Mbilia Bel donne un coup de pouce à Péguy Tabu

Mbilia Bel donne un coup de pouce à Péguy Tabu

This post has already been read 721 times!

On ne peut jamais évoquer l’histoire de Marie-Claire MBOYO MOSEKA dit Mbilia Bel sans citer le nom de Pascal Tabu Ley Rochereau, père de sa fille. Malgré  que leur relation ait tourné au vinaigre à une certaine phase de leur cheminement, la chanteuse a toujours gardé des bons souvenirs et surtout du respect à cette légende de la rumba congolaise qui l’a propulsé sur la scène musicale. Cinq ans après la disparition du Seigneur Ley, la Cléopâtre Mbilia Bel veut renouer une nouvelle relation avec la famille TABU, qui l’‘‘abhorrait’’, du vivant du patron d’Afrisa International. Evidemment, les enfants de Tabu Ley ne supportaient pas sa présence. Chacun considérait  Mbilia Bel comme la pire rivale de sa mère, malgré son apport artistique à l’entreprise de leur géniteur.            

Les linges sales se lavent en famille, dit-on. Mbilia Bel veut tourner la page de conflit avec la famille Tabu. La Cléopâtre de la rumba se ressaisit et accepte de collaborer avec de Péguy Tabu, un des fils biologies du patriarche Pascal Tabu.

Sur les traces de son père, ce jeune chanteur a sollicité le soutien de Mbilia Bel pour son prochain album qui sortira cette année, sur le marché. Les deux artistes vont réaliser une chanson du genre style fiesta dont Rochereau était le maître d’école.

La mère et le fils convolent dans un featuring pour le bonheur des mélomanes de la bonne musique. C’est aussi pour rendre hommage au seigneur Ley, ce grand monument de la musique africaine.

L’information a été rendue publique par Péguy TABU, qui se réjouit de sa toute première collaboration avec sa marâtre.

Mbilia Bel et Péguy se sont mis d’accord sur tous les points, concernant les modalités du travail. Ils ont même déjà validé la chanson qui fera l’objet de la  renaissance du style fiesta dont le Seigneur Ley fut le maître  d’école.

Pour que l’œuvre  reflète réellement leur talent, Péguy a fait appel à un célèbre arrangeur des sons congolais qui est réputé en matière de rumba. Déjà, renseigne-t-on, les pourparlers vont bon train. Sauf imprévu, le projet sera exécuté à partir de ce mois de juillet, à Kinshasa.

Pour rappel, Mbilia Bel a évolué pendant 6 ans au groupe Afrisa International où elle a été découverte au grand public. Aux côtés de Tabu Ley, elle a bénéficié des opportunités d’enregistrer des belles mélopées qui ont fait l’apothéose dans la scène musicale. Grâce à l’écriture de Seigneur, cette subliminale voix a dompté les mélomanes aux travers des titres succulents tels que  «Mpeve ya longo» ou encore «La beauté d’une femme». Au-delà de la musique,  il y avait aussi une histoire d’amour entre Seigneur Ley et sa diva avec qui ils ont eu une fille du nom de Mélodie Tabu.  Certainement, cette relation avait aussi  beaucoup  dérangé la mère de Peguy Tabu qui, à l’époque, était femme légitime du patron d’Afrisa International.

Concernant le fils de Tabu, ce jeune chanteur se défend pas mal dans l’art d’Orphée, depuis la mort de son père en 2013. Le public l’apprécie énormément grâce à son timbre vocal, qui se rapproche de celui de son géniteur. Son dernier titre  « Pardon » réalisé en featuring avec  Feu Papa Wemba le prouve. Vu l’histoire,  Mbilia Bel et Péguy Tabu partagent quelques choses en commun sur le plan artistique. Sûrement, de leur collaboration, ils vont produire un travail de titan qui ne manquera pas de plaire aux amoureux de la bonne musique.

Qui vivra verra !

Jordache Diala

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com