Courtes phrases…

This post has already been read 2450 times!

Courtes phrases dit «sujet, verbe et complément». Point barre. En des termes journalistiques, l’on note donc «précis, concis et court». Mieux vaudrait en retenir quelque chose. Courte phrase entend, «résumer les intra-politiques congolaises en une phrase». En une phrase, seulement. Mais par contre, long feuilleton de courte phrase.

Si le Président de la République, Joseph Kabila, briguait un troisième mandat. Les opposants seront en guerre. S’il était candidat à sa propre succession. Le FCC éclaterait en mille morceaux. Alors le dauphin ne doit pas être connu. Ceinture de sécurité nationale. Le Chef de l’Etat n’a qu’à faire ce qu’il sait bien faire. Il est face à son propre destin.

Si la candidature commune de l’Opposition fait flop. Les alliés de contre-nature auront eu raison. Il aurait fallu Tshitshi, pour vivre en live le fax de ses fervents combattants parachutés. L’Opposition est un terrain d’accueil de tous les parasites et des électrons libres. Cas des exilés. Cas de ‘‘faux-têtes’’.

S’il faudrait trouver un trio phare de l’Opposition. JP Bemba aura de surplus, Fatshi aura de l’estime et Katumbi aura le public, semble-t-il. Mais Muzito fera du surplace. Les Opposants ne sont pas encore unis. Et ne les seront pas, peut-être aux élections du 23 décembre. Les idéologies convergent moins, les intérêts profitent plus. «A chacun pour soi, le pouvoir pour tous». Ça, c’est l’Opposition.

Si la CENI de Nangaa profile un air de «jamais-vu» à l’horizon. Ce que son mentor est encore vivant, MP. L’option choisie par la Commission Electorale Nationale Indépendante, presque dépendante, est loin d’être possible. La machine à voter se veut donc «une machine à problèmes». Des élections apaisées, crédibles et transparentes, qu’avec la machine voter. Aux scrutins jumelés.

Si le CLC s’intéresse tant à la reprise de ses marches pacifiques. Ce que les politiques congolais ne se sont pas encore remplis les poches. Confusion, entre les bleus et les blancs. Mais, Monsengwo est sollicité, le choix est clair. Soit on garde ses mains, soit on se tâche la soutane. Ceux qui se tiennent au milieu du village, ne détiennent plus les sonnettes d’alarme. La politique leur préoccupe autant, jusqu’à se tordre.

Enfin. Ça c’est grave donc! Si les artistes-musiciens se mêlent de la politique en dernier lieu. Les élections seront étouffées. Ce sera question «d’éligibilité de candidat». Certains de ces artistes ont des curriculum vitae incomplets. Encore une fois, les élections sont étouffées. Le processus n’est pas à terme, mais il connaît des enchevêtrements. Même les artistes, vraiment !

Courtes phrases, ou mieux, simples phrases. Et cela pour des simples réflexions. Mais des réflexions pertinentes. Seulement parce que le pays est abondé. Çà et là, ça fait trop. La seule question préoccupante, c’est les élections. Oui, les élections auront lieu. Avec la machine à voter. Avec le dauphin sorti du FCC. Avec la candidature commune de l’Opposition. Avec les artistes-musiciens. «Sont là les courtes phrases».

Munyinga D.         

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com