Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Nettoyage ?

This post has already been read 948 times!

Balaiera-t-il toutes les rumeurs qui gravitent autour de son très célèbre statut de Président de cette grande nation qu’est la RDC ? Des réflexions continuent à se faire. S’il faut se fier aux sages paroles du secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, qui, comme tout le monde le sait, annonçait des grandes révélations lors de la prochaine allocution du Président Kabila, l’on se dira que celui que les membres du PPRD appellent très affectueusement le raïs, éventrera d’une manière sine qua non, d’ici le 20 juillet, ce boa dont il a raté d’extirper les boyaux lors de son discours sur l’état de la nation, le jour du 58ème anniversaire de l’indépendance du Congo souverain. Mais alors, que peut-il bien dire s’il lui a été donné de tenir sa promesse, c’est-à-dire, dévoiler ce qu’attendent plus d’une personne de son futur, comme il l’a promis jadis ? Ardu à dire.

Décidément, les infimes dernières heures qui restent à la session extraordinaire du Parlement pour tirer sa révérence amènent ce que l’on qualifierait de mouvement d’ondulation de la surface d’une mer, provoquant une baisse et une hausse de son niveau sur un rythme journalier ou semi-journalier. Même s’il est possible d’avoir une telle vue de l’esprit, il sera néanmoins impossible d’entrer en phase réflective du temps que le protagoniste restera renfermé dans son buron. Les appétits du futur seront, il faut se le dire, assouvis d’ici le 20 juillet, date qui marquera l’expiration de l’ultimatum de la promesse du Chef de l’Etat.

En ce moment même, les plus bavards craignent que la suite des choses puisse ressembler à la fameuse “on ajoutera à celui qui en a déjà”, car sorti du couloir des ratés, avec les hôtes de la RDC qui brûlaient d’envie de converser avec le Chef, l’on craint que la prise de la parole de Joseph Kabila soit épinglée d’un comeback sur l’histoire de la souveraineté du pays, ou encore sur les idées que se font des bouches fouille-merde sur ses récentes nomination dans l’armée nationale.

Car, cela, plus que de la fumée sur une petite brindille, allumera ce feu qui risque de brûler vifs, tous les espoirs d’une grande nation en voie de développement.

Car, en ce moment, l’étau se resserre dans tous les sens du terme. Entre le nouvel ultimatum du CLC, cette fois, qui demande au Chef de l’Etat de se prononcer pour évacuer le voile qui, selon lui, bloque les avancées significatives de la nation, en renonçant à l’idée de se représenter aux prochaines élections pour tenter de briguer un énième mandat, et la résurrection du Rassop réuni, selon quelques sources autour de Félix Tshisekedi pour entamer des actions similaires à celles que prévoit le Comité Laïc de Coordination, l’on semble marcher sur le fil du rasoir.

D’ici le 20 juillet, il faut se le dire, le Président sera face à ses responsabilités.

Et devant lui, se mettra un peuple qui attendra de l’accompagner dans sa posture si très responsable sera sa décision, ou pas si cela n’en sera pas le cas.

Dans l’entre-temps, tous espère que cette clôture de la session du Parlement soit l’occasion rêvé pour le Chef de l’Etat de faire son nettoyage.

Marco Mongolu