Bana Ok : une rébellion contre le poète Lutumba !

Bana Ok : une rébellion contre le poète Lutumba !

This post has already been read 557 times!

Une fraction de musiciens vient de claquer la porte de l’orchestre Bana Ok du Poète Lutumba Simaro. Ils revendiquent  la tête du chanteur Manda  Chante qui est désigné nouveau patron de ce groupe. Constitué d’une dizaine de jeunes, les récalcitrants s’opposent  à la décision prise par le vieux Simaro qui a confié la gestion de Bana Ok  à ce jeune venu du Clan Wenge.  

A 80 ans,  Lutumba Simaro qui a mis fin officiellement à sa carrière musicale,  a choisi l’artiste Manda Chante comme son successeur pour diriger Bana Ok.

Une semaine après sa prise de fonction, une rébellion prend corps au sein de l’orchestre. Quelques musiciens dont la majorité de chanteurs viennent d’abandonner Bana Ok. Ils  sont fâchés parce que le Poète a légué son pouvoir à Manda Chantre dont le parcours n’a aucune histoire avec cet ensemble musical créé après la mort de Grand Franco.

Ils reprochent principalement au Vieux Simaro de nommer un ancien jeune de la génération Wenge alors qu’ils  pouvaient aussi  confier la gestion à un des leurs.

Pour ces dissidents, il est anodin de prendre une si grande décision sur la destinée de Bana Ok sans consulter l’ensemble du groupe où chacun pouvait aussi donner une idée sur  l’après  Lutumba.

«La musique n’est pas l’armée où le militaire exécute les ordres de son Chef sans réclamation. Nous étions très surpris par ce comportement de la part de papa Simaro que nous considérons comme notre monument, une icône de la musique dans notre pays. C’est vrai ! Le vieux  est libre de prendre toute décision qui lui semble bon dans la tête. Car, Bana OK est son entreprise musicale. Mais, nous avons préféré de nous retirer parce qu’on ne peut pas accepter d’être dirigé par quelqu’un d’autre qui n’a jamais évolué dans Bana Ok », a déclaré un des récalcitrants.

Pour les frondeurs, l’effet de  placer Manda Chante à la tête du groupe est la pire de folie qui n’a jamais existé dans l’histoire de la musique au monde.

Toutefois, cette fraction estime que la décision du Poète Lutumba est un manque de considération à leur égard malgré toutes les souffrances et bonheurs vécus ensemble plusieurs années durant.

«On se demande  d’où est venue cette idée. On allait bien accepter qu’il cède à une personne  qui est passé soit par Ok Jazz ou Bana Ok parce que nombreux sont encore vivants à Kinshasa  ou en Europe. Je ne pense même pas que Vieux Joscky Kiambukuta ou Makoso sont d’accord avec papa Simaro », regrettent les dissidents.

Par ailleurs, ces musiciens qui se réclament des « Ayant-droit», disent de ne pas garder rancune contre le fils spirituel du Poète.  Encore loin d’eux l’esprit de  sous-estimer Manda Chante qui a fait ses preuves dans la musique congolaise.

«Après beaucoup de réflexions, nous avons tiré une leçon que la reconnaissance n’est réellement pas de ce monde. Nous avons compris que Papa  Simaro n’avait pas confiance en nous ses propres enfants. Voilà pourquoi, nous avons décidé de lui laisser son Bana Ok avec les personnes qui accepteraient d’être dirigées par le nouveau Président de l’école», ajoutent-ils.

Aussitôt quittés, signale-t-on, les dissidents viennent de créer leur propre groupe et se préparent à lancer,  bientôt, leur premier disque qui permettra aux mélomanes de les couvrir.

Rappelons que lors de sa présentation à la presse par Lutumba, Manda Chante a été clair de dire qu’il serait en bon terme avec tous ces musiciens trouvés dans  Bana OK. Malheureusement, son arrivée vient de bouleverser les données dans le groupe cher au Poète Simaro. Malgré cette rébellion, le nouveau leader de Bana Ok ne recule pas. Il procède d’ailleurs au recrutement de nouveaux musiciens, chanteurs, danseuses pour reconstituer le groupe, selon la vision lui confiée par son Autorité morale.

Jordache Diala

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com