Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Machine à voter, fichier électoral, présidentielle 2018… 55ème Assemblée de la CENCO : les Evêques face à l’opinion

Machine à voter, fichier électoral, présidentielle 2018… 55ème Assemblée de la CENCO : les Evêques face à l’opinion

This post has already been read 1318 times!

Les travaux des princes de l’Eglise Catholique n’ont pas pris fin hier, comme initialement annoncé. Selon des sources proches de la Conférence Episcopale Nationale du Congo, CENCO, c’est ce vendredi 29 juin, à l’aube de la fête de l’indépendance, que ces assises pourront se clôturer. Bien qu’essentiellement pastorale, l’assemblée plénière extraordinaire des Evêques de l’Eglise Catholique est attendue sur le registre politique avec attention. Rien d’étonnant puisque ces accoucheurs de l’Accord de la Saint Sylvestre devraient donner leurs orientations par rapport aux enjeux de l’heure cristallisés autour, essentiellement, du processus électoral avec cette lancinante faim d’alternance en République Démocratique du Congo. Donc, une fois de plus, les têtes couronnées de l’Eglise Universelle sont face à l’Opinion.

Loin de vouloir sonder le secret de Dieu, il faudra dire assez aisément que le fruit de ces assises ne peut tomber loin de l’arbre des idées exprimées depuis des lustres. Pour rappel, dans la dernière déclaration, les pères de l’Eglise avaient appelé à la mise en vigueur des préalables à des bonnes élections et au climat de confiance entre politiques ainsi que les électeurs. Cela, de sorte que le cap de la convocation du corps électoral passe sans accroc. Le presque faux départ de l’appel à candidature pour la députation provinciale pose déjà le décor de ce que redoutaient les Evêques catholiques puisque, visiblement, ils n’ont pas été entendus. Ainsi, appert-il qu’avec la perspective de reprise des actions du CLC en juillet, et la série de rendez-vous politiques, du sommet UA de Nouakchott au speech attendu du Président Kabila, ce 20 juillet au plus tard, aux passages de Nikki Haley et du tandem Moussa Faki-Antonio Guterres, par la sagesse et l’esprit de conciliation qui les caractérisent, les Archevêques membres de la CENCO s’exerceront à jeter un coup de projecteur sur la meilleur voie à suivre pour une sortie de crise en RDC.

Dans son oral d’ouverture, considérant la situation sociopolitique de la RD Congo, le président de la CENCO avait fait remarquer que « la montée des inquiétudes relatives au processus électoral» allait être mise sur table. «Après une analyse du paysage socio pastoral, le Comité Permanent a relevé quelques défis pastoraux qui se résument en une question : Que faire pour que le processus aboutisse, dans le délai prévu, à des élections crédibles ?», confiaient-ils. La CENCO qui avait demandé la certification de la machine à voter par une main extérieure, la grande Bretagne épinglée, jusqu’au top départ de la convocation du corps électoral, n’aura pas eu gain de cause. Elle, en sus, qui demandait des signaux clairs d’apaisement du climat politique de la part tant de la CENI que du pouvoir n’aura pas, à ce jour, réussi à changer les choses. En définitive, la Conférence Episcopale Nationale du Congo est placée devant un tableau où l’Opposition radicale est tentée de ne pas participer aux élections sous réserve de voir une poignée d’exigences être exaucées. Et, où, par ailleurs, c’est l’ultime aube de vérité pour la fin du suspense quant à savoir si le Président Kabila sera candidat ou pas. Puisque les lampions s’éteignent sur l’assemblée plénière extraordinaire de juin ce vendredi, sauf imprévu, la réponse trouvée au centre Caritas sur la sortie de crise sera connue d’ici quelques heures.

Danny Ngubaa