Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Dernier virage à la CPI. Bemba : le jour-j est là !

Dernier virage à la CPI. Bemba : le jour-j est là !

This post has already been read 1103 times!

C’est le grand jour pour le Chairman Jean-Pierre Bemba Gombo. Après l’heureuse phase de l’acquittement par la Cour Pénale Internationale, le 8 juin, puis sa libération conditionnelle quelques jours plus tard, le 12 juin précisément, quant aux chefs d’accusation de crimes de guerre et crimes contre l’humanité commis par ses éléments en RCA, l’ancien Vice-président congolais est face à la reprise du procès de la deuxième affaire, celle de subornation des témoins. “Il n’y aura pas le prononcé de peine demain. Les différentes parties vont présenter les éléments supplémentaires sur la question de la peine”, a dit Patrick Tshibuyi, chargé de sensibilisation de la CPI en République Démocratique du Congo, au téléphone d’une consœur en ligne. Donc, sauf changement de dernière minute, l’homme devra revoir l’épisode final de son épreuve judiciaire. Une certaine opinion à Kinshasa, Capitale de la RDC, comme ailleurs dans certaines antichambres et même rédactions, laissait et laisse toujours croire que Jean-Pierre Bemba pourrait être acquitté totalement ce 4 juillet, histoire de revenir au Congo prendre part à la course électorale à l’aube de la convocation du corps électoral par la CENI pour les dépôts des candidatures à la présidentielle et l’organisation d’un congrès au MLC.

Au Mouvement de Libération du Congo -MLC-, sa formation politique, les espoirs se cristallisent, avec ferveur, sur cette perspective. Mais, il faudra dire que cela, quoiqu’une possibilité, ne reste pas une certitude à l’instar d’une vérité d’évangile puisque le son de cloche de la CPI est encore mi-figue mi-raisin. Soit ! Il faut, toutefois, dire que Bemba ne risque pas grand-chose, aux yeux de quelques experts, parce qu’ayant passé dix ans en prison alors que la peine maximale pour la subornation des témoins ne serait que la moitié de ces années déjà épurées à La Haye. Par ailleurs, avant l’appel de la Procureur Fatou Bensouda, la Cour,  après l’appel des avocats de Bemba, avait confirmé la peine de 12 mois de prison déjà prononcée fin mars 2017 par la Chambre inférieure de l’appareil juridique de la CPI. Donc, en clair, le pire semble avoir été déjà affronté par le Chairman Bemba, d’ailleurs avec une impassibilité qui laisse transparaître sa carapace de fer d’homme d’Etat actuellement vanté par ses supporters.

Le meilleur est-il à venir ?

Si, toutes projections faites, le pire parait déjà relégué au passé pour le numéro Un du MLC, répondre à la question de savoir si le meilleur est à venir n’est pas aisée. Vu comme une carte bougée par des mains puissantes de l’Occident contre le régime de Kinshasa, Bemba est toujours entre marteau et enclume s’il faille le voir comme carte électorale. En effet, même s’il ne peut plus retourner en prison à La Haye, peu importe le verdict attendu, sa venue en RDC, encore entouré de brume à cause des dessous des affrontements postélectoraux à Kinshasa en 2006, Jean-Pierre Bemba Gombo ne saurait sonner comme celui d’un présidentiable au cas où il n’est pas acquitté totalement. En effet, l’article 10 de l’actuel arsenal juridique électoral exclu de la présidentielle toute personne ayant été condamnée. Au-delà de cet aspect, lecture des intentions du bloc anti-3ème mandat (Paris-Luanda-Kigali-Bruxelles) oblige, si Bemba s’avère autre qu’une carte électorale, il sera à la tête d’une nouvelle aventure dont l’issue ne serait connue que de Dieu.

Danny Ngubaa

Tags: , , ,

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com