Du sang neuf dans le transport : Kinshasa : les wewa, une valeur ajoutée !

This post has already been read 552 times!

Beaucoup critiqués et pointés du doigt à cause de leur manière de conduire leurs engins à deux pneus, les chauffeurs de motos communément appelés “wewa”, apportent néanmoins ce que le congolais lambda appelle “sauvons le Congo”. Que ça soit dans les voies  quasi impraticables pour les véhicules, entre les bouchons sans sources qui se créent sur les surfaces asphaltées de la province, voire pendant les heures très tardives, ils, les ‘’wewa’’, restent prêts à rendre service moyennant quelques billets de banque.

Certains diront qu’ils causent des accidents, d’autres encore qu’ils sont des voleurs surdoués, mais la réalité est telle que leur apport est de taille, dans le transport à Kinshasa. Ces conducteurs de motos que tous appellent wewa, enregistrent un taux important de clients par jour. Selon certaines sources, leurs versements journaliers, pour ceux qui demeurent encore, sous l’hégémonie de leurs patrons, varient entre 15.000 FC et 20.000 FC. Après une observation faite dans le grand marché de Kinshasa, couramment appelé Zando, l’on est arrivé à une conclusion confirmée par certaines têtes trouvées sur les artères de ce grand espace de commerce. «Certes, ces gens viennent de l’intérieur du pays, pour la plupart, mais leur impact dans le transport dans la capitale devient plus qu’une valeur ajoutée», confie une vendeuse des mèches trouvée sur le lieu. Pour d’autres, les motards apportent beaucoup, mais par leur conduite, l’on craint à chacun des tours qu’ils causent un probable accident sur le boulevard. «Je serai d’accord que ces motards deviennent des transporteurs à part entière surtout que leurs organisations commencent de plus en plus à prendre de l’ampleur dans la capitale. Seulement, s’ils apprenaient à respecter le code de la route, les accidents se feront de moins en moins et les paisibles citoyens recourront plus à eux, grâce à leur rapidité, plutôt qu’à n’importe quel autre moyen de transport», affirme M. Philippe Kumwamba, gérant d’un magasin dans ce grand marché. Avoir une gratitude à l’égard de l’apport de ces wewa serait d’une justesse claire, mais ne pas oublier cependant l’aspect économique. Car, si ces conducteurs de motos ont de l’impact sur les rues et ruelles de la place, voire sur les grands boulevards, le prix qu’ils font payer aux clients, qu’ils varient du reste, selon l’heure, ou la difficulté du transport, constitue une forme d’escroquerie pour bénéficier illégalement de l’argent d’une population qui souffre du jour au lendemain de tous les maux de la vie. Rendre service et demeurer intègre dans son travail leur est donc conseillé.

Josline Wakulenga

Tags: ,

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com