Machine à voter : Yves Mpunga met la CENI au pied du mur !

Machine à voter : Yves Mpunga met la CENI au pied du mur !

This post has already been read 1153 times!

Du choc des idées jaillit la lumière, il est clair ! De ce fait, il est conseillé de se prémunir davantage d’options novatrices pour palier, comme besoin de cause l’impose, aux aléas que peuvent causer les tensions entre ceux que l’on considère ici comme des antichtones et ceux qui leurs sont diamétralement opposés. Dans la crise politique qui sévit en République Démocratique du Congo, dont les racines d’alternance produisent des faits polysèmes, Yves Mpunga, expert en Bases des données, programmations, Technologie de l’information et sécurité internet pour ne parler que de ça, a explicité depuis le siège de son parti LCM au cours d’une conférence de presse, les solutions sur mesure en son sens, pour parfaire la route vers les élections avec la machine à voter, tel qu’amorti par la CENI de Corneille Nangaa.

Puisqu’il faut faire avec, bien que vilipendée par la frange opposante et déconseillée par plusieurs institutions étrangères, utile était donc d’y apporter quelques coups d’assistance afin que le taux de crédibilité de ces fameux scrutins soit revu à la hausse.

Yves Mpunga, ne se voulant pas spectateur de l’histoire de sa propre nation, a proposé et expliqué dans une brochure, la solution capable d’accoiser toutes tensions et stopper ces indénombrables méfiances qui gravitent autour de la machine à voter, compagnon sine qua non de la CENI dans cette lutte pour l’organisation des élections d’ici le 23 décembre.

Comment faire ?

Pour Yves Mpunga, inutile d’allonger les débats sur les personnages. Il faut donc se mettre au travail. C’est-à-dire, trouver des voies et moyens en vue de garantir un bon usage de ces machines à voter et décrisper ce climat de méfiance à l’égard du dispositif qui est sensé aider la RDC à trouver une solution à ses préoccupations électorales.

Pour répondre aux moult questions dont celle liée au réseautage de toutes les machines à voter que propose le Président de la plateforme PFP, ou celle de la gérance par la CENI de la géolocalisation des machines à voter ou encore à celle de la configuration de l’algorithme de calcul des seuils de représentativité et son auteur, Yves Mpunga met en avant un plan solide et rassurant, à en croire ses propos.

A l’en croire, un budget estimé à 29.180.000,00 USD suffirait pour réaliser conjointement, si les institutions habilitées à mettre en marche son plan arrivaient à approuver son appui, ces élections crédibles tant réclamées et résoudre le problème de la fiabilité de la machine.

A cela, il faut ajouter des logiciels à créer notamment, celui de la gestion des circonscriptions de vote qui gérera tout le personnel lié aux circonscriptions électorales et leur affectation et aura un system biométrique pour contrôler tous les fonctionnaires et leur affectation au lieu de travail, celui de lecture des données biométriques des cartes d’électeurs (Interface Read ONLY), de l’Algorithme de calcul des seuils de représentativité, de connexion entre la CENI et les différentes circonscriptions de vote, de transmission des données à temps réel au siège de la CENI/Kinshasa ainsi que ceux de géolocalisation des équipements (machine à voter, serveur locaux) et contrôle de fonctionnement de ces derniers et le logiciel des calculs des voix à temps réel et affichage des résultats en ordre décroissant.

Avec un tableau de mise en œuvre de ce projet qui marquerait l’histoire, et un plan de recrutement d’au moins 2.731 personnes liées aux nouvelles technologies et autres domaines de la vie sociale, Yves Mpunga croit dur comme fer que les congolais auront en ces cinq mois restants, des élections crédibles épinglées d’une transparence absolue.

Ceci dit, cette chance qui semble être de toute évidence la toute dernière pour sauver la machine à voter n’est pas à boycotter, ni à laisser filer. Car, s’il faut vraiment organiser des élections à caractère démocratique, il serait nécessaire que tout le monde s’y mêle. N’est-ce pas là une bonne alternative qui dénouera cette pièce de théâtre pendante sur la scène politique et à des conséquences sévère sur la nation ?

La Pros.

 

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

Solutions idoines pour des élections libres et crédibles avec la Machine à voter

(Par Yves Mpunga,  Président National du parti politique LCM, Président de la plateforme PFP,  Economiste & Expert en nouvelles technologies)

I.INTRODUCTION

Les élections et la machine à voter posent problèmes en République Démocratique du Congo. En ce moment, les partis politiques sont divisés sur la véracité et la fiabilité de la machine à voter conçue par l’entreprise Sud Coréenne Miru System.

