Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Dissonance…!

Dissonance…!

This post has already been read 13546 times!

Ça sonnera mal d’ici quelques jours à conter des doigts, voire très mal. Plusieurs parlant du décor planté depuis deux ans dans l’agora politique, entrevoyaient moult mésententes entre politiques congolais, autour du sujet que tous n’arrivent guère à juguler après maintes tentatives de discussions. A l’horizon, un août aux allures d’ours. Oui ! Ce mammifère plantigrade, carnassier ou omnivore, à fourrure épaisse, de la famille des ursidés, semble être l’illustration sur mesure quant à ce mois aux actes essentiellement inquiétants.

Pourquoi en arriver à une telle enluminure, alors qu’il ne s’agira que d’un mois comme les autres, même si l’entame sera comme la coutume le veut, assaisonnée d’une fête des parents ? Parce que justement, quelques événements placés sus-jacent de ce qui se trament auront déjà envoyé dans des prophéties dévastatrices les annonces divines des vaticinateurs aux plumes.

Comment calfeutrer les brèches à ce niveau alors que le vin semble avoir été tiré depuis le 19 juillet, devant députés et sénateurs d’ailleurs ? Cette possibilité qui ferait pour une bonne frange de l’opposition, partie d’un passé, du reste, jeté dans des détritus, a donné naissance à une suite des conséquences dont la couleur de peau se révèle au fur et à mesure que dans le calendrier, le lendemain prend le statut d’aujourd’hui.

Des conseils fusent actuellement de partout. Les uns, pensent que pour espérer titiller tant soit peu les humeurs déjà montées dans l’agora politique, il serait sage de la part de la CENI, de revoir les préalables des opposants sur leur participation aux élections de décembre. D’autres voient cependant une seule bonne issue dans cette affaire, dans un probable troisième forum sous la férule du Président toujours en exercice. Regardant le temps, ils ne pourront sans doute pas se permettre cela, d’autant plus que la CENI a déjà répondu techniquement aux questions de la plus radicale des partis opposants.

Actuellement, sommeil ou toute autre forme de sujet passif n’est plus à conjuguer par les politiques congolais. La preuve la plus tangible est cette nomination dans les heures creuses du Chef de l’Etat, dans les institutions importantes du pays. N’est-ce pas qu’une telle activité se devait d’être fait à l’exemple de celles récentes, sous la barbe d’un peuple accablé par le peu de soleil qui sort de sa tanière en cette saison sèche ? Drôle d’idée en tout cas. Il faut néanmoins reconnaître l’omniprésence des lépidoptères dans pareilles activités.

Si l’on doit l’interpréter comme une continuité de cette préparation aux échauffourées qu’annonce le vent difficile à humer dans l’espace politique, l’on dira que Bemba comme Katumbi annoncés en revenants au mois d’août, auront du mouron à se faire pour atteindre le seuil de la Commission Electorale Nationale Indépendante et prétendre déposer leur candidature à la présidentielle.

Même si pour l’un, le chemin semble n’être nullement empêtré de couacs et l’autre fort de l’interventionnisme de ses avocats, semble être bredouille de toutes les affaires qui pèseraient sur ses épaules.

Tous ces événements créent une dissonance accrue dans les espérances de tout un peuple laissé sur sa soif de voir le pays vivre enfin en paix dans cet el dorado incessamment zyeuté de fond en comble par les convoitises du monde entier.

Le dire, il le faut puisque les habitués des événements à chaud en vaudront bientôt deux du fait de l’avertissement anticipé du futur très proche.

En tout cas, à l’heure actuelle, la donne change, et c’est le qui mourra verra qui se dessine à l’horizon, aux sages de décrypter le message.

La Pros.