Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Trame cachée ?

Trame cachée ?

This post has already been read 11970 times!

Ce n’est plus qu’une question d’heures, des minutes voire des secondes avant que la procédure de sa libération totale s’enclenche à la Cour Pénale Internationale. Jean-Pierre Bemba que l’on croyait vieillissant dans les installations de la Haye, goûtera encore officiellement aux délices du droit sacré qu’est “la liberté”.

Celle-ci ne sera pas comparable à la première. Libéré provisoirement depuis le 8 juin dernier dans la première affaire de massacre des innocents en RCA, pour laquelle il devait passer dix-huit ans sous les geôles de la CPI, le Sénateur congolais qui séjourne actuellement en Belgique, nation sur laquelle il aurait porté son dévolu pour jouir de sa liberté autour  de l’entièreté de sa famille après ledit verdict, est plus que le messie, pointé du doigt par le monde espérant qu’il apporte avec lui, la potion magique qui décrispera le Grand-Congo qu’il a quitté sur la pointe des pieds,  il y a une dizaine d’années de cela, alors que les torchons brûlaient de vive chaleur entre lui et le toujours Président congolais, Joseph Kabila.

Désormais, les salons de  débats battent leur plein partout où ils sont installés. De ces derniers,  ressortent des discussions dans lesquelles l’on tente de découvrir ce que cache désormais,  le fond des pensées de ce Bemba.

A la limite du presque, l’on peut affirmer que même un génie n’aurait su deviner ce qu’à prévu faire l’autorité morale du Mouvement de Libération du Congo, après sa très probable libération qui interviendra,  sauf fausse alerte ou report,  à la CPI.

Seulement, le jeu de questionnement demeure. Que va-t-il faire ? Où va-t-il aller ? Que va-t-il dire ? Et tant d’autres  remplissent le questionnaire que tous se posent, en attendant que le protagoniste ne dévoile officiellement ses intentions.

Si pour ce qui est de sa vie privée, le sénateur congolais courait  vite dans sa résidence huppée de Rhode- saint-Genèse à Bruxelles, voir sa famille, l’on s’impatiente de voir avec quelle  vivacité,  il reprendra du service politique.

Son MLC qui projette un congrès d’ici une semaine et quelques jours  a,  du reste, dévoilé par la bouche de sa secrétaire générale Eve Bazaïba, que le fils du défunt Jeannot Bemba Saolona serait présent à  ces assises.

La trame semble cacher des informations que même les bouches-fouilles merdes s’empêcheraient de révéler car, dans une nation où l’avenir s’annonce chaotique, sage est souvent la résolution de se taire, plutôt que de se faire le prophète du malheur.

Mais alors, que peut-il faire à cette majorité dont la nouvelle cangue dénommée ‘’Front Commun pour le Congo’’, se solidifie du jour au lendemain grâce aux signatures des présidents des partis et regroupements politiques, dont les opposants transigeants et d’autres rassemblements qui auront laissé tomber  leur statut de médiateur pour s’aligner derrière le bloc des plus ambitieux ? Difficile à dire, dès  lors que le décor à l’extérieur est,  quant à lui,  échafaudé par des sanctions infligées  aux autorités congolaises.

Si pour plusieurs analystes, les élections prévues par la CENI  en décembre  de cette même année risquent,  à tout prix,  d’être le scénario du chaos, il n’est pas exclu de se questionner sur le terrain décisif où se joueront les ultimes confrontations.

Car, en effet,  depuis hier à Genève, les experts onusiens ont enclenché,  preuve à l’appui, le processus révélateur des bourreaux des atrocités commises sur femmes et enfants entre 2016 et 2017 dans le Grand Kasaï dans l’affaire qui aura fait le tour du monde portant sur  le vrai-faux phénomène  Kamuina Nsapu.

A ce niveau, utile est encore le geste du coup de téléphone à ceux-là même à qui l’on aura par mégarde tourné le dos, car juillet est encore dans ses premiers jours, synonyme d’une lueur d’espoir pour entrevoir des pourparlers avec les organisations internationales du temps que leurs mains restent encore tendues.

Les sages ne disent-ils pas que l’isolement ne profite à personne dans un monde où règne l’internationalisation de l’échange, de la production et, même,  la globalisation de l’économie ?

Qu’à cela ne tienne, une chose reste vraie  pour plusieurs.  Ce que la libération de Jean-Pierre Bemba ne serait  pas le fruit d’un hasard. L’on ne va plus s’écarteler entre plusieurs concepts, il est maintenant question de s’imprégner de la suite logique du relâchement de Bemba. Car,  derrière lui,  se feront indubitablement des choses à multiples connotations.

La Pros.

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com