Car, selon eux, cette machine ne pourra que faciliter la tâche au régime actuel afin de  se maintenir au pouvoir.

Il est donc nécessaire de proposer des solutions en tant qu’expert en Nouvelles Technologies de l’Information pour qu’il y ait une décrispation de la situation politique qui prévaut en RD Congo.

La machine à voter que propose la CENI fonctionne comme une imprimante avec des bulletins de vote intelligents et capables de procéder au vote des trois scrutins combinés  (présidentielles, législatives nationales et provinciales).

Cet outil informatique est capable d’accompagner les électeurs dans leurs choix et, à la fin, imprimer au verso,  la sélection des choix des électeurs. Ces derniers seront conservés dans la machine pour différentes utilisations (recomptages, analyses, statistiques, etc.).

Les bulletins de vote et les machines à voter seront dépouillés à la fin de chaque scrutin, avec un comptage manuel des bulletins de vote ou en fonction des statistiques de la machine à voter.

A la clôture du vote, chaque bureau pourra envoyer au siège de la CENI les différents résultats en vue de procéder au test du seuil de représentativité et à la publication des résultats du scrutin.

Toutes ces démarches entreprises jusqu’à ce niveau sont bonnes et méritent d’être assistées des solutions informatiques (Nouvelles Technologies de l’Information).

En Nouvelles Technologies de l’Information, les ordinateurs, les dispositifs électroniques ou les machines intelligentes (comme la machine à voter) capables de manipuler les informations à grande échelle doivent,  au préalable,  être reliées à un réseau informatique pour un bon résultat.

  1. LES PREOCCUPATIONS ET INTERROGATIONS QUI SE POSENT EN CE MOMENT SONT LES SUIVANTES :
  2. Pourquoi la CENI, avec un investissement colossal en équipements informatiques, y compris la machines à voter, n’a pas prévu de connecter tous ces derniers en réseau et créer des centres de monitoring des élections dans au moins 4 grandes villes de la RD Congo ?
  3. Pourquoi la CENI veut utiliser la machine à voter qui ne servira que d’imprimante alors que la même entreprise conceptrice pouvait relier cette dernière à une base de données de leur choix en vue de faciliter le processus de transmission des données d’un point à un autre ?
  4. Quand on utilise l’informatique pour résoudre les problèmes liés au traitement manuel de l’information, on doit toujours passer par une base de données en vue d’éviter aux différents utilisateurs les tâches de comptage, recomptage, transport des fiches ou bulletins par avion, bateau, train ou pirogue. Car, pendant le transport tout peut arriver : destruction des données, falsification des données, insertion et substitution des données réelles par d’autres données traitées hors système.
  5. Pourquoi la CENI ne présente pas au public les caractéristiques de sécurité de la machine à voter ? Expliquer comment un bulletin de vote ne peut être falsifié ou échangé par un autre ?
  6. Pourquoi la CENI ne présente pas au public l’imprimerie où sont fabriqués les bulletins de vote, et donner les différentes mesures sécuritaires en ce qui concerne le nombre d’électeurs et le nombre des bulletins imprimés ?
  7. Comment a-t-elle résolu les problèmes de  clonage des bulletins de vote ?
  8. Qui est le responsable de l’imprimerie ?
  9. Si c’est la CENI qui imprime les bulletins ou l’entreprise Miru System de la Corée du Sud, comment ont-elles résolu le problème de transport des bulletins de vote de la Corée jusqu’à Kinshasa et quelles sont les mesures sécuritaires prises, le nombre des bulletins déjà fournis et les moyens liés à la sécurité de stockage et d’entreposage ?
  10. Pourquoi la CENI n’a pas utilisé le code barre de la carte d’électeur pour identifier les vrais électeurs, en équipant chaque bureau d’un dispositif de lecture de la carte d’électeur en vue d’éviter l’utilisation des cartes imprimées hors système électoral ?
  11. Comment la CENI a résolu le problème d’utilisation des cartes d’électeurs clonées ?
  12. Pourquoi la machine à voter lors de l’introduction du numéro du candidat présente-t-elle un tri en fonction du code LIKE au lieu de donner le résultat en fonction de égale (=) ? Cela peut influencer et motiver l’électeur à choisir un candidat erroné
  13. Quel est le canal de communication qui sera utilisé pour transmettre les résultats des élections en temps réel ? La machine à voter pourra t-elle envoyer les données à Kinshasa en utilisant un moyen de communication interne ?
  14. Au niveau de Kinshasa, quels sont les serveurs qui pourront communiquer avec les différentes machines à voter afin de garantir une transparence dans la transmission des données?
  15. Comment est configuré l’algorithme de calcul des seuils de représentativité et qui en est l’auteur?
  16. Comment sont gérées les machines à voter, leurs identifications, mises en opération? Comment savoir quand elles sont allumées ou éteintes ?
  17. Comment la CENI gère-t-elle la géolocalisation des machines à voter ? Comment savoir que la machine se trouve au bon endroit et au bon moment ?

