Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Statut des Anciens Présidents élus. AN : le débat se poursuit aujourd’hui !

Statut des Anciens Présidents élus. AN : le débat se poursuit aujourd’hui !

This post has already been read 1065 times!

L’Examen et adoption de la proposition de loi portant statut des Anciens Présidents de la République élus et fixant les avantages accordés aux Chefs des Corps constitués au pays ont été suspendus ce lundi 16 juillet 2018 à l’Assemblée nationale. En effet, pour la plupart des Députés nationaux, l’extension de cette proposition de loi aux Chefs des Corps Constitués ne se justifie pas. Cependant, ils restent d’accord pour la protection du Chef de l’Etat élu. Usant de sa sagesse, le Président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku, a tout simplement jugé de clore ce débat qui a, sur place, pris une allure de grande envergure avant qu’il n’accorde 24 heures à la Commission PAJ de la Chambre Basse du Parlement afin de revenir répondre aux préoccupassions soulevées par les Députés.

Sans aller loin, les Députés se montrent tous à l’unanimité d’accord pour le vote de cette  proposition de loi, en se limitant seulement au statut des Anciens Présidents de la République élus, sans son extension aux Chefs des Corps constitués de la République, tel que maintenu par la Commission PAJ. Déjà, l’Honorable Thomas Lokondo, lui, a laissé entendre qu’il n’est pas logique de mélanger le Statut de l’Ancien Président de la République élu et d’autres collaborateurs. En tout cas, ‘’c’est une abomination juridique’’, a-t-il lâché sans froid aux jeux. Le débat a été houleux à l’Assemblée nationale autour de cette proposition de loi portant Statut des Anciens Présidents de la République élu et fixant les avantages accordés aux Chefs des Corps constitués. C’est à tout dire, que les Députés nationaux n’ont pas hésité de manifester leur tendance à travers notamment, la prise de parole comme d’habitude à l’hémicycle de la Chambre Basse du Parlement, contre tout prolongement des avantages à d’autres hauts Responsables de la République dont des droits et avantages reconnus aux anciens Premiers ministres, aux anciens Présidents du Conseil Supérieur de la Magistrature, aux anciens Chefs d’Etat-major Général de l’armée et aux anciens Inspecteurs divisionnaires de la Police Nationale Congolaise -PNC, des avantages reconnus aux anciens Présidents des Institutions d’appui à la démocratie, des avantages reconnus aux anciens Premiers Présidents de la Cour Suprême de Justice, de la Cour de Cassation, du Conseil d’Etat, de la Haute Cour militaire, aux anciens Procureurs généraux de la République, Procureurs généraux et Auditeurs généraux rattachés à ces juridictions, aux anciens Chefs d’Etat-major des Forces terrestre, aérienne et navale. A en croire les Députés, la proposition de cette loi vient dans un contexte de garantir, d’assurer et de promouvoir la démocratie en République Démocratique du Congo, dans le souci de faciliter, désormais, l’alternance de manière aussi démocratique au pays de Lumumba. De ce point de vue, élargir cette loi aux Chefs des Corps constitués ne se justifie pas, a soutenu l’Honorable Baudouin Mayo. Pendant ce temps, certains élus du peuple sont de ceux qui estiment que la Commission PAJ de l’Assemblée nationale qui a maintenu cette extension, devrait fournir des explications sur cet élargissement qui n’est pas du tout un soubassement constitutionnel, semble-t-il.

Tablant sur cette extension, il n’est pas question de se servir des Députés nationaux pour faire des avantages ‘’à ceux qui ne les méritent pas’’, a poursuivi Baudouin Mayo, avant de signifier que soutenir cette option, écarte cette proposition de loi de la logique d’assurer l’alternance au pouvoir.

Germain Lobo