’année passée, les congolais étaient appelés à méditer sur l’avenir quoiqu’incertain de la République, demain ce sera sans doute des journées de prières intenses pour délivrer le pays des anges déchus qui règnent en grande partie dans le chef des dirigeants. Rien n’est dit officiellement, rien ne se trame pour le moment, mais le ténébreux silence radio laisse entrevoir un 30 juin aussi dubitatif que les élections du 23 décembre prochain.

En parlant des scrutins, la CENI semble respecter le calendrier électoral avec beaucoup de précautions. Avec derrière elle la Majorité Présidentielle bien entendu… néanmoins, du côté de l’opposition, il y a quelques décimètres dans l’organisation des élections qui paraissent comme une valse endiablée. Ce qui explique leur méfiance à se livrer aveuglément audit processus. Plusieurs pièges se cachent derrière des principes préétablis par la Loi électorale fortement tripatouillée et des conditions voulant le refus manifeste de la paix en cette période cruciale. Tout pousse à croire que la volonté de faire mieux et d’aller de l’avant n’y est vraiment pas.

Mais, qu’est-ce qui reste de ce pays, le 2ème plus grand d’Afrique, si ce n’est des alliances politiques qui se font, se refont et se défont ? Les mentalités des congolais accusent un manque inconsidéré de l’éducation, du savoir-vivre, savoir-faire et du niveau d’étude toujours aussi faible. 58 après, la RD. Congo demeure solide comme de l’argile dans l’entêtement des valeurs et principes mettant en doute sa notoriété en tant qu’Etat, et garde sa constance fragile comme du Crystal quand il s’agit de se parasiter chez les voisins pour la moindre tige d’allumette.

Quel Etat quinquagénaire n’a jamais connu d’alternance dans ce monde ? Prenez le temps de chercher si cela vous chante, mais ce qui est sûr, le pays ne cesse de glisser sur une pente très inclinée. Et si personne ne prend conscience de ce qu’il est et ce qu’il veut faire de cet immense territoire où les richesses privées de certains vous sont naturellement acquis. Décidément, la RDC reste le seul pays où rien n’a changé mais tout est différent. Les doigts des congolais sont croisés espérant qu’un jour l’on scandera encore ce refrain avec raison. ‘’Indépendance cha-cha tozuwi ye ! / Oh Kimpwanza cha-cha tubakidi / Oh table ronde cha-cha ba gagner o ! / Oh lipanda cha-cha tozuwi ye !‘’

Boris Luviya

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com