III. COMMENT SAUVER LA MACHINE A  VOTER?

L’Etat congolais a investi des millions de dollars dans l’acquisition des machines à voter. Il est temps de trouver des voies et moyens en vue de garantir une bonne utilisation de ces dernières et de décrisper le climat de méfiance qui sévit autour du dispositif qui est sensé aider la RDC à trouver une solution à ses préoccupations électorales.

Pour sauver la machine à voter et garantir des élections crédibles et transparentes en RDC, il est impératif de constituer une commission technique en vue de trouver des solutions organisationnelles et techniques pouvant garantir le bon fonctionnement de la machine à voter proposée par la CENI, et en voici quelques pistes :

  1. Tester le fonctionnement des machines à voter en réseau;
  2. Monter un réseau local reliant toutes les machines et ordinateur ; fonctionnant en panneaux solaires ou courant électrique dans chaque bureau de vote ;
  3. Garantir la communication des serveurs installés dans les bureaux de votes avec le siège de la CENI à Kinshasa et dans 3 autres grandes villes du Congo en vue de communiquer les résultats de vote en temps réel. ;
  4. Les données de vote provenant des machines à voter doivent être enregistrées dans les serveurs locaux et non dans la machine ;
  5. Chaque serveur des bureaux de vote doit être relié au serveur central de la CENI à Kinshasa et communiquer à temps réel ;
  6. Créer des salles de suivi de dépouillement équipées des moniteurs pouvant afficher les résultats en grands caractères et suivre les votes de chaque circonscription électorale ;
  7. Créer un logiciel d’affichage des données des élections avant et après calcul du seuil de représentativité ;
  8. Créer un logiciel multimédia pouvant afficher les résultats en ordre décroissant en fonction des votes avec photo et nom, province, ville et le nom de la plateforme électorale ;
  9. Equiper toutes les machines à voter, et serveurs locaux d’un système de géolocalisation en vue de savoir leur localisation et leur mise en fonctionnement en temps réel sur toute l’étendue de la République ;
  10. Monter une salle d’affichage des votes dans chaque circonscription électorale en vue de suivre les résultats des votes liés à leur localisation ;
  11. Créer un logiciel de lecture de code barre des cartes d’électeurs ou lecture biométrique en vue d’identifier chaque électeur et savoir s’il a déjà voté ou la carte n’a pas été clonée. (Système des cartes d’électeur mise en réseaux)
  12. L’installation des cameras de surveillances dans tous les bureaux de vote à travers le pays. Pour contrôler le déroulement des opérations de vote en temps réel.
  13. BUDGET DE LA SOLUTION

Dans le but d’apporter une solution idoine, exhaustive  et viable pour la décrispation de la problématique liée à la machine à voter, nous mentionnons une estimation du coût lié à notre solution. La CENI pourra nous contacter pour des plus amples informations.

Voici ci-dessous le tableau illustratif du coût des équipements nécessaires pour résoudre la crise politique actuelle liée à la machine à voter, le montant de 29.180.000.00 USD (Vingt-neuf millions cent quatre-vingt mille dollars américains) est nécessaire pour donner au peuple Congolais des élections crédibles tant réclamées et résoudre le problème de la fiabilité de la machine.

Tableau I : Budget

Description Quantité Prix Unitaire Prix Total
1 Achat équipements de montage de réseau local (fils, goulottes, connecteurs et autres)  

200

 

5.000,00

 

1.000.000,00

2 Achat de Router (CISCO) 200 1.500,00 300.000,00
3 Achat des SWITCH (CISCO) 200 1.500.00 300.000,00
4 Achat des Serveurs de moyenne capacité pour les circonscriptions électorales 200 4.500,00 900.000,00
5 Achat de écrans 65 “ pour le dépouillement des bureaux de votes locaux 200 6.000,00 1.200.000,00
6 Achat équipements solaires pour la redondance électrique 200 22.000.00 4.400.000,00
7 Achat équipement de communication (internet) pour connecter les serveurs de données des bureaux des votes au siège de la CENI 200 1500,00 300.000,00
8 Montage des salles de suivi des élections 4 450.000,00 1.800.000,00
9 Achat et installation des caméras de surveillances pour contrôler les élections dans les centrales électorales 7.000 600 4.200.000,00
10 Transport des équipements dans toutes les provinces 26 30.000,00 780.000,00
11 Frais d’importation des équipements par avion 1 1.000.000,00 1.000.000,00
12 Autres frais (salaires, frais de mission, per diem, primes, logements etc.) 1 4.000.000,00 4.000.000,00
13 Frais conception des logiciels 1 6.000.000,00 6.000.000,00
  TOTAL GENERAL     29.180.000,00

