Son fils cadet lui rend hommage. Général d’Armée Kayembe : déjà une année dans l’au-delà

Son fils cadet lui rend hommage. Général d’Armée Kayembe : déjà une année dans l’au-delà

This post has already been read 618 times!

Décédé le 5 juillet de l’année dernière, le Général d’Armée Kayembe, l’homme des situations difficiles, vient de totaliser une année dans l’au-delà. Pour honorer la mémoire de son père, dans une interview, Dan Kayembe Mbandakulu, le fils cadet de l’illustre disparu, revient sur les acquis qu’il aura bénéficiés  de celui qu’il a connu comme père et que d’autres ont autant si pas plus connu comme leur repère dans le service commandé au sein des FARDC comme ailleurs. Il a, par la même occasion, remercié le Chef de l’Etat pour la reconnaissance de la bravoure et de l’abnégation  qu’aura démontrées son défunt père pour la sauvegarde de l’intégrité territoriale qu’il a tant défendue dans les circonstances aussi exceptionnelles que cruciales pour sa patrie, la République Démocratique du Congo.

Retour sur la vision Kayembe

Dans son allocution d’ouverture des travaux préparatoires à la table ronde sur la réforme de l’armée en 2007, le Chef d’Etat-major Général et Lieutenant Général Kayembe, d’heureuse mémoire, projetait, d’ores et déjà, la création d’une armée professionnelle, dont la mise en condition a été fondée essentiellement sur la maîtrise des connaissances et des pratiques destinées aux activités de défense. Ainsi, l’objectif prioritaire de ladite table ronde était d’abord de constituer une force militaire capable de relever la MONUC (actuelle MONUSCO). Simultanément, il souhaitait, en tant que Chef d’Etat-major, l’amélioration des conditions de vie des militaires et leur comportement.

Dans sa vision, le Lieutenant-général Kayembe pensait pouvoir avoir une armée professionnelle pour l’horizon 2020, capable de prendre la relève de la sécurité dans tous les coins et recoins du pays après un départ de la MONUC de l’époque.

‘’Je vais, en effet, éviter que les FARDC ne soient la juxtaposition d’hommes, de matériels et de structures de commandement, sans cohérence, sans capacité de concentrer les efforts, et reposant sur un socle d’infrastructures, d’administrations et de logistique inexistant ou inefficace’’, disait-il.

D’ailleurs, depuis le 1er juin 2000, quand il fut Vice-ministre de la défense nationale, le Général de Brigade prônait la légitimité du combat des forces armées congolaises et de leurs alliés, d’après la ligne générale que le Gouvernement de Salut Public entendait suivre pour mettre fin aux malheurs du Peuple Congolais.  Dans son speech du 1er juin 2000, il disait :’’en s’organisant mieux que par le passé, en s’organisant politiquement en pouvoir populaire, et en se dotant militairement d’une forte structure du peuple en armes, le peuple congolais aura forgé l’invincible parade contre toute aventure militaire, d’où qu’elle vienne’’.

C’est dire que l’ancien Chef d’Etat-major prêchait l’auto-défense du peuple congolais par tous les moyens à sa disposition. Car, la République démocratique du Congo est victime de ses richesses potentielles illimitées qui font l’objet de convoitises souvent mal dissimulées. ‘’Tout le monde aime la RDC, mais très peu de pays aiment les congolais’’, martelait le Général Dieudonné Kayembe. Implicitement, il est d’une importance vitale que le peuple congolais, dans toute sa diversité, prenne conscience, une fois pour toute, qu’il ne pourra jamais mettre ses richesses en valeur, tant qu’il ne sera pas capable de garantir la paix.

C’est aussi là une des grandes convictions de celui qui fut à sa mort Général d’Armée, il s’agit bien de Feu Kayembe

Des hommages du fils cadet

Les morts ne sont pas, dit-on. En effet, comme le veut cet adage, les bons souvenirs du Général Kayembe traversent encore les veines de Dan Kayembe. C’est une évidence, il sent un vide parce qu’il a perdu non pas seulement un père, mais également un confident qui en dehors de son piédestal de Général disposait de son temps pour partager avec lui quelques faits divers tel que le football et tant d’autres.  Dan se dit également heureux d’avoir connu un père qui veillait quelques millimètres près de son évolution en ce qui concerne son cursus scolaire. Il signale, au passage, que son illustre père misait beaucoup sur le résultat, raison pour laquelle, il a fréquenté les meilleurs écoles de Kinshasa. Dans cette collaboration père-fils, le Général se donnait même la peine de faire ensemble avec son fils ses devoirs, nonobstant de multiples répétiteurs qu’il engageait pour lui. Dan Kayembe Mbandakulu sait également que si son père est parvenu à éclore ses talents au grand jour, c’est parce que quelqu’un avait cru en lui. Il s’agit du Président de la République, Joseph Kabila Kabange, comme auparavant son père Feu Mzee Kabila. Il a, ainsi, profité de l’an un de la mort de son père pour dire merci au Chef de l’Etat.’’ Vous savez, la vie de l’homme se dissipe comme la fumée. Mais, je dois me montrer plus que reconnaissant au Président de la République pour la reconnaissance du travail abattu par mon père qui s’est sacrifié pour l’intérêt du pays à des moments les plus controversés de son histoire. En plus, si nous continuons à habiter dans cette maison, c’est toujours grâce au Président Kabila. Si cela ne dépendait que des autres, nous serions je ne sais où déjà’’, a-t-il déclaré.

Quid de la vie du Général Kayembe ?

Faut-il retenir que ce fut un homme hors du commun, il était le partisan de l’excellence, ami du travail bien fait. Avant de servir son pays sous le drapeau, il avait effectué ses études universitaires à l’université de Lubumbashi où il finit avec brio à la faculté de sociologie et anthropologie. Il fut inscrit dans les années 60 dans une prestigieuse académie militaire de Saint-Cyr en France. En 1969, il est admis à l’école de guerre à Fort Knox dans le Kentucky aux Etats-Unis d’Amérique, formation sanctionnée par le Brevet d’Etat-major.  Il gravit des postes prestigieux notamment : Vice-ministre à la reconstruction, Vice-ministre à la défense puis Chef d’Etat-Major Général des forces armées de la République Démocratique du Congo.  Originaire de la collectivité de Kaniki, territoire de Mwene-Ditu, district de Kabinda, dans l’ex province du Kasaï-Oriental, le Général Dieudonné Kayembe Mbandakulu a vu le jour à Lubumbashi un certain 9 avril 1945, de l’union de Barthelemy Kayembe et d’Elisabeth Mbombo Lukuna. Paix à son âme !

Jules Ntambwe & Francis Sengeyi

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com