Kikwit : les EAE favorisent une cohabitation pacifique des enfants

This post has already been read 489 times!

«Depuis que je viens à cet endroit, je me sens à l’aise. Je joue au football avec les autres enfants comme si j’étais encore au Kasaï. J’aime bien le football. C’est pourquoi, je porte cette vareuse. Je suis content de tout ça. Nous vivons en bon terme et en paix avec les autres enfants trouvés ici», témoigne Trésor Mbuyi, 11 ans, un des enfants des déplacés de Kasaï rencontré à l’Espace ami d’enfants (EAE) situé sur le terrain du bureau urbain des Affaires sociales de la ville de Kikwit, commune de Lukolela, province du Kwilu, en RDC.

Mbuyi estime qu’être en compagnie des autres enfants ouvre son esprit et l’aide à faire une bonne intégration sociale. «J’invite donc les autres enfants qui ne connaissent pas cet espace à venir pendant les vacances pour se détendre et se socialiser», ajoute-t-il. De son côté, Françoise Tshibanda, 13 ans, est souriante. Elle joue au colin Maillard avec deux autres filles de Kikwit  de son âge. «Quand nous sommes venues avec maman l’année passée, je me sentais presque isolée. Je ne connaissais même pas la langue Kikongo. Grâce aux activités de l’EAE il y a trois mois, je ne me sens plus abandonnée. J’ai maintenant beaucoup d’amis qui m’aident à apprendre le Kikongo», déclare-t-elle après avoir couru pour le jeu qu’elle a choisi.

Héritier Mpolo, lui, est un enfant de Kikwit. Il est de temps en temps à côté des enfants des déplacés de Kasaï. «J’avais d’abord peur de jouer avec les enfants qui sont venus de Kasaï. Actuellement nous évoluons ensemble. Chaque jour nous jouons comme nous voulons dans cet espace», indique-t-il sueur au front, visage quasiment jovial. Il souhaite que ces activités continuent jusqu’à ce qu’ils deviendront adultes.

Mbuyi, Tshibanda et Mpolo sont parmi des enfants qui font une cohabitation pacifique grâce aux EAE initiés par la Communauté des amis de la nature et de la culture (CANACU), une Organisation non gouvernementale de droit Congolais créée en 1995.   «Ces activités entrent dans le cadre de la prise en charge des enfants déplacés affectés par les conflits de Kasaï. Il y a trois encadreurs et deux gardiens des matériels des enfants par site où se trouvent les Espaces amis d’enfants. Il y a plusieurs jeux qui se déroulent dans ces espaces. Jusqu’ici, la ville de Kikwit n’a que deux EAE dont l’un sur le terrain du bureau urbain des Affaires sociales  et le second sur le site des déplacés de Kasaï dénommé ‘’Site Simba Mosala’’ à  Kikwit 4. Cela a connu un appui financier de l’UNICEF», explique Damien Bungu, coordonateur provincial de la CANACU dans le Kwilu. Bungu affirme les activités dans les EAE se passent chaque jour de 08h00’ à 15h00 recevant ainsi 80 ou plus d’enfants par jour.

Les jeux qui se déroulent dans les EAE respectent l’esprit de la Convention internationale des droits de l’enfant. «Les Etats parties reconnaissent à l’enfant le droit au repos et aux loisirs, de se livrer aux jeux et aux activités récréatives propres à son âge, de participer librement à la vie culturelle et artistique. Les Etats parties respectent et favorisent le droit de l’enfant de participer pleinement à la vie culturelle et artistique et encouragent l’organisation à son intention de moyens appropriés de loisirs et d’activités récréatives et culturelles dans des conditions d’égalité», stipule l’article 31 de cette convention. De son côté, l’article 21 de la loi N°09/001 du 10 janvier 2009 portant protection de l’enfant en RDC renchérit : «Tout enfant a le droit de jouir du meilleur état de santé possible. Ce droit inclut le soin de santé, l’allaitement maternel ainsi qu’une alimentation saine, suffisante, équilibrée et variée». La CANACU qui a organisé ces EAE a  son  siège social à Kinshasa, capitale de la RDC, dans la commune de N’sele, quartier Buma, groupement de Kimpolo, village de Kimpolo. Elle est également implantée dans la province du Kwilu et du Kwango précisément dans les 3 grandes villes (Bandundu ville, Kikwit et Kenge). Selon un document à notre possession, cette institution s’occupe de l’Information, de la communication pour le changement de comportement et de l’Éducation à travers plusieurs approches telles que le théâtre d’intervention, le théâtre et vidéo forum, le théâtre radiophonique, la production des supports didactiques et  audiovisuels, la mobilisation sociales. Les activités de CANACU sont prioritairement orientées vers l’adhésion de la communauté à un changement individuel positif pour inciter un changement social durable à travers plusieurs réseaux communautaires existants (les radios de proximité, les télévisions, les réseaux des femmes et les différentes confessions religieuses). Le même document note que l’objectif des EAE est  «de soutenir et faciliter la réintégration et garantir le bien-être psychosocial des enfants en contexte d’urgence à travers des activités récréatives, créatives, socioéducatives et psychosociales organisées en collaboration avec les structures communautaires, dans un environnement adapté aux besoins des enfants tout en assurant l’accès et la continuité de l’éducation formelle pour les enfants à l’âge scolaire». La CANACU s’évertue aussi de mobiliser la communauté sur la protection de l’enfant, avec un focus sur les enfants les plus vulnérables. «Ces 2 espaces est un renforcement des activités communautaires et de proximité dans la ville de Kikwit cela a été une stratégie pratique d’attraction des enfants pour   plusieurs faits positifs qui a été observé sur le terrain», conclut le document.

Badylon Kawanda Bakiman

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com