Participation à la gouvernance. RDC : les femmes vivant avec handicap élaborent des stratégies

Participation à la gouvernance. RDC : les femmes vivant avec handicap élaborent des stratégies

This post has already been read 415 times!

Elles sont venues des différentes provinces de la RDC  pour élaborer des stratégies idoines afin de faire respecter leurs droits. Elles, ce sont les femmes vivant avec handicap qui, décidément, s’engagent à participer à la gouvernance locale, provinciale et  nationale. Hier, mercredi 11 juillet 2018, dans la salle de conférence de la Monusco/UTEXAFRICA, elles ont organisé leurs 6ème congrès national sur les droits des femmes vivant avec handicap. L’objectif de cette activité organisée sous la houlette de Me Pindu-di-Lusanga Patrick, Coordonnateur national de la Fédération nationale des associations des personnes vivant avec handicap (FENAPHACO), est d’éveiller la conscience des femmes vivant avec handicap sur leurs droits. Elles ont été, à l’occasion, honorées par la présence de deux ministres notamment, Eugène SERUFULI et Marie-Ange Mushobekwa, respectivement Ministre des Affaires Sociales et Ministre des Droits Humains. En effet, c’est le Ministre des affaires sociales, Eugène SERUFULI qui a ouvert ces assises qui se clôture aujourd’hui.

‘’Leadership féminin et participation des femmes vivant avec handicap à la gouvernance locale, provinciale et nationale’’, tel est le thème développé par plus de 100 femmes vivant avec handicap des différentes provinces de la République Démocratique du Congo avec l’appui de NED, ODR, IDEA, BCNUDH, en collaboration avec les ministères des Affaires Sociales, des Droits Humains, Justice et garde des sceaux…

Les cris d’alarmes

‘’La question sur les droits des femmes vivant avec handicap en RDC reste jusqu’à ce jour préoccupante, voire désastreuses par manque de politique promotionnelle, des plans d’actions nationaux, des programmes efficaces et des projets spécifiques bien définis du gouvernement congolais pouvant mettre en place des stratégies et des objectifs claires et fixes en vue de permettre ainsi aux femmes vivant avec handicap de toutes les catégories de jouir pleinement de leurs droits et de toutes les libertés fondamentales dans l’égalité avec les autres, conformément à l’article 5 de la convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées’’, a révélé Stéphanie Bola.

Au fond, les femmes vivant avec handicap courent souvent, dans leurs familles comme à l’extérieur, des risques plus élevés de violence d’atteinte à l’intégrité physique, d’abus, de délaissement ou de défaut des soins de santé appropriés, de maltraitance ou exploitation. Ces risques concernent une double discrimination liée, d’une part, à leur handicap, et d’autre part, à leur sexe.

Les assurances d’Eugène SERUFULI et Marie-Ange Mushobekwa

Très touchée par le tableau sombre de violation des droits des personnes vivant avec handicap, en général, et des femmes vivant avec handicap, en particulier, Marie-Ange Mushobekwa a rassuré à ces femmes son engagement-implication  indéfectible afin que tous les instruments juridiques régionaux et internationaux que la RDC a ratifiés soient respectés. Aussi, elle a souligné que le projet de loi sur la promotion et la protection des droits des PVH qui est en souffrance au niveau de l’Assemblée nationale, soit examiné en priorité à la prochaine législature. Pour elle, les personnes vivant avec handicap ont besoin d’une attention particulière des autorités du pays.

De son côté, Eugène SERUFULI, Ministre des Affaires Sociales, a félicité les efforts conjugués par la FENAPHACO sur la promotion et la protection des droits des personnes vivant avec handicap. Raison pour laquelle, il a rassuré ces femmes qu’elles ont le soutien du gouvernement à travers le ministère des Affaires sociales.

Par contre, Me Pindu-di-Lusanga a laissé entendre que la FENAPHACO, à travers le département des femmes vivant avec handicap, a organisé cette activité pour stimuler les femmes vivant avec handicap à la participation politique afin d’accéder aux instances de prise de décisions pour une amélioration des conditions de vie des PVH.  Pour ce faire, il les a appelées à produire de bonnes recommandations pour le respect de leurs droits.

Jules Ntambwe

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com