Machine à voter, fichier infesté, décrispation. Elections 2018 : le CLC insiste sur les préalables majeurs !

Machine à voter, fichier infesté, décrispation. Elections 2018 : le CLC insiste sur les préalables majeurs !

This post has already been read 532 times!

*Où va-t-on ? Quelle est la nature des élections que la CENI se prépare à organiser à fin décembre 2018 ? Le Comité Laïc de Coordination revient à la charge. Ce groupe de pression qui, à trois reprises, avait réussi à mettre les congolais dans la rue, nonobstant les conséquences multiples  qui en avaient été enregistrées, serait sur le point de rééditer ses exploits. Il a fixé, en effet, la ligne rouge à la date du 9 août pour la prise en compte de ses principales revendications.  A haute voix, le CLC dit non aux élections avec la machine à voter. Il rejette toute éventualité, pour l’actuel Président de se représenter et exige l’intégration des recommandations de l’OIF dans l’amélioration du fichier électoral. Au-delà de tout, le CLC considère qu’il est encore temps de  sauver le processus électoral. Il suffit, de son point de vue,  que Joseph Kabila, le Garant de la Constitution et  du bon fonctionnement des institutions, veille à ce que celle-ci soit respectée et que l’Accord de la Saint Sylvestre conclu, fin décembre 2016, soit appliqué dans ses dispositions relatives à la décrispation politique, à l’abandon des poursuites contre certains Opposants, à la libération totale de l’espace médiatique et des manifestation publiques.  Dans le même cadre, le CLC estime, en plus,  que pour cimenter la cohésion et respecter les prescrits de la Constitution et de l’Accord de la Saint Sylvestre, le Président de la République  ferait mieux de ne point se mêler, ni d’interférer intempestivement dans le processus électoral, si ce n’est, peut-être, que de se constituer, lui-même, en gage certain en assurer sa bonne fin. Le CLC, quelles que soient les raisons, la CENI devrait, elle-même, subir une cure de redynamisation, conformément à l’Accord et qu’à ce stade, le processus électoral, tel que lancé  le 23 juin dernier, est mal parti. Il est temps de rectifier le tir, pour ne pas  plonger inutilement  le pays dans l’abîme. Entre les lignes, le communiqué, ci-dessous, vaut tout un vibrant  appel au retour aux bons sentiments, pour soustraire la patrie des mièvreries et autres scories liées notamment, aux actions de rue. 

    CLIQUEZ ICI POUR LIRE LE DOCUMENT

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com