Dina Star SHANGO réapparaît dans le style rumba Afro Soul !

Dina Star SHANGO  réapparaît dans  le style rumba Afro Soul !

This post has already been read 998 times!

Très ambitieux, Dina Star SHANGO est un chanteur congolais évoluant en France. Avec un esprit ouvert, cet auteur -compositeur et interprète de talent prometteur a aussi collaboré avec beaucoup d’autres stars de renommée de la musique congolaise et d’ailleurs. Il vient de lancer sur le marché du disque  son nouveau single intitulé « Limbisa ngai ». Très exaltante, cette  œuvre se présente comme un fer de lance pour Dina Star SHANGO, qui renoue avec les mélomanes de la bonne musique.  Au cours d’un entretien accordé au journal La PROSPERITE, l’auteur de la chanson « Amicitia » invite les Congolais à  découvrir son style, la rumba Afro Soul, qui est son identité musicale. Le chanteur demande au public de lui ouvrir des portes de succès comme ils l’ont fait à d’autres musiciens venus de la diaspora notamment, Félix Wazekwa, Karmapa…

Suivez-le :      

Que faut-il retenir de votre personne et surtout de votre histoire avec la musique ?

Dina star : je suis artiste chanteur. Les intimes m’appellent DINA. Je suis né en République Démocratique du Congo. L’Equateur est ma province d’origine. Grandi à Kinshasa, après mes études littéraires, successivement à Matadi (Athénée Central Matadi), à Kinshasa (Institut Mokengeli/Lemba), à Mbanza-Ngungu (Collège Nsona Nkulu), j’ai quitté mon pays d’origine, vers les années 80, pour l’Europe où je vis actuellement, en France, avec ma famille. Mon histoire avec la musique commence dès mon jeune âge. Alors enfant, j’ai su développer mon oreille musicale en écoutant chanter mes parents à la maison ou à l’église Protestante. C’est ainsi que ma passion et mon amour pour la belle mélodie et les beaux textes ont pris l’élan. Quand j’étais en RDC, aucune idée de faire la musique, priorité aux études. Mais, hélas, arrivé en Europe, le destin avait décidé autrement.

Comment se présente les grandes lignes de votre parcours musical ?

Ma première expérience du genre remonte en 1986, à Mulhouse (France), avec la naissance du groupe Néocortex, composé de mes amis, Thierry Gonthier (batterie), Jacquy (guitare), Etienne (clavier) et moi-même le chanteur et co-fondateur. Influencé par la musique multiculturelle de Johnny GLEG, en Afrique du Sud, malheureusement, cette expérience fut de courte durée. C’est en 1990, que débute véritablement ma carrière musicale. Car, en 1990/1991, j’enregistre, successivement, 2 titres (Bolingo et Amicitia).

En 1999, j’avais participé avec mon ami Martin LELO & Cie au 2ème tour des éliminations du «Printemps de Bourges», à Schiltigheim-Strasbourg en France où je remportais la 2ème place au classement final.  J’ai collaboré aussi avec des célèbres arrangeurs et musiciens, en Alsace tels que, Jean Michel EBLE, Vincent HATTENBERGER, Mario TARDIO et Dominique MONTANARO. Des nombreuses productions scéniques se sont enchainées un peu partout en l’Europe (Belgique, Suisse, Allemagne) où le public m’accueillait avec chaleur.  Au-delà de l’Europe, j’ai également sollicité pour prester en Afrique aux côtés d’artistes de renommées comme le Malien Soungalo COULIBALY et le Camerounais, Guy-LOBE, Nkodo SITONY. J’ai fait aussi des grandes scènes avec mes frères congolais tels que Kester EMENEYA, Papa WEMBA, Dr. SAKIS, KANDA BONGO Man, KUSALA YONDO Sister et MADILU System (République Démocratique du Congo).

Avez-vous déjà une œuvre référence par laquelle le public peut facilement vous reconnaître ?

Si ! En 2011, j’ai lancé le projet « Bolingo», sous la direction musicale de l’arrangeur Sec BIDENS. Ce projet a été marqué par des deux belles œuvres «Congo Moja » et « Mama Bolumbu » qui ont été aussi bien accueillies par les amoureux de la bonne musique. Je l’ai travaillé avec l’apport vocal des chanteurs, choristes, musiciens  tels que : De Souza Santu, Céline CHEYNUT (choriste de Christophe MAE, de Youssou N’dour, etc.), Abby Surya et Lenny Bindes (à la guitare basse). Actuellement, je viens de signer mon retour avec la sortie de nouveau single, intitulé « Limbisa nga » (Pardonne-moi) chanté en featuring avec la  chanteuse Christy Diamond.

Quelle est votre particularité par rapport aux autres chanteurs,  en termes de style musical ?

Ma particularité consiste dans  le mélange de plusieurs styles de musique. Je joue un peu disco teinté de soul et de 90 % rumba congolaise classique. Ce cocktail de genres musicaux donne naissance à un style singulier et atypique que j’appelle  « Rumba Afro Soul ». Retenez qu’étant  autodidacte, je pratique une musique qui vient de “l’intérieur”. C’est-à-dire, le  rythme et le tempo viennent des trippes, par opposition à la musique dite “de l’extérieur”. Attendu par-là, une musique  enseignée à l’école qui est fondée uniquement sur l’apprentissage de la technique.

En quoi votre musique peut-elle être utile à la société ?

Education de masse, en évitant de chanter des futilités. Ecrire des beaux textes et produire des belles mélodies pour plaire aux mélomanes. Voilà mon crédo ! Ceci constitue ma raison idéale de faire  la musique.

Croyez-vous avoir de la place dans la sphère musicale congolaise où il y a des grands musiciens tels que  Niboma Canta, Koffi, Fally, Ferré, Jean Goubald… ? 

C’est le public qui a fait de tous ces grands artistes (cités-dessus) ce qu’ils sont devenus aujourd’hui. Respect et considération! Quant à moi, oui, je pense…,  si le public m’adopte, tout est possible. Par contre, je suis, quand même, conscient, que c’est un long parcours plein d’embuche, qui demande beaucoup d’effort et de sacrifice. Mais, parfois, les choses peuvent prendre des raccourcis et aller très vite.

A quand la sortie de votre prochain  album ?

Pour le moment, aucun projet musical en vue, car, il faut laisser le temps à la musique de respirer. Sorti en mars 2018, mon single «Limbisa nga» n’est qu’un bébé sur le marché. Actuellement, priorité, à sa promotion à travers les médias traditionnels ((Radios, TV et presse écrite), tout comme dans les médias digitaux (presse en ligne et réseaux sociaux) ainsi qu’à travers de spectacles, show case ou encore des soirées.

Avez-vous un message particulier à adresser aux mélomanes Congolais ?

Amour, beaucoup d’amour, conscience et responsabilité. Musicalement, je demande aux mélomanes congolais de consommer, sans modération, mon single « Limbisa ». Il est actuellement, en écoute sur toutes les plateformes de musique en streaming. Le tournage du CLIP, c’est pour bientôt. Que le Dieu de nos ancêtres protège le Congo et son peuple.

Propos recueillis par Jordache Diala

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com