 

  1. LOGICIELS A CREER

Tableau II : Logiciel à créer

 

Description Observations
1 Logiciel de gestion des circonscriptions de votes Ce logiciel va gérer tout le personnel lié aux circonscriptions électorales et leur affectation. Il aura un system biométrique pour contrôler tous les fonctionnaires et leur affectation au lieu de travail.
2 Logiciel de lecture des données biométriques des cartes d’électeurs (Interface Read ONLY) Ce logiciel va gérer le processus avant le vote, l’électeur présentera sa carte pour le contrôle d’authenticité
3 Algorithme de calcul des seuils de représentativité
4 Logiciel de connexion entre la CENI et les différentes circonscriptions de vote. Transmission des données à temps réel au siège de la CENI Kinshasa
5 Logiciel de géolocalisation des équipements (machine à voter, serveur locaux) et contrôle de fonctionnement de ces derniers Géolocaliser toutes les machines à votes et autres équipements liés aux votes.
6 Logiciel des calculs des voix à temps réel et affichage des résultats en ordre décroissant

 

  1. PLAN D’IMPLENTATION

La solution pour résoudre le problème lié à la machine à voter en République Démocratique du Congo peut être implémentée en 5 mois. Cela signifie que les Congolais auront les élections crédibles tant attendues avec une transparence absolue en moins de temps.

Tableau III. Plan d’implémentation de notre solution

Description Juillet/2018 Août/2018 Septembre/2018 Octobre/

2018

Novembre/2018 Décembre/

2018

1 Recrutement des experts en nouvelles technologies, réseaux CISCO, Système d’exploitation, serveurs et caméras.        
2 Recrutement des experts en programmation et base de données.        
3 Création des logiciels  et base des données        
4 Achats équipements (Serveurs, caméras, équipements CISCO etc.        
4 Installation des équipements informatiques pour les testes de fiabilité        
5 Teste et implémentation des logiciels        
6 Préparation du Datacenter de la CENI et installation des logiciels, base de données et liaison avec toutes les provinces        
7 Déploiement des équipements dans toutes les provinces et installation des bureaux de votes équipés de la nouvelle solution (Serveurs, caméras, équipements CISCIO, etc.)        
8 Préparation des centres de votes et début des votes avec la nouvelle solution        

 

VII.  PLAN DE RECRUTEMENT

La solution proposée pour décrisper la situation politique au Congo prévoit de d’embaucher 2.731 personnes liées aux nouvelles technologies et autres domaines de la vie sociale.

Tableau IV. Plan de recrutement

 

 

Description Quantité Observation
1 Experts en nouvelles technologies 26
2 Experts en programmation 30
3 Experts en base de données 30
4 Experts en technologies CISCO 15
5 Experts en système d’exploitation serveurs 10
6 Programmeurs et base de données 120
7 Techniciens CISCO et réseaux 200
8 Techniciens en installation des caméras et communication VOIP 140
9 Techniciens en maintenance et système d’exploitation, internet 700
10 Maintenanciers pour superviser les centres de votes 1.400
11 Superviseurs des centres de monitoring des élections 60
  TOTAL 2.731  

 

 

VIII. CONCLUSION

La République Démocratique du Congo traverse des moments difficiles de son histoire, tous les acteurs politiques et la population veulent voir émerger une nouvelle classe politique capable d’amener le pays vers un bon port. D’où, les élections libres, crédibles et transparentes sont ncessait﷽﷽﷽bre et crs un bon port. D’ capable d’ire, touts les acteurs politiques et  la population veut voir tout peux arriver: écessaires pour décrisper le climat politique actuel.

La machine à voter peut se transformer en machine à solution en utilisant l’informatique et ses capacités de traiter l’information afin de donner à la population de la République Démocratique du Congo des vraies élections démocratiques, libres et transparentes.

Nous n’avons pas voulu être des spectateurs dans l’histoire de notre pays ; pour ce, nous avons proposé une solution capable d’apaiser les tentions et méfiance liées à la machine à voter. Cette dernière peut se transformer en une solution historique qui relèvera les fronts longtemps courbés de notre population.

Yves Mpunga

Président national du LCM Président de la plateforme électorale PFP (première Force Politique).

Economiste,

Expert en nouvelles technologies

Tél : +243842334740

E-mail: yves.mpunga33@gmail.com

 